Les Amoureux du Bassin dans Thalassa !

5092014
Image de prévisualisation YouTube

C’est ce soir Vendredi 5 septembre que je vous emmène en balade sur le Bassin dans la célèbre émission Thalassa sur France 3 à 20h45.

Le réalisateur Philippe Lespinasse est venu avec son équipe pendant un an réaliser un film de 2 heures consacré à plusieurs personnages qui ont tous une manière à eux d’aimer ce petit paradis.

En ce qui me concerne je vous emmènerai à bord de l’ULM de Michel Boudigues pour des prises de vues exceptionnelles, notamment au dessus du delta de la Leyre. Nous irons aussi au petit matin en bateau et en paddle faire des photos dans les esteys de l’Ile aux Oiseaux.

Vous pourrez découvrir également d’autres personnages telles qu’un charpentier, des ostréiculteurs qui élèvent des huîtres naturelles, des plongeurs qui vous emmèneront explorer la faune sous marine dans les blockaüs, et des pêcheurs de bars, rustres et attachants, sans oublier le controversé Benoît Bartherotte.

J’espère que vous apprécierez autant de voir ce reportage que j’ai apprécié de participer à ce tournage.

Bon Thalassa !

Image de prévisualisation YouTube



Mes photographies à nouveau en vente !

1092014
Vente de photos du Bassin d'Arcachon en tirages d'art

Vente de photos du Bassin d’Arcachon en tirages d’art

 

Cela faisait un an qu’il n’était plus possible d’acheter mes photos.

La Galerie Letessier n’a pas résisté à la crise et a fermé ses portes en septembre 2013 mais de toutes façons l’expérience n’avait pas été concluante. Je me suis en effet rendu compte qu’il n’était pas souhaitable de vendre mes photos en dehors d’un lieu qui porterait ma marque. En France, la photographie de paysage et de nature n’est pas vraiment considérée comme « artistique » par les collectionneurs d’Art et les galeristes. Raison pour laquelle il n’est pas envisageable de les vendre à des prix justifiés par la commission d’un intermédiaire et la valeur ajoutée d’un emplacement de marque.

Néanmoins, vous le savez, j’ai toujours pensé qu’il était possible de proposer des tirages grands formats de qualité, en tirages limités à 30 exemplaires (ce qui en fait tout de même des tirages d’Art) à des tarifs… disons… « démocratiques ». Et c’est en suivant cette idée que j’ai eu grand plaisir à vous proposer mes photos dans ma petite galerie d’Arcachon pendant plus de 11 ans. Des milliers de photos du Bassin d’Arcachon sont aujourd’hui réparties dans le Monde entier, car les amoureux du Bassin sont partout, de Gujan-Mestras en Australie, de La Teste en Chine, du Cap-Ferret à New-York ! Et si il y a peu de chance qu’elles soient un jour mises aux enchères chez Sothebis, elles prendront au moins une valeur patrimoniale. Car ces photos ne sont pas seulement des beaux objets de déco, ce sont aussi des témoignages visuels de ce que pouvait être le lieu photographié à cet instant précis. Et comme vous l’avez tous constaté, les paysages changent, de plus en plus vite , et pas forcément dans le bon sens.

Ces tirages sont faits pour durer dans le temps, pour que vous puissiez les transmettre à vos enfants ou à vos petits enfants. Ce sont au moins des objets de collection, sinon des oeuvres d’art accessibles.

J’ai longtemps pensé qu’il était illusoire de vendre mes photos par internet. Mais aujourd’hui, j’ai un peu changé mon point de vue. J’ai d’ailleurs eu ces derniers temps des demandes que je n’ai pas pu honorer, faute de catalogue, de tarifs, et d’organisation.

J’ai donc travaillé 15 heures par jour pendant ces dernières semaines, enfermé devant mon ordinateur (et croyez moi c’est très pénible de rester enfermé quand on a la chance d’être au bord de la Caraïbe…) pour remettre de l’ordre dans mes photos du Bassin, faire le tri, sélectionner les plus belles, pris contact avec des labos, testé différentes finitions, étudié les tarifs, et bien sûr la logistique d’expédition. Je me suis arrêté à trois ateliers et 4 finitions différentes que je vous propose dès à présent sur mon site internet.

Autant vous le dire tout de suite: je ne suis pas webmaster… j’ai donc fait de mon mieux pour que vous ayez un « catalogue » en ligne le plus clair possible, mais ce n’est que du provisoire. Mon site sera en effet entièrement refait dans les prochains mois par des vrais professionnels du web. En attendant, si une de mes photos vous tente, vous trouverez, je l’espère tout ce qu’il faut comme éléments pour concrétiser votre envie en acquisition.

N’hésitez surtout pas à me contacter si vous avez des hésitations ou n’importe quelle question.

Ah oui… j’allais oublier… demain soir j’embarque à bord d’un catamaran pour une petite escapade vers une île qui fait rêver tout le monde : Saint Barth ! Le but est d’aller accueillir les équipages guadeloupéens qui participent actuellement à la régate de l’AG2R. Et bien entendu, j’embarque avec moi TOUT mon matériel ! alors… restez en ligne sur ma page fb , il y aura certainement de belles images et de belles rencontres  ;-)

Donc que ce soit pour décorer votre intérieur, votre bureau, votre salle d’attente , ou pour faire un beau cadeau à un proche, n’hésitez plus, c’est au point !

Finition verre acrylique (plexi) :

Image de prévisualisation YouTube

Finition laminage bois :

Image de prévisualisation YouTube

Finition Dibond alu :

Image de prévisualisation YouTube

Emballage et expédition :

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 




Dernier vol avec Michel au dessus du Bassin avant le départ pour les Antilles

26072014

10485885_10154320190845408_5955625143423412740_n 10494868_10154320190900408_1628149865260901375_n 10521534_10154320190920408_7904128785047149715_n

Avant de repartir aux Antilles pour continuer mon grand reportage sur la Caraïbe, je tenais à faire quelques nouvelles prises de vues aériennes du Bassin.

Nous voilà donc repartis dans les airs avec Michel Boudigues et son ULM rouge.

Nous n’avons pas d’objectif précis. Je lui ai dit : on décolle et on verra bien ce qui se présente à nous. Et c’est ce que nous avons fait sur deux vols d’une heure à des heures différentes pour avoir des ambiances différentes.

Pour cette fois, j’ai décidé de ne pas toucher aux images pendant des mois et de revenir dessus cet hiver. J’aime bien faire ça. Entre temps j’ai oublié ce que j’ai capturé et cela me permet de redécouvrir mes photos plus tard avec plus de recul. En général c’est efficace. Je suis plus sélectif. Des images prises avec le Pentax 645 Z de 51 Millions de pixels que vous ne verrez donc pas tout de suite…

10525911_10154320190965408_3599098107297341132_n

 




Pen Duick III et VI dans les passes du Bassin

15072014

Je suis de retour sur le Bassin pour quelques temps et je viens d’acquérir un nouveau boitier moyen format, numérique cette fois-ci : le Pentax 645 Z. Une « bête de guerre » de 51 Millions de pixels, tropicalisé et qui peut aussi faire de la vidéo. Bref, j’ai un nouvel outil et hâte de le tester dans mes conditions habituelles. Ca tombe bien, je viens de recevoir l’info que deux Pen Duick, le III et le VI qui étaient en escale à Bordeaux ont largué les amarres pour le Bassin ce matin de bonne heure et qu’ils devraient être dans les passes en milieu de journée. Aussitôt j’appelle Olivier Chaldebas, l’autre pilote d’ULM avec qui je travaille régulièrement. Non seulement il est dispo mais en plus, étant passionné par ces navires il est emballé à l’idée d’aller les rencontrer au dessus des passes. Je prends donc contact avec le Sémaphore du Cap-Ferret et un marin me préviendra quand les bateaux seront en vue. Sympa !

Nous décollons donc vers 15h30 et partons à leur rencontre. Les deux navires sont assez éloignés l’un de l’autre et viennent juste de rentrer leurs spis. Zut ! Du coup, ils ne sont qu’à la grande voile et ce n’est pas très esthétique…

Nous attendons pas mal de temps avant qu’ils n’atteignent les passes et en attendant je profite d’un ciel particulier pour faire mes premières photos avec ce nouveau boitier. Finalement je finis par réussir les photos que je voulais.

Je vous les montrerais plus tard car le traitement de ces images n’est pas dans mes priorités actuellement.

J’en profite pour vous signaler que vous pouvez également suivre mes aventures photographiques sur Instagram sous le profil « scottographe »

10537329_10154277318185408_6783014494929359116_n




St Barth, « le Nantucket » de la Caraïbe !

25042014

10152461_10154016012425408_7228839821082545383_n

 

Jamais je n’aurais pensé ressentir un coup de coeur pour ce « cailloux » à milliardaires planté au beau milieu de la Caraïbe. Et pourtant…

Me voilà donc parti à bord du catamaran de Bernard et Betty, deux arcachonnais installés en Guadeloupe depuis plus de 10 ans. A bord il y a aussi Jean-Marc Meunier, arcahonnais lui aussi et Pascale sa compagne ainsi qu’un couple de landais. Nous sommes dont pour ainsi dire « entre gens du Sud Ouest » pour cette escapade d’une semaine à St Barth.

Le prétexte de ce voyage c’est d’aller accueillir les skippers de la régate AG2R dont certains sont des amis du propriétaire de notre bateau.

Partis à la tombé de la nuit, nous naviguons donc pendant près de 24 heures avant d’apercevoir cette petite île de 24 km de long, qui m’apparaît dès lors comme un écrin autour duquel quelques yachts ont jeté l’ancre. Mais que puis-je attendre de cette île pour riches, moi le photographe de paysages marins, de grands espaces… c’est la question que je me pose depuis le départ. Pourtant je dois bien l’avouer dès notre entrée dans la rade du Port de Gustavia, je ressent comme un bien être. Le même que j’ai ressenti en arrivant dans le port de Nantucket au large de Cape Cod. Le paysage n’est pourtant vraiment pas le même. Serais-ce la présence de ces magnifiques bateaux battant pavillon américain ? c’est bien possible.

Une fois débarqué, je comprends vite que je suis sur une île paisible. Tout est propre, tout est beau, c’est coquet. Comme un air de Nouvelle Angleterre… c’est déjà la fin de la journée et je vois un petit catboat (bateau à voile typique de Cape Cod) qui tire des bords dans la rade. Et là je comprend que les américains de la côte Est viennent ici prendre leur dose de chaleur pendant l’hiver. Nous ne sommes donc pas dans l’ostentatoire mais plutôt dans le « chic discret ».

Je sais que je ne vais pas faire beaucoup de photos pendant cette semaine car nous sommes en groupe à bord d’un bateau et que pour réussir mes photos, en général j’ai besoin de solitude. Je considère donc que je suis venu en repérages. J’ai hâte aussi de rencontre le photographe Pierre Carreau, ancien du Cap-Ferret, qui était venu à plusieurs reprises dans ma galerie d’Arcachon et qui est installé sur l’île depuis 10 ans. Il réalise des photographies de vagues avec une technique particulière qui en font de véritables oeuvres d’art vendus à la Clic Galerie, à NY, dans les Hamptons et ici à St Barth.

Pierre me propose de m’emmener découvrir quelques beaux spots pour mes prises de vues en panoramique. En réalité on va surtout beaucoup discuter et échanger sur notre métier.

Jour après jour, je visite, je me promène, je découvre des plages magnifiques, des paysages relativement arides mais somptueux. Je sens que cette île peut m’inspirer quelques belles photos, il faudra donc revenir, seul cette fois-ci.

Finalement tous mes préjugés sur St Barth auront vite été balayé, et pour ne rien vous cacher, si il n’était pas aussi difficile d’y trouver un logement accessible au commun des mortels, j’y poserai bien mes valises pour quelques années…

St Barth, on va se revoir bientôt…

ps: je n’ai pas eu le temps jusqu’à présent de traiter les photos prises lors de cette escapade. Il faudra patienter un peu.

1493472_10154015991755408_1686855406885175277_o

selfie en compagnie du photographe Pierre Carreau

 

 




Inspiration sous les tropiques

2042014

J’ai quitté le Bassin d’Arcachon à la fin de l’automne 2013, juste après le tournage avec Thalassa, la tête vidée de toute inspiration et un énorme besoin de changer d’air, de changer de paysage, d’aller rechercher autre chose.

Lors d’un premier repérage en Guadeloupe en 2012, j’avais remarqué une richesse de paysages et de situations très prometteurs et il me semblais donc légitime d’y retourner pour y passer plus de temps.

Il aura fallu quelques semaines pour que la transition fasse son effet et que je puisse repartir de zéro dans ma créativité. Au début, je me suis posé des questions car l’inspiration ne revenait pas. J’observais la Guadeloupe aux paysages et aux atmosphères si différents de ce que j’avais photographié jusque-là, que ce soit sur le littoral Aquitain ou celui de la Nouvelle Angleterre, et je n’arrivais pas à trouver le « truc », ce petit quelque chose d’original dans la manière de capturer et d’immortaliser des paysages si propices à tomber dans la carte postale classique « ciel bleu et cocotiers ».

Et puis le déclic m’est venu à Deshaies, sur cette plage de Grande Anse, au moment même où j’ai réalisé ce panoramique sélectionné pour le concours des Photographies de l’Année.

Plage de Grande Anse en Guadeloupe

Plage de Grande Anse en Guadeloupe

Depuis, j’enchaîne lentement (car je persiste à m’offrir le luxe de prendre mon temps) les prises de vues.

1900494_10153912059825408_582786735_o 1975031_10153836706050408_1206022546_n-1 135270_10153892354655408_1393658387_o

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’explore de nouveaux horizons , de nouvelles techniques et surtout, je m’intéresse aussi aux gens, aux peuples de la Caraïbe. J’ai envie d’aller plus loin que les paysages et de réaliser des vrais sujets.

J’ai donc profité de la période du carnaval pour faire quelques essais de reportages. Il ne s’agit que d’un petit échauffement car je ne suis pas encore prêt pour réaliser un vrai reportage digne de ce nom. Il y a eu aussi un sujet étonnant sur les fouilles d’un cimetière d’esclaves au beau milieu d’une plage fréquentée par les touristes et un autre petit reportage sur les élections municipales, qui, en Guadeloupe, prennent une tournure très … »exotique ».

1912280_10153832396450408_771516326_n

1941479_10153807038665408_1434263343_o

892690_10153898912515408_1374071702_o

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin dans cette démarche, je me suis rendu compte qu’ il allait  me falloir changer de matos. Car le matériel c’est important. A chaque sujet, correspond un type d’appareil photo et une ou plusieurs focales. Apparemment je ne suis pas le seul photographe de ma génération à rechercher un matériel « comme autrefois ». Je fais parti de ces photographes qui ont démarré avec l’argentique, réglage du diaph à la bague et peu de solution pour rattraper une photo mal exposée. J’ai très rapidement évolué avec le numérique. Il n’a pas été vraiment difficile de s’adapter et de maîtriser l’outil digital, d’autant plus que j’ai quand même continué à produire une grande partie de mes collections en moyen format argentique. Mais force est de constater que devant l’afflux de « faux-tographes » qui débarquent de plus en plus nombreux sur un marché très martyrisé par la crise économique, la confusion devient réellement préjudiciable, tant sur la qualité, que sur les tarifs. Nous sommes en plein nivellement par le bas. Cela en devient décourageant. C’est ainsi qu’en m’intéressant à cette question fondamentale, j’ai découvert que de nombreux photographes renommés avaient mis au placard leurs « bêtes de course » à 24 millions de pixels pour ne plus s’embarrasser du poids et de performances inutiles. Car nous sommes bien dans l’ère d’instagram et autres applications « gadgets » permettant de transformer une image prise avec un smartphone en photographie vintage, HDR, aux rendus terriblement (mais faussement) artistiques.

On peut aussi constater que les techniques permettant  de créer de superbes images aux rendus époustouflants n’ont plus de secret pour personne. Et alors que nos écrans pullulent d’images « Lo-Fi » , il y a aussi de plus en plus de très très belles photos, très techniques, très travaillées, très chiadées. Et il n’est pas rare que de simples amateurs passionnés (appelés « experts ») en soient les auteurs. Les réseaux sociaux leur permettent aujourd’hui de les partager avec le public, de récolter les « like » et les compliments par centaines, et de se rêver une carrière de photographe, le métier le plus admiré et envié au Monde ! Le gros problème c’est que des agences en ligne , mais aussi des institutionnels publics et privés, ont su saisir cette opportunité et se nourrissent aujourd’hui à des tarifs proches de la gratuité de ces images produites par des amateurs ou des « semi-professionels » qui n’ont  pas les mêmes obligations fiscales et sociales que des photographes dont la carrière a démarré avant cette explosion du monde numérique. Il est donc devenu extrêmement difficile pour un professionnel confirmé aujourd’hui de vendre son travail à un tarif réaliste. Et les conséquences en sont catastrophiques. Pertes de revenus, démotivation, dépression pour les plus sensibles, nourrissent parfois la rancoeur et le désespoir. Du coup, c’est à se demander si cela vaut le coup de continuer à investir dans du matériel « pro » et des optiques de qualité. En effet, au vu de cette situation, et dans 3/4 des cas, un simple smartphone suffirai à remplir la mission !… je caricature peut-être un peu trop me diriez-vous ? et bien non, je partage moi même souvent des instantanés instagram sur ma page fb, juste pour illustrer le « making of » d’une prise de vue, et je suis toujours choqué de lire des commentaires élogieux de personnes qui n’avaient pas perçu qu’il s’agissait juste de photos prises avec mon iphone…

Partant de ce constat, j’ai donc décidé de me remettre en question.

Je vais me séparer de mon reflex 5 D Mark II et toutes ses optiques et accessoires et le remplacer par un Fuji X Pro 1 et trois focales fixes. Ca, ce sera pour le reportage et la photo prise sur le vif lors de mes errances.

Je vais également vendre mon Mamiya 7 est ses deux « cailloux »  et  le remplacer très certainement par un moyen format numérique abordable et tropicalisé à savoir le Pentax 645 D. J’ai lu dans le dernier magazine « Réponses Photo » que Raymond Depardon appréciait particulièrement le format 645 et je me suis souvenu que mes plus belles photos de paysages font partie de l’époque ou je travaillais avec un Mamiya 645. Je l’avais abandonné car sa mise au point était peu pratique et m’avait donné quelques sueurs froides. Tiens, je viens de réaliser que ce Mamiya 645 acheté à Fabrice Michaux au Moyen Format à Paris en 1998, je l’ai toujours au fond d’un placard. Il ne doit plus valoir grand chose mais je vais quand même tenter de le vendre.

stephbd.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je garderai quand même mon Widepan panoramique rotatif moyen format argentique parce-que le résultat obtenu est toujours aussi magique et que je ne me sens pas du tout près pour m’en séparer.

Je vais donc gagner en poids et mieux répartir les tâches. Comme dit toujours mon ami Renaud Philipps : « il faut respecter la séparation des pouvoirs ». Le Pentax 645 D et le panoramique rotatif pour le paysage, le Fuji X pro 1 pour les reportages en mode errance (comprenez: l’avoir toujours sur soi)

Je sais d’avance que l’excitation de découvrir et de s’approprier un nouvel appareil est un réel incubateur d’énergie positive et d’inspiration. Alors c’est le moment ou jamais d’y avoir recours…

Mais avant cela, il me faut continuer mes explorations en terre Guadeloupéenne.

Je reviendrais très prochainement sur le Bassin d’Arcachon pour réaliser une nouvelle série de photos et lancer une nouvelles collection de cartes postales.

Je travaille aussi actuellement à la mise à jour de mon site internet afin de pouvoir vous proposer à nouveaux mes photos à la vente. Puisqu’il n’y a plus de galerie possible, je vais essayer d’une autre manière.

En attendant je vous invite toujours à me suivre presque en direct sur ma page facebook.

A très vite !




Finaliste au concours des Photographies de l’Année

1042014
Plage de Grande Anse en Guadeloupe

Plage de Grande Anse en Guadeloupe

 

 

 

 

 

 

En plus de 20 ans de carrière je n’ai que très peu participé à des concours. Et les rares fois où j’ai osé tenter ma chance, je n’ai même pas passé le cap des sélections.

Je pense que j’ai toujours eu du mal à sélectionner mes images pour ce genre d’exercice. Une photo qui me paraît exceptionnelle  ne l’est pas forcément pour un jury et inversement. Où alors il y avait toujours des photographes plus talentueux que moi.

Une autre explication est que je travaille le plus souvent en vue de tirages grands formats et que les fichiers envoyés pour participer aux concours sont rarement dans des formats supérieurs au 20×30. Difficile donc d’apprécier les détails et les nuances qui dans la plupart de mes photographies ont besoin de surface pour se révéler.

Bref, après quelques tentatives infructueuses, découragé, vexé aussi il faut bien l’avouer, j’avais décidé de ne plus perdre mon temps à préparer des dossiers.

Et puis, cette année étant pour moi une année de changement, et ayant deux ou trois photos dont j’étais assez fier, j’ai finalement décidé de tenter à nouveau ma chance. J’ai donc présenté trois photographies réalisées en 2013 pour la catégorie « paysages » au concours des Photographies de l’Année organisé par l’APPPF et le magazine Profession Photographe. Deux photos du Bassin et une photo de la Guadeloupe, territoire sublime où j’ai la chance d’être en prises de vue depuis 5 mois.

A ma grande et heureuse surprise le jury a choisi de sélectionner l’une d’elles pour la finale. Et à mon grand étonnement ce n’est pas une photo aérienne du Bassin d’Arcachon qui a été retenue mais celle de la plage de Grande Anse à Deshaies en Guadeloupe !

Il est vrai que cette photo est particulièrement belle. Il s’agit d’un panoramique réalisé avec mon moyen format à objectif rotatif sur du film Velvia. Une lumière du soir exceptionnelle, une pose lente et deux passes ont été nécessaires pour réaliser cette image. J’avais repéré les lieux au préalable et attendu LE bon éclairage.

Finaliste cela veut donc dire que deux autres photographes sont en compétition avec moi. Vous pouvez découvrir les 3 photos en cliquant ici.

La finale aura lieu le 11 avril 2014 au Mans au cours d’une grande soirée de gala à laquelle je ne peux malheureusement pas me rendre, étant encore sous les cocotiers…

Quelque soit le résultat, le fait qu’une de mes premières photos prise aux Antilles soit immédiatement sélectionnée en finale d’un concours hautement professionnel, apparaît pour moi comme un symbole de bienvenue dans la Caraïbe. C’est aussi une manière de me rassurer sur le fait que je ne suis pas forcément qu’un photographe régionaliste et que je suis aussi capable de photographier autre chose que le Bassin d’Arcachon.

Verdict dans 10 jours…

 

Image de prévisualisation YouTube

 




Une nouvelle grande aventure photographique

13122013

L’été est donc passé comme ça. J’ai profité du beau temps pour faire quelques nouvelles photos que vous découvrirez plus tard et j’ai beaucoup réfléchi. A ma carrière professionnelle bien sûr, par ces temps difficiles, où le métier de photographe est clairement menacé de disparaître, et à ma vie sur le Bassin, chahutée, perturbée, par mon engagement pour essayer de le protéger des assauts incessants des différents lobbys de l’immobilier, du pétrole, et de quelques industriels. Je me suis battu comme j’ai pu, parfois avec maladresse, peut-être sans méthode, et surtout, j’ai été bien seul… Je reste convaincu que le fait de ne pas être « né ici » a été un énorme obstacle pour essayer de rassembler. Il suffit de lire quelques commentaires violents à mon encontre sur la page fb des Sentinelles du Bassin pour s’en rendre compte. Il y en a qui m’accusent d’utiliser cet engagement pour servir mes intérêts en me faisant le publicité pour « mieux vendre mes produits »… Je tiens encore une fois de plus à préciser que ce combat ne m’a jamais rien rapporté d’autre que des emmerdes. Je n’ai jamais vendu une seule photo ou vidéo en lien avec l’environnement. Je les ai toujours mises à disposition des médias et des associations gracieusement. En revanche, il m’en a coûté cher en temps, en menaces, en pressions exercées par certains élus. Et à chque fois que je suis passé à la TV ou dans les médias locaux, cela a toujours été pour parler de mon métier de photographe et quasiment jamais (et je le déplore) pour parler des menaces qui pèsent sur le Bassin.

Au terme de ces 5 dernières années, j’en suis arrivé à la conclusion que pour le Bassin il n’y avait malheureusement plus rien à faire. La population reste désespérément passive et Le SCOT a donc été voté et confirmé par les 17 maires. L’avenir de notre « petit paradis » est désormais tout tracé. Au lendemain des élections municipales de mars 2014, les bulldozers vont investir les lieux et le Bassin va vite devenir  la « banlieue balnéaire » de Bordeaux avec 30 000 logements supplémentaires et une population qui va exploser. Ce joyaux va perdre son charme peu à peu. Moi, je suis encore plus pessimiste : je pense que le plan d’eau ne résistera pas à l’impact d’une telle pression démographique. Cet écosystème fragile et délicat a besoin d’équilibre et j’ai la conviction (et je ne suis pas le seul) que cet équilibre va être rompu. J’espère me tromper mais force est de constater que tout ce que j’avais envisagé et décrit sur ce blog il y a 5 ans s’est finalement produit. Alors pour moi qui me suis installé ici pour des raisons bien précises, à quoi bon rester ? faut-il faire semblant de photographier un paradis qui n’en n’ai plus vraiment un à mes yeux ? L’admiration pour le Bassin doit-elle se limiter à une dégustation d’huître dans une cabane à l’Herbe et à un picnic sur le Banc d’Arguin une ou deux fois par an ? comment dans un tel climat conflictuel, puis-je continuer à trouver l’inspiration ? Il est temps je crois de faire une longue pause.

D’autant plus que la Galerie Letessier qui exposait et vendait mes photos a finalement fermé définitivement et compte tenu des difficultés que rencontrent les commerces à Arcachon, je n’ai pas d’espoir de trouver un nouveau point de vente. Idem pour les livres, de nombreux points de vente font face à de grosses difficultés et j’éprouve de plus en plus de mal à placer mes ouvrages et à me faire payer chez certains. Du coup, je n’ose plus me lancer dans un nouveau projet de livre. C’est malheureux car j’ai encore des centaines de photos inédites à partager avec vous, et des idées de bouquins, et je ne peux pas les concrétiser.

Il faut aussi comprendre que je suis un photographe spécialisé en photos de « paysages marins » et non pas un photographe spécialisé en « Bassin d’Arcachon ». Le Bassin, je l’ai beaucoup photographié et je pense pouvoir dire que j’ai même lancé une mode de la photo du Bassin au point que plusieurs jeunes photographes surfent actuellement sur le même concept. Les milliers de photos que j’ai vendu dans ma galerie resteront certainement dans la mémoire collective et, si elles ne prennent pas une valeur artistique, auront au moins le mérite de témoigner d’une époque. C’est un regard que j’ai porté sur le Bassin pendant une décennie et que j’ai partagé avec vous, comme Léo Neveu l’a fait en son temps, et comme d’autres le feront ensuite. Il ne faut pas m’en vouloir d’aller explorer d’autres rivages.

J’ai donc décidé de prendre le large et tant qu’à faire, partir loin, dans un environnement tout à fait différent. J’ai choisi la Caraïbe pour une nouvelle aventure photographique.

J’avais eu un coup de coeur pour la Guadeloupe il y a deux ans, lors d’un petit séjour de deux semaines chez des amis. Une ile française séparée en deux parties aux paysages variés. Des plages de rêve bordées de cocotiers, une forêt vierge immense, une végétation luxuriante, des créoles très gentils (contrairement à une idée fausse véhiculée en métropole) et un climat tropical qui me convient parfaitement. Et au large de la Gwada, il y a toute une zone « caraïbes » à découvrir : La Désirade, Marie Galante, les Saintes, la Dominique, la Martinique, St Martin, St Barth, St Domengue, Haïti, et un peu plus loin, la Floride… Ainsi, je me rapproche de la côte Est américaine et me remet à rêver d’un projet professionnel à Cape Cod ;-)

Vous allez donc suivre une nouvelle aventure pendant 6 mois. Ensuite ce sera le retour sur le Bassin et j’aviserai alors de la suite.

Je vous rappelle que si je ne suis plus très assidu sur ce blog, je le suis au contraire sur ma page fb que je vous invite à liker en cliquant ici.

Je vous dis donc à très vite pour le premier épisode de cette nouvelle saga aux Antilles !




Disparitions, tristesse…

15092013

Malheureusement, l’été n’aura pas été toujours aussi gaie. Une saison estivale ensoleillée mais assombrie par plusieurs disparitions de personnes que j’affectionnais.

Il y a d’abord eu la disparition de Lucien Ouvrard, un retraité testerin atteint de Alzheimer et que nous avons cherché pendant 11 jours avec de nombreux bénévoles alertés par la page fb « Le Bassin, un Paradis Menacé ». Au cours de cette tentative de sauvetage, j’ai pu mesurer à quel point l’entêtement d’un sous-préfet et la concurrence entre les services de police et de gendarmerie, pouvaient avoir des conséquences dramatiques. Lucien est mort, seul dans un bois, après avoir marché pendant plusieurs jours, et tandis que sa famille s’angoissait de jour en jour. Je tiens ici à remercier tous les bénévoles qui se sont mobilisés pour cette recherche. Je reste convaincu que nous aurions pu le retrouver en vie si nous n’avions pas été confrontés à la mauvaise volonté des autorités locales. Je note également que les élus du Sud Bassin n’ont jamais proposé une aide quelconque à la famille pendant toute la durée des recherches. La presse locale ne s’est pas beaucoup mobilisé non plus. Nous dirons que le service minimum a été assuré alors que les bénévoles et la famille, eux, ne comptaient pas leurs heures pour retrouver ce pauvre Lulu.

Puis, ce fut la disparition du jeune Jeremy Lavarda, 30 ans, que je connaissais depuis son enfance. Il était chez moi la veille de sa mort et nous avions discuté longuement de son avenir dans l’audio-visuel. Né à la Teste, surfeur, il était un amoureux inconditionnel du Bassin. Nous avions aussi parlé de la pollution et du Wharf. Allez savoir pourquoi, c’est au Wharf qu’il s’est noyé le lendemain. Ce putain de Wharf, je le déteste vraiment.

Enfin, c’est une figure d’Arcachon qui est partie, lui aussi trop tôt. Bruno Epeldé, un des mecs les plus gentils que l’on puisse rencontrer. Il était d’ailleurs l’une des premières personnes que j’ai connu en m’installant sur le Bassin il y a 14 ans. Issu d’une famille d’arcachonnais bien connue, il avait choisi une vie tranquille, sans contraintes, sur sa terre du Bassin. Il était un passionné de pinasses, de bacs à voile, et il était toujours prêt à rendre service. Il travaillait au Port d’Arcachon. Tout le monde le connaissais. Un accident de scooter au Mouleau, une disparition brutale à laquelle personne n’aurait pensé.

Je ne les oublierai pas.

 




Tournage avec Thalassa

12092013

Cette année, j’aurais eu le privilège de participer au tournage de Thalassa.

Une émission de 2 heures consacrée au Bassin d’Arcachon.

Le réalisateur Philippe Lespinasse, auteur de nombreux reportages pour l’émission emblématique de George Pernoud dont l’excellent « Les fils de la Lune », et primé pour son documentaire « Le Sang du Nigéria » en 2011, connaît bien le Bassin. Il avait déjà réalisé un sujet très complet sur l’Ile aux Oiseaux. Il a souhaité ma présence dans ce spécial Bassin qui devrait être diffusé en 2014. Nous avons donc tourné plusieurs séquences, en aérien à bord de l’ULM de Michel Boudigues, en bateau, à bord de Cape Cod 1 et sur la Dune du Pilat, dans un de mes endroits favoris resté encore secret. Bien entendu, je ne sais pas ce qui sera conservé au final mais au vu du professionnalisme et des exigences du chef opérateur et de l’ingénieur du son, ce film nous promet de belles images et de belles rencontres.

Tournage de Thalassa sur le Bassin d'Arcachon

Tournage de Thalassa sur le Bassin d’ArcachonTournage avec Thalassa au Pilat

Tournage avec Thalassa au Pilat







la saga dbz !!!!!!!!!!!! |
Jem et les hologrammes |
les gifs |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | fotos y gifs
| Le Photo Blog
| bloginterdit