Crise ostréicole : la souris qui cachait… un éléphant !

13 08 2008

http://www.dailymotion.com/video/k1ZBqdpJkdCr2fKEfS
Aujourd’hui s’est déroulé sous mes yeux et devant mon objectif un événement que j’attendais depuis si longtemps…

Enfin, la vérité a fini par éclater.
Qui pourra nier, après cette journée qu’il existe bien un problème de fond à traiter sur le Bassin, et ce, de toute urgence !
smurfit031.jpg

smurfit05.jpg

Nous voici donc environ 600 personnes rassemblées à l’entrée de l’usine Smurfit Kappa de Facture Biganos.
Il y a là la quasi totalité des ostréiculteurs, des membres d’associations écologiques, quelques inscrits à ma newsletter, des enfants, des vieux, et un ancien élu : René Serrano, conseiller général jusqu’en 2008…
Il y a aussi la presse, venu en nombre : Sud Ouest, la Dépêche, Le Marin, M6, TV7, TF1 et une radio.
René Capo du comité de vigilance de Biscarosse est là aussi, ainsi qu’un ami, admninistrateur d’un site internet bien connu qui a depuis longtemps abordé les problèmes d’environnement sur le Bassin.

Pour ceux qui ne connaissent pas, l’usine Smurfit, qui fabrique du papier kraft, est situé en bordure du Bassin.
Si vous êtes venu au moins une fois sur le Sud Bassin en voiture, il est impossible que vous n’ayez pas senti cette odeur immonde sur l’autoroute au niveau de la sortie Facture Biganos.

Une question que je me suis toujours posé : l’industrie du papier étant l’une des plus polluante qui soit, comment se fait-il que les élus, qui se sentent sois disant concerné par l’environnement, n’aient jamais tenté de la faire déménager ?
Elle n’est en effet située qu’à quelques centaine de mètres de la Leyre et du Bassin.
Dire que le service com du SIBA appelle ce secteur : « Le Coeur du Bassin » !…

Sur le coté de l’usine, un petit chemin conduit dans une zone ou la végétation, dense, cache une sorte d’étang… Nous ne sommes qu’à 400 ou 500 m de la Leyre qui rejoint le Bassin.
Même un aveugle pourrait y parvenir, il suffit de se laisser guider par l’odeur…
smurfit02.jpg

Nous y voici… devant nous le spectacle pitoyable d’un plan d’eau qui pourrait faire penser au Lac Rose non loin de Dakar que j’ai bien connu… Sauf qu’ici ce ne sont pas des cristaux de sel qui lui donne cette couleur rose mais des métaux lourds ! (en tous cas c’est ce qu’affirme l’ancien Conseiller Général présent sur les lieux)
Tout autour un spectacle de désolation. On dirait un bombardement au napalm !!!
Les femmes d’ostréiculteurs ont préparé une chanson.
J’interroge René Serrano qui semble étonné de découvrir ce plan d’eau. Il affirme que cela fait trente ans que nous rejetons des métaux lourds dans l’Océan ! Ce n’est pas de sa faute dit-il… lui n’était que conseiller général et non pas élu au SIBA et à la COBAN. Il ne pouvait donc pas savoir…
Je ne remettrait pas sa bonne foi en cause.
smurfit07.jpg

Puis, nous nous dirigeons vers une sorte de monticule…
Là, nous découvrons une décharge !

smurfit06.jpg smurfit08.jpg smurfit09.jpg

Des interviews sont données à la presse. Je suis à côté d’une journaliste de TF1 qui recueille le témoignage émouvant d’un ostréiculteur de la nouvelle génération qui sort tout ce qu’il a sur le coeur. Il n’est plus question ici de « test souris » mais de ce que l’on va laisser aux générations futures. Elle est, elle aussi, bouleversée par ce qu’elle voit et ce qu’elle filme.

La colère gagne la foule. Moi je suis silencieux. Moi qui suis toujours à gueuler, et on me le reproche assez souvent, je ne dis plus rien. J’observe, je filme, je prends des photos, j’écoutes les commentaires. J’entends des mots qui, associés les uns aux autres, résument assez bien la situation : « pognon », « immobilier », « tourisme », « politique », « people », « frime »… Je sais que là, devant mes yeux, se joue une partie décisive pour l’avenir du Bassin. Cela pourrait déclencher une prise de conscience générale.

Puis, tout le monde se dirige vers l’entrée de l’usine, gardée par une poignée de gendarmes.
smurfit18.jpg

Sitting devant la barrière. Peu à peu, les ostréiculteurs franchissent la barrière sous les yeux des gendarmes, impuissants devant cette foule hyper motivée.
Nous voilà maintenant à l’intérieur de l’usine. Que dire ? c’est une usine quoi ! une usine de papier, un des secteurs industriels des plus polluants de la planète. Tout est moche. Des amoncellements d’emballages cartons, destinés au recyclage, du bruit, de la fumée et cette odeur, cette putain d’odeur qui nous pique dans les narines et nous monte au cerveau. D’autres gendarmes qui se cachaient dans un petit local arrivent en courant pour essayer de contenir la foule mais rien n’y fait. Nous apprenons par un employé, qu’en fait, étant au courant de cette manifestation, la direction de l’usine à décidé de la faire tourner au ralentis… qu’est ce que cela doit être quand elle tourne à plein régime ! smurfit10.jpg smurfit11.jpg

Les ostréiculteurs veulent la visiter cette usine. Eux, les paysans de la mer, qui travaillent avec les caprices de la nature et s’y adaptent, eux qui cultivent une des denrées des plus délicates qui soient, se retrouvent dans un environnement industriel, sale et écoeurant, presque apocalyptique, un « mamouth » qui se trouve pourtant à quelques centaines de mètres des chenaux et des estey qui conduisent à leurs parcs. Etonnant contraste…
smurfit13.jpg smurfit14.jpg smurfit16.jpg smurfit17.jpg

Au bout d’une demi heure, nous ressortons de l’usine. Les ostréiculteurs voudraient rencontrer le directeur et surtout le sous préfet qui a laissé entendre qu’il venait. Mais il ne viendra pas.
A ce moment, le nouveau maire de Biganos, Bruno Lafon, dont j’ai pu lire quelques interventions éclairées liées au devenir du Bassin dans la presse, monte sur un muret, saisit le micro et s’adresse à la foule. Il veut manifester sa solidarité aux ostréiculteurs. Il évoque le test souris, comme pour détourner l’attention du vrai problème. Selon lui, l’usine Smurfit ne doit pas servir de bouc émissaire. Bah tu parles ! source d’emploi et de revenus non négligeables pour sa ville, on va pas cracher dessus…
Il évoque alors d’autres sites pollués sur le Bassin. Je lui demande lesquels. Il répond: « …la décharge d’Audenge par exemple ! »
La conversation tourne court. Il s’en va.

Ensuite, les ostréiculteurs quittent l’usine et partent bloquer la voie rapide au rond point de Gujan. Classique…

Au stade où nous en sommes, voici mon analyse de la situation.

Les souris meurent en période de forte affluence sur le Bassin et de température élevée.
Les analyses qui sont effectuées ne présentent aucune pollution dans les eaux du Bassin.

Mais :

1. Les souris meurent et uniquement à cette période sans que l’on puisse savoir pourquoi…
2. Les élus du Bassin ont TOUS voté non à Natura 2000 sans cacher qu’ils ne souhaitaient pas que le Wharf soit inclus dans le zonage…
3. Il y a de plus en plus de bateaux au Banc d’Arguin du 15 juillet jusqu’à fin août…
4. L’usine Smurfit stocke ses déchets industriels et ses eaux usées à proximité de l’Ayga et de la Leyre

5. Certains élus admettent publiquement que d’autres zones sont polluées sur le Bassin…

6. Marie Hélène des Esgaulx, députée maire de Gujan Mestras vise les sénatoriales dans quelques mois

7. Yves Foulon, maire d’Arcachon, et depuis peu Président de la COBAS, compte bien, du coup, prendre la place de député à la place de MHDE

8. Monsieur Eroles, nouveau maire de la Teste reste sur son projet de créer un port dans les Prés Salés et se prend la tête avec les défenseurs de l’environnement concernant des projets immobiliers au Pyla…

Je recommande vivement à toutes et à tous d’acheter le dernier magazine Geo actuellement en kiosque. C’est un spécial « Bassin vu du Ciel ». L’enquête, excellente, de la journaliste Sylvie Buy apporte une vision tout à fait pertinente, que je partage. Et vous ?

à suivre…


PS: Je rappelle que ce blog est ouvert à tout le monde, même à ceux qui ne partagent pas ma vision des choses. Beaucoup de visiteurs sur ces dernières pages mais… aucun commentaire… auriez vous peur de vous exprimer…?


Actions

Informations



19 réponses à “Crise ostréicole : la souris qui cachait… un éléphant !”

1 2
  1. 19 08 2008
    Denis (23:10:48) :

    Cher Stéphane,

    Je suis profondément révolté de constater cette pollution.
    En effet, ce qui me choque le plus c’est la passivité de nos élus.
    Ils évoquent sans cesse le développement durable. J’ai même lu le Géo d’Août 2008 sur le Bassin et je suis écoeuré car qui sont les interviewés??
    La présidente d’une association mineure écolo avec une poignée d’adhérents et un ex conseiller général qui en l’espace de vingt ans de règne, a écrit beaucoup sur les arbres………en gros du brassage de vent pour endormir le manant. Mis à part les belles photos, je reste sur ma faim :(

  2. 25 08 2008
    MIMIOU (14:52:09) :

    les paroles et les photos sont les plus facile,les parades face a la pollution restent plus difficile.Ce n’est pas la peine d’accuser smurfit pour tous les maux du bassin,faudrait voir aussi coté agriculture et ses engrais qui en surdose polluent egalement.Ne faut-il pas penser qu’au dela de toute cette polèmique les investisseurs immobiliers ne fassent pas parti des responsables de cette pollution grandissante(100000 habitants autour du bassin l’hiver!!donc l’été je ne ferais pas de commentaire).Ne veut-on pas a breve échéance la mort du petit ostréiculteur afin que fleurisse d’autres projets immobiliers.

  3. 26 08 2008
    Jérôme (16:31:07) :

    Cher Stéphane,
    Mimiou,

    Il est clair que le bassin va de plus en plus mal. Je ne suis pas vieux mais je viens tous les ans a plusieurs reprises sur le bassin depuis ma naissance. Quel constat ?

    Le lobby immobilier qui construit a tour de bras, il n’y a pas si longtemps les buttes derrière la plage Pereire étaient vierges de toute construction. Aujourd’hui les villas ont poussé. Même chose du coté du Cap Ferret… Responsabilité donc du secteur immobilier mais aussi des gens qui achètent ces terrains, souvent pour n’y venir qu’une ou deux semaines par an…

    Les ports du Bassin sont pleins, et pour cause, le flot des embarcations en tout genre est continu… ne sont ils pas responsables, eux aussi ?

    Que dire de l’usine ? Je crois que les images parlent d’elles-même. Impunité semble-t-il, mais pourquoi donc ? Quid des belles paroles et des promesses ? La politique de l’Autruche est a son comble…

    Des souris meurent ? C’est bien étrange, il ne semble pas y avoir eu de quelconques maux pour ceux qui sont aller contre l’interdiction de consommation des huitres…

    Le Bassin est abimé. Les gens passent, le temps passe, et la faune trépasse.

    Bien triste constat.

    Merci Stéphane pour le combat que tu soutiens

  4. 13 09 2008
    Emile (04:04:12) :

    Balancer des énormités une fois (« le lac est rose à cause de la présence de métaux lourds ») est la preuve d’une très grande légèreté dans l’affirmation de « vérités ». Réitérer cette affirmation un mois plus tard dans un article du journal Sud-Ouest du 12/9/08 devient de la malhonnêteté. Il est vrai que vérifier ses sources appartient à la déontologie de la profession de journaliste, déontologie à laquelle vous n’adhérez visiblement pas.
    Il est utile d’alerter, d’agiter les consciences, il n’est pas nécessaire de tromper pour parvenir à ses fins. Faire valoir, en référence, une visite à un lac lointain ne suffit pas attribuer à une entreprise un statut d’empoisonneur public.
    Quant à la présence d’arbres morts au milieu des marais, on peut en déduire que la pollution a hélas fait son oeuvre. Cela peut, également, être tout à fait naturel. Quelques photos et commentaires du Parc Naturel d’Oyambre, en Cantabrie, en sont la démonstration. Dans ce cadre là, cet aspect est magnifié. Tout dépend de la lorgnette avec laquelle on regarde. (http://www.cantabriarural.com/esp/turismo-rural-cantabria/informacion-anadida/lugares-de-interes/)
    Continuez d’observer puisque c’est votre passion et cela peut être salutaire. Veillez tout autant à la rigueur de vos commentaires et conclusions, vos sujets y gagneront en crédibilité.

  5. 13 09 2008
    stephanescotto (11:14:45) :

    A Emile :

    Merci pour votre commentaire.

    Je vous répondrais que concernant la comparaison avec le lac rose, c’est justement pour vous rappeler que je porte un regard de émotionnel sur les événements et non pas de journaliste. Et comme j’ai vécu 6 ans à Dakar la première impression que j’ai eu en arrivant devant ce bassin « tampon » c’est de revoir le lac rose à Retba. Ce sont les cristaux de sel qui donnent cette couleur rose au lac Retba, selon l’orientation au soleil. A Smurfit, je ne pense pas que cela soit le sel…

    J’écris sur un BLOG. C’est une démarche très personnelle. Je ne suis pas journaliste et je ne suis pas tenu à l’absence de jugement.

    Si vous avez bien regardé et écouté la vidéo « la souris qui cachait un éléphant », vous y avez certainement entendu l’ancien Conseiller Général René Serrano, qui, répondant à une jeune ostréicultrice, lui dit  » j’en pense que cela fait 20 ans que l’on vous balance des métaux lourds dans l’océan ».
    Si un Conseillé Général peut faire une telle affirmation alors je crois bien que le commun des mortels dont je fais parti peut bien y croire… vous ne pensez pas ? ou alors c’est que ce monsieur ne sait pas de quoi il parle et j’en déduis que nous sommes gouvernés par des incompétents !

    Plus précisément concernant la couleur rose de cet « étang », vous pouvez observer sur la vidéo qu’un représentant des ostréiculteurs tiens une bouteille en plastique remplie de cette eau et que, cette eau est bien ROSE. J’ai du mal à croire qu’il s’agisse  » d’un phénomène typique de la période estivale », comme l’a précisé le directeur de l’usine dans La Dépêche du Bassin du 21 août 2008…
    Il a ajouté que des analyses étaient en cours et je vous promet de me renseigner pour en connaître les résultats et les publier sur ce blog.

    Vous évoquez ensuite le Parc Naturel d’Oyambre où l’on peut effectivement constater des arbres morts. Oui bien sur. Il n’y a pas qu’à l’usine Smurfit que des arbres peuvent pourrir et mourir.
    En revanche je doute que l’herbe soit grise à Oyambre …

    Enfin, je voudrai vous dire que je vais aller plus loin dans mes recherches et que tous les renseignements sont les bienvenus, à charge comme à décharge. Dans les mois qui viennent je vais proposer au directeur de l’usine ainsi qu’à certains élus, scientifiques et responsables d’associations de défense de l’environnement de me répondre et d’apporter leurs arguments.

    Et puis, je comprends la réaction des salariés de l’usine qui se sentent montrés du doigt comme les pollueurs du Bassin. Personnellement, je pense que les usines de papier sont un mal nécessaire. J’utilise moi même du papier et des emballages dans ma profession de photographe. Je m’interroge juste sur l’emplacement de cette usine, à quelques centaines de mètres du Bassin et à quelques dizaines de mètres de l’Aïga et de la Leyre…

    Mais il y a bien d’autres sources de pollution sur le Bassin : les eaux usées d’une population en constante augmentation et qui se déversent dans l’Océan par le Wharf, la surpopulation de bateaux en juillet et aout, la décharge d’Audenge (là il y en à des choses à raconter !).

    Ne croyez surtout pas que toute mon attention va rester figée sur l’usine Smurfit Kappa. Je compte bien parler de tout le reste.

    Je vous promets Emile de faire attention la prochaine fois dans ce que j’affirmerai.

    Continuez à intervenir et n’hésitez pas à apporter des informations si vous en avez.

    Stéphane Scotto.

  6. 14 09 2008
    CLARISSE (15:12:12) :

    je suis aussi outrée par ce saccage et ces mensonges…

    quelques informations :
    la qualité de l’eau est bonne simplement parce que les tests datent des années 1960 à l’époque où les toilettes se déversaient sans épuration dans l’eau de mer, donc dans le bassin.
    On teste donc les colibacilles et non les produits chimiques et les métaux lourds.
    Si on appliquait les nouvelles normes européennes (comme l’a fait Surfrider et comme l’indique le dernier rapport de l’AFSSET) on aurait d’autres résultats.
    Il faut demander une saisine de l’AFSSET sur la qualité des eaux à la sortie du warf
    les associations sont tout à fait habilitées à le faire.
    Cela mettra une pierre de plus du côté des ostréiculteurs et des protecteurs de la nature, en espérant que les élus et l’administration locale ne continueront pas à ignorer ce que préconisent d’autres entités étatiques.

    Pour le bassin, il faut demander un moratoire sur tous les grands projets d’urbanisation extension des ports de plaisance, allongement de la jetée d’andernos pour permettre une navette fluviale indépendante de sheures de marée, développement de l’aérodrome,

    et permettre de faire un diagnostic sur la maladie du bassin qui, hélas, ressemble bien à une mort lente.

    MERCI pour vos commentaires et vos photos magnifiques

    merci d’avoir alerter même si cela retombe médiatiquement

    Bien cordialement

    clarisse

  7. 26 11 2009
    Pourre (12:27:09) :

    ceci c’est passé en 2008. cette situation a t’elle changée. je suis en terminal STAV et je souhaite faire un dossier technologique pour denoncer tout ces abus. quelqu’un peut t’il me donner quelques renseignements sur l’avancement de cette situation…
    ce blog est troublant…
    c’est affreux de voire un tel manque de respect envers les generations futures.
    merci d’avance pour les reponses.
    bon courage

  8. 1 01 2010
    Princesse (23:33:16) :

    L’année 2010 commence sous les meilleurs auspices pour les ostréiculteurs du Bassin d’Arcachon. Ils ont en effet appris, officiellement, que le fameux bio test sur souris permettant le contrôle sanitaires des huîtres et des moules, en vigueur depuis des années, venait de prendre fin.

  9. 18 03 2010
    camille (06:16:28) :

    une honte qui perdure effectivement à l’époque où tout le monde fait semblant de penser à l’écologie… l’impression désolante qu’ils sont plus forts que nous et que les politiques calment les esprits à grands coups de démagogie. Les manifs, les assos, les documentaires, il y en a eu et il y en aura encore, pourtant le wharf continue à cracher au vu de tous, ici et là coulent toujours des « rivières enchantées » et la tristesse de transmettre cet environnement ravagé à nos enfants se mêle à l’épuisement de se battre encore dans le vide alors que toutes les preuves accablantes sont là pour faire cesser ce massacre.
    partout on déverse des ordures dans ce qui est notre plus grande richesse et notre plus bel espoir, on pointe du doigt les pays en développement comme étant les plus grand pollueurs de notre planète, sans nous remettre nous mêmes en questions.
    Pessimisme c’est certain mais il faut continuer à se battre et croire encore que l’on peut changer les choses…

1 2

Laisser un commentaire




la saga dbz !!!!!!!!!!!! |
Jem et les hologrammes |
les gifs |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | fotos y gifs
| Le Photo Blog
| bloginterdit