• Accueil
  • > Archives pour février 2009

Bulletin de commande

24022009

Vous pouvez acheter mon livre dans ma galerie à Arcachon mais aussi dans toutes les librairies et espaces culturels en Gironde.

Vous pouvez également me le commander directement par correspondance et bénéficier d’une dédicace personnalisée ainsi que d’un poster-dépliant. Les frais de port (colissimo) sont offerts !

Si vous réglez par chèque, envoyez votre règlement de 49 € par exemplaire à l’adresse suivante:
Galerie de Stéphane Scotto
13 avenue Gambetta
33120 Arcachon
Tel: 05 56 22 52 62 / 06 61 63 52 62

Les personnes souhaitant régler via Paypal, doivent m’envoyer un e-mail pour m’en faire la demande. Je vous renverrai alors une demande détaillée via le site de Paypal.




Mon prochain livre… ça démarre maintenant !

23022009

1 an et demi après la sortie de mon premier livre sur le Bassin d’Arcachon, voici venu le temps de me consacrer au second.

Depuis une semaine, « Bassin d’Arcachon, balade en altitude » est en pleine conception.

livreicouvbd.jpg

Un thème : le Bassin d’Arcachon en vision aérienne.

Ce livre au format 24×32 cm à l’italienne, comportera 224 pages et environ 200 photographies aériennes, toutes prises à bord de l’ULM de mon ami Michel Boudigues.
Vous découvrirez le Bassin comme vous ne l’avez jamais vu, avec des formes et de lumières qu’on ne peut voir que du ciel.
Vous pourrez constater l’évolution du Banc d’Arguin depuis 2005, découvrir les villages invisibles de l’Ile aux Oiseaux, et vous étonner de paysages inaccessibles.

Un DVD accompagnera l’ouvrage.
Il comportera plusieurs reportages vidéos dont je vous dévoilerai bientôt le contenu.

La sortie est prévue pour début juin et son prix public sera identique au premier, soit 49 €

Je lance dès à présent une souscription à 45 € comprenant le livre, le dvd, et un poster colector.
Vous trouverez un bon de souscription en ligne dans quelques jours. Vous pouvez également venir le remplir à la galerie.
Petit détail important: un règlement par chèque me permet de ne pas encaisser votre chèque avant l’impression du livre.
Vous pourrez également régler par CB via Paypal.

Dans les jours qui viennent je vais créer un site dédié uniquement au livre. J’ai d’ors et déjà créé un groupe sur Facebook.
Pour y adhérer, créez un compte sur www.facebook.fr (si ce n’est pas déjà fait…) et recherchez « Bassin d’Arcachon-Balade en altitude-le livre ». Cliquez sur « rejoindre le groupe ».

Les premières pages et tous les détails vous y attendent déjà…




Une page va se tourner sur ce blog…

23022009

Dans quelques jours ou quelques semaines, la rubrique « SOS Bassin » va migrer vers un autre site.
Pourquoi ?

Parce-que j’en suis arrivé à la conclusion que mélanger mon activité professionnelle et mon combat pour la défense du Bassin d’Arcachon ne servait les intérêts ni de l’un ni de l’autre…

Depuis mon intervention de 30 secondes dans l’émission Thalassa à Arcachon, je reçois parfois des messages me reprochant d’utiliser mon implication environnementale dans le but de me faire médiatiser afin de me faire de la publicité…

Je tiens à faire une mise au point.

Depuis que je me suis spécialisé dans les prises de vues de paysages du Bassin il y a 9 ans et que j’ai ouvert ma galerie, j’ai toujours été médiatisé et encouragé par la presse locale et même nationale, et ce, bien avant que je ne m’intéresse aux problèmes écologiques du Bassin…
Sud Ouest, la Dépêche du Bassin, Bordeaux Madame, Bordeaux Femmes, le magazine Thalassa (qui n’existe plus), Chasseurs d’Images, Photofan, Ti’Bass, ont été les premiers à parler de mon activité. Puis la télévision : M6 Bordeaux, TV7, France 3 Aquitaine, et plus récemment, le JT de 13h00 de TF1, ont réalisé des sujets sur mon travail photographique. La radio ne m’a pas oublié : Fréquences Grands Lacs, Radio Côte d’Argent, et France Bleue Gironde m’ont également interviewé bien avant que je ne découvre les maux du Bassin.

Et c’est justement parce-que j’entretiens de bonnes relations avec la presse que j’ai décidé de militer pour la défense de l’environnement, en conciliant prises de vues, informations et médiatisation.

Tout à commencé en août 2008, lors de la crise ostréicole et la mise en ligne sur daylimotion du petit document  » La souris qui cachait un éléphant« . Que voit-on dans ce petit document vidéo ? et bien uniquement ce qui s’est passé ce jour là, à savoir la manifestation des ostréiculteurs à l’usine Smurfit. Au lendemain de la mise en ligne de ce document j’ai reçu un nombre important de messages d’encouragements de président(e)s d’associations environnementales du Bassin. Et bien sur des demandes d’utilisations gratuites de mes photos. J’avais le sentiment que je pourrai apporter quelque chose de complémentaire à leur combat, qui ne date pas d’hier, mais, il faut bien le reconnaître, n’a pas permis d’éviter la situation actuellement préoccupante de l’état écologique du Bassin.

Et puis il y eu le courriel du sous-préfet Ramon qui me reprocha le premier de faire dans le « sensationnel », « sans aucune déontologie« , ceci afin de me faire de la publicité pour « mieux vendre mes produits »
J’aurais espéré à ce moment là un peu de soutien de ces mêmes associations qui quelques jours avant seulement me félicitaient pour mon engagement…
A part quelques exceptions, il n’en fut rien.
La plupart ont brillé par leur silence et d’autres ont trouvé bon de me faire savoir qu’elles comprenaient très bien le point de vue du sous-préfet…

« Diviser pour mieux régner » sera toujours la devise efficace de ceux qui ne souhaitent pas le changement. Et vous savez quoi ? et bien CA FONCTIONNE !!!

Mais je ne suis pas de ceux qui baissent les bras aussi facilement. J’ai donc continué, seul.

Depuis trois semaines je vous alerte sur la situation catastrophique du CET d’Audenge.
Vous êtes nombreux à avoir lu mes articles (environ 800) mais si peu à voir osé vous exprimer…
Vous devez sans doute penser que votre avis n’intéresse personne et ne servira rien. Je pense le contraire.
C’est la manifestation de la prise de conscience collective qui peut motiver nos élus à prendre les bonnes décisions.

Aujourd’hui, je le reconnais, je suis découragé.
Contrairement à ce que certains pensent, mon action, mon implication ne m’a rien apporté de positif, bien au contraire…
Dès le départ, je savais qu’en m’engageant ainsi j’y laisserai des plumes mais je pensais que cela en valait la peine.

Je me trompais. Cela n’en valait vraiment pas la peine…

J’ai donc décidé de ne plus utiliser ce blog à des fins « environnementales » ceci afin de ne plus mélanger mon travail et mes engagements.

Je vais donc créer dans les semaines qui viennent un autre blog destiné uniquement à la défense du Bassin d’Arcachon.
Je n’abandonne pas. Je change de méthode.
Je vais également créer un groupe « SOS Bassin d’Arcachon » sur Facebook et je proposerai aux associations, y compris celles qui m’ont blessé, d’en être également les administrateurs. Ainsi chacun de celles et ceux qui s’impliquent dans la défense de l’environnement du Bassin pourront écrire, diffuser et informer sur une même plate-forme.

Merci à toutes celles et tous ceux qui m’ont soutenus et sont intervenus sur ce blog.




sur le Bassin d’Arcachon : à chacun sa merde !

13022009

Ce matin dans le journal Sud-Ouest je lis que les audengeois sont solidaires de leur maire Nathalie Le Yondre face à la situation catastrophique de la décharge d’Audenge (Centre d’Enfouissement Technique pour les puristes)…

C’est le monde à l’envers ! eux dont le sort n’a jamais préoccupé ni les élus du Bassin, ni les habitants des autres communes viennent au secours de leur maire aujourd’hui menacée de mise en examen par le sous-préfet…

Alors je me suis replongé dans mes archives vidéo et j’ai retrouvé ce petit document fort intéressant. Cette scène a été tournée avec mon téléphone portable lors de la manifestation des ostréiculteurs à l’usine Smurfit le 12 août 2008.

Le maire de Biganos, Bruno Lafon, intervient et s’adresse à la foule avec, il faut le reconnaître, un certain courage. Soucieux de protéger les emplois et la taxe professionnelle sur sa commune, il vole au secours du groupe Smurfit Kappa et attire l’attention des « agriculteurs de la mer » sur la commune voisine qui abrite la fameuse décharge. Autrement dit : allez voir à côté, c’est encore pire !…

On croît rêver. Ce document prouve, qu’à ce moment précis, au moins un élu (qui se trouve par ailleurs être le président de la COBAN) est parfaitement au courant de la situation au CET d’Audenge et des risques de pollution pour les eaux du Bassin. Pourtant, depuis cette date, rien n’a été fait pour accompagner solidairement la nouvelle municipalité d’Audenge dans cette difficulté majeure…

Les élus UMP, largement majoritaires sur le Bassin d’Arcachon, auraient-ils attendu tranquillement que la situation se détériore afin d’assister à l’élimination d’une élue d’opposition …? on peut se poser la question tant, le contexte politique sur le Bassin revêt une importance du plus haut niveau.

Il y a quelques semaines, le maire du Cap-Ferret et président du SIBA, Michel Sammarcelli, disait :  » la politique pollue le Bassin ». Cette phrase résume tous les maux de ce lieu magique malheureusement en pleine déchéance écologique.

http://www.dailymotion.com/video/k1dxPaChQ823SzWWcd

 




Les oubliés du Bassin…

8022009

scottaudenge.jpg

Ils ne sont que 5000 environ à vivre dans cette petite commune au fond du Bassin d’Arcachon, dans cette zone autrefois populaire, que les spécialistes de la com veulent que l’on appelle le « COEUR » du Bassin.

A Audenge, pas de people, pas de parties de pétanque entre « figures du Bassin », pas de « retour de plage » en direct de la radio, pas de député ni de sénateur, même pas un Président de Siba, de Cobas, de Coban ou je ne sais quoi encore…
Juste une maire: Nathalie Leyondre, socialiste isolée au milieu d’une grande majorité de maires UMP, élue lors des dernières municipales par une population désabusée et fatiguée de sentir les odeurs nauséabondes d’une décharge, pardon, un « Centre d’Enfouissement », situé depuis des années en plein milieu de leur commune, dont l’ancien maire s’est vu reproché sa mauvaise gestion, douteuse, semble t-il…

En septembre je vous avais déjà parlé de cette fameuse décharge qui posait problème. (voir l’article de l’époque en cliquant ici)
J’avais même eu une altercation avec le fameux sous-préfet M. Ramon à propos de cette benne contenant des matières radioactives laissées sous un hangar ouvert, sans aucune mesure de protection. Pour lui tout était normal.

A l’époque j’avais été alerté par des habitants d’Audenge sur mon blog et j’avoues que j’avais du mal à imaginer à quel point l’odeur pouvait être si difficile à supporter. Il faut s’en approcher pour le croire !
Après deux heures passées sur place avec des employés de la société Edisit qui m’avaient fait une visite guidée de cette vision d’horreur, je m’étais fait la réflexion que les audengeois devaient être bien désabusés pour ne pas se révolter. Comment peuvent-ils tenir le coup ? comment supportent-ils de vivre fenêtres fermées en plein été et de ne pas pouvoir recevoir de la famille ou des amis chez eux tant la puanteur est insupportable ? combien de personnes malades, dépressives à Audenge ? combien de familles en souffrance ? Il me semble qu’il serait temps de mesurer l’impact sur la population car désormais, en plus d’un drame écologique, on pourrait bien découvrir un drame de santé publique !..

Aujourd’hui, la maire d’Audenge fait le point sur une situation alarmante et en informe ses administrés par une lettre d’information intitulée « Menaces sur la commune » (lire ci-dessous). J’ai envie de lui dire que le titre aurait dû être non pas « Menaces sur la commune » mais « Menace sur le Bassin ».
Ce matin, le journal Sud-Ouest faisait paraître un article signé Sabine MENET.
Sur les faits, tout est dit.
Je vous propose de lire ces documents avant de poursuivre mon blog…

Lettre d’information de Nathalie Le Yondre, Maire d’Audenge:
audengelettremairerecto.jpg audengelettremaireverso.jpg

article Sud-Ouest de Sabine Menet:
articlesudouestcet.jpg

Je me suis donc rendu sur place aujourd’hui en compagnie d’un Audengeois, révolté et épuisé de vivre dans cette odeur épouvantable.
Première constatation : l’endroit n’est pas sécurisé comme il devrait l’être. Le grillage est parfois défoncé. Aucun service de sécurité pour garder le site, pourtant classé SEVESO.
Les lieux, qui ont également subi les assauts de la tempête Klaus, ressemblent à un décor d’apocalypse, totalement irréel et si peu à sa place à seulement quelques 3 ou 4000 mètres des eaux du Bassin.
Le hangar dont la porte a été pulvérisée par la tempête semble abriter une benne jaune semblable à celle contenant les matières radioactives déjà identifiées en septembre 2008.
Le nécessaire avait-il été fait pour évacuer ces déchets où sont-ils encore là ???

dechargeaudenge04.jpg dechargeaudenge03.jpg
dechargeaudenge02.jpg dechargeaudenge01.jpg dechargeaudenge05.jpg

Aujourd’hui, plus que jamais, je me pose beaucoup de questions sur l’avenir du Bassin d’Arcachon.

Car si ces derniers temps je retrouvais un peu d’optimisme après les dernières déclarations du Président du SIBA et le projet de Parc Marin qui semblait en bonne voie, je ne peux que constater l’absence totale de solidarité dans cette affaire aussi grave qu’est la décharge d’Audenge.
Le coût de la réhabilitation du site ? : 20 Millions d’euros !!!
Qui va payer ? certainement pas les modestes habitants de cette petite commune… l’ancien maire ? pour le moment il ne semble même pas inquiété… l’ancienne société d’exploitation du site ? il semble que ces gens-là n’ont pas été poursuivis suffisamment tôt…
Alors, pour bien rappeler son autorité, le sous-préfet Ramon rappelle la loi : c’est l’actuelle maire qui risque la mise en examen ! Belle preuve d’humanisme et
curieuse façon de traiter le problème. D’autant que dans un autre article paru ce jour dans Sud-Ouest, il a quand même la bonne réaction d’appeler les élus à être solidaires. Toujours ce double langage qui lui va si bien… je suppose que cela fait partie de sa fonction.

Les démarches entreprises par Nathalie Le Yondre permettront peut-être de mettre en cause les vrais coupables mais ce sera long, très long et très coûteux.
Pendant ce temps-là, les « jus » des déchets en décomposition risquent bien de continuer à s’écouler et de rejoindre par la nappe phréatique les eaux du Bassin.

Il n’y a qu’une seule solution pour sauver les eaux et l’air du Bassin d’une pollution plus que probable, provoquée soit par les « jus », soit par les « gaz » :
Il faut trouver ces 20 Millions d’euros nécessaires à la réhabilitation du site. et vite !!!
Pour une fois, les élus du Bassin, quelles que soit leurs querelles politiciennes, doivent s’unir et faire preuve de solidarité. Car après tout, ils étaient bien content d’aller déverser les ordures de leurs communes bien au fond du Bassin, là où les touristes et les « people » ne vont jamais…
Devrons aussi participer : l’Etat et le département, qui dépensent l’argent du contribuable avec parfois beaucoup de facilité et si peu de morale (cf. les 9 Millions d’euros dépensés pour financer une cale à bateaux au port de Larros qui permettra à l’entreprise Couach de mettre à l’eau ses prochains yachts de plus de 30 mètres…-source article Sud-Ouest du 07.10.2008- alors même que le propriétaire de cette entreprise se pose régulièrement avec son jet privé sur la petite piste de l’aérodrome de Villemarie…), les 1.275.000 euros attribués pour la prochaine campagne de promotion touristique de la Gironde (parisiens, vous aurez bientôt l’occasion de voir cette campagne affichée en gare de Montparnasse et peut-être qu’en la voyant vous comprendrez et partagerez mon écoeurement…), et toutes ces petites dépenses inutiles, 20 000 euros par ci, 100 000 euros par là… C’est si facile de dépenser l’argent public !

La protection du Bassin devrait être une PRIORITÉ ABSOLUE car faut-il le rappeler, le « fonds de commerce » de ces lieux, que ce soit pour le tourisme, l’ostréiculture, le nautisme, et même l’immobilier, c’est bien sa NATURE, son ENVIRONNEMENT, si attirant et si attachant.

Qui voudra venir se baigner dans une eau polluée ?, qui voudra se promener en vélo sur les belles pistes cyclables d’Arcachon en respirant les gaz d’une décharge à ordure ou d’une usine à papier ?, qui osera alors encore déguster des huîtres ? boire l’eau des Abatilles ?
Ceux qui pensent que la situation n’est en rien préoccupante et que les « alarmistes » sont des écolos illuminés ou encore des « photographes en recherche de publicité », n’auront même pas à rendre des comptes car ils seront les premiers à quitter ce lieu magique quand il ne leur rapportera plus rien.

C’est tellement plus facile et confortable de se taire, de tourner le dos, et de profiter de l’instant présent et de ce que le Bassin a encore à offrir.

Osez lecteurs de ce blog, osez laisser vos commentaires, osez exprimer votre inquiétude ou votre désaccord, mais de grâce, ne restez pas silencieux. Ne cédez pas à la pression de ceux qui souhaitent le silence et qui sont les premiers responsables de cette situation alarmante.

Liens utiles :

Le site de l’association Vigidécharge (pas remit à jour depuis avril 2008…)

Article sur le portail www.bassindarcachon.com

Article sur le blog d’Andernos canal blog (2006)

Un article sur un blog qui date de 2006

L’avis des audengeois sur un site-portail

Lettre ouverte d’un parti politique d’opposition à l’actuelle maire d’Audenge

Infos officielles : http://basol.environnement.gouv.fr







la saga dbz !!!!!!!!!!!! |
Jem et les hologrammes |
les gifs |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | fotos y gifs
| Le Photo Blog
| bloginterdit