Le livre « Balade en altitude » avance…

20032009

Depuis hier, une maquette avec 20 pages imprimées est visible à la Galerie. Venez le découvrir, le toucher, le peser, le feuilleter.

maquette01bd.jpg

La souscription est lancée et j’ai créé un mini-site pour présenter le l’ouvrage en détail.
Rendez vous sur mon site: www.stephanescotto.com et cliquez sur « mes livres ».

Je rappelle que pour les 500 premiers exemplaires, un poster collector est offert.




« Nos enfants nous accuseront »… les spectateurs « accusent » leurs élus.

14032009

http://www.dailymotion.com/video/k1apY2Bw5b6FV4HGHu

Mais que c’est-il donc passé hier soir au cinéma de La Hume après la projection du film documentaire de Jean-Paul JAUD…?

A ma grande surprise la salle était comble. C’est la première fois que je voyais la queue devant ce petit cinéma de quartier peu connu des habitants de Gujan Mestras. Preuve que beaucoup de familles se préoccupent de la qualité de leur alimentation.

L’équipe Municipale est là. Une rencontre-débat avec la coordinatrice des AMAP (1) en Gironde et un jeune agriculteur bio a été organisée par la dynamique Amélie de la Charte Ecologique de Gujan Mestras.

Le film démarre. Dès les première images, on entre dans le vif du sujet : environnement, pesticides, maladies en tout genre, malformations, cancers… jamais une génération n’avait autant été touché par les conséquences d’une alimentation non-réfléchie. Le film est long mais on ne s’ennuie pas. On est ahuris par ce que l’on apprend, ému par les témoignages de parents dont les enfants sont atteints de cancer, et toujours ces images effrayantes d’agriculteurs équipés de casques de cosmonautes en train de répandre leurs pesticides sur leurs vignes, leurs légumes, leurs fruits… ceux que nous allons manger. Comment ne pas être admiratif pour ce maire de Barjac dans le Gard, qui a eu cette volonté de faire passer la cantine scolaire en bio ? et d’avoir ainsi, par le biais des enfants, converti au bio l’ensemble des habitants de sa commune !

Le film s’achève. Silence dans la salle. Il faut se remettre de tout ça. Difficile d’encaisser qu’on a ingurgité toute cette pollution chimique pendant des années et que l’on continue à le faire. Difficile d’envisager, là maintenant, que le pourcentage de chance d’avoir un cancer à 40, 50, ou 60 ans, est quasiment de 100 %.
Je réalise que pour ma génération le mal est fait et qu’il sera difficile de réparer. Mais alors ? ne peut-on rien faire pour les enfants d’aujourd’hui et de demain ? C’est là tout le débat.

Et c’est justement ce qui va arriver. La parole est donnée à Elisabeth Rezer Sandillon, ancienne des Verts, désormais adjointe à la mairie de Gujan au côté de la maire-sénatrice UMP Marie Hélène Des Esgaulx, alias MHDE.
« Qui veut prendre la parole » ?

Une main se lève dans le fond de la salle. C’est celle de Vital Baude du parti des Verts. Il se saisit du micro et annonce la couleur : « comment envisager un débat ce soir alors que MHDE a voté dernièrement la loi sur les OGM ? »
Malaise dans la salle. Silence de mort. Mme Sandillon semble déjà dépassé et cherche une solution dans le regard de MHDE, assise là au premier rang, regardant vers le plafond. Pas de réaction.
La jeune coordinatrice des AMAP 33 n’est pas à l’aise non plus. Elle n’est pas d’ici et découvre le climat politique du Bassin, plus polluant que n’importe quel pesticide… elle tente de recentrer le débat et présente Didier, ce jeune agriculteur bio qui voudrait bien trouver un petit bout de terre sur le Bassin Sud pour proposer ses produits bio à une soixantaine de familles. Il témoigne:  » le foncier est inabordable, je n’arrive pas à trouver, c’est trop cher, et en plus, comme je ne suis pas d’ici, il faut que je puisse me loger… »
Je réalise alors que sans une intervention municipale, ce jeune agriculteur ne pourra rien faire pour nous sauver de notre turpitude alimentaire qui nous conduit à coup sûr vers la maladie, la dépression, la mort tout simplement.

Une maman, qui est venu d’Andernos avec ces deux jeunes enfants, se lève et s’adresse à tout le monde : « j’ai fait le choix de ne consommer que du bio et d’éduquer mes filles dans cet état d’esprit. Nous sommes venus d’Andernos pour voir ce film et assister à ce débat. Je soutiens à fond les agriculteurs et les commerces bio. C’est possible de le faire ! »
La salle applaudit.

Les questions et réflexions commencent à fuser. Des parents d’élèves de Gujan s’adressent à MHDE : « comment se fait-il que les repas de la cantine de nos enfants viennent tous les jours de… Dax ??? »
Réponse embarrassée de Mme Sandillon : « euh… il y a eu appel d’offre et c’est cette société qui l’a emporté » et, dans un ultime effort, comme pour s’acheter une bonne conduite:  » nous allons exiger dans un prochain appel d’offre, que le pain soit produit sur place… »

Mais alors, pourquoi ne pas aller plus loin dans la démarche ? pourquoi ne pas faire comme cette commune de Barjac ? pourquoi ne pas créer une cuisine bio au sein de la COBAS (2), plutôt que de faire venir des repas tous les jours d’une société située à 200 km ?
Réponse de Mme Sandillon: ce n’est pas dans les attributions de la COBAS.
Et pourtant, lance un jeune père de famille, : « la construction des écoles sont dans les compétences de la COBAS ! »

Ca y est, nous y sommes, dans le vif du sujet. Il ne s’agit plus là ce soir de savoir comment nous procurer notre petit panier de légumes bios, mais bien de remettre en question tout un système de gestion de cantines scolaires abrutissant et destructeur !

Je sens venir l’argument du manque de moyens alors je prends la parole à mon tour et je m’adresse à MHDE :  » comment pouvons nous accepter que des millions d’euros de NOTRE argent soient dépensés sans scrupule dans des conneries (9 millions d’euros pour une cale à bateau pour yatch Couach de 50 m au port de Larros, 1 260 000 euros pour une campagne de com débile – « trouvez votre point G » – pour promouvoir la Gironde, et j’en passe !) alors que rien n’est fait pour aider ce jeune agriculteur dans sa démarche et que nous donnons de la merde à bouffer à nos enfants ?!

MHDE me regarde mais ne me répond pas, mais je sais qu’au fond d’elle, elle doit commencer à se poser des questions. Elle doit bien sentir tous ces gens dans la salle qui ne comprennent pas et ne veulent plus accepter toutes ces absurdités politico-économiques qui nous conduisent peu à peu à la déchéance.

Le débat se termine. Il est tard. Chacun rentre chez soit, y compris MHDE, qui, je l’espère, en aura retenu, non pas l’agressivité de certains (dont moi), mais le raz-le bol, l’appel au secours, car se sont bien nos élus qui peuvent changer les choses.

L’argent il existe, il est là, dans les caisses de l’Etat, des régions, des communes, des communités de communes ; la prise de conscience elle est là aussi et elle se développe à toute vitesse ; il ne manque plus que la VOLONTÉ POLITIQUE.

(1) AMAP: http://www.amap-aquitaine.org
(2) COBAS: http://www.agglo-cobas.fr




L’eau en partage

13032009

leauenpartageaffiche.jpg

J’avoue qu’en recevant l’invitation du SIBA à cette grande manifestation du 12 mars intitulée « L’eau en partage » j’étais sceptique…
Je pensais encore à un coup médiatique destiné à nous faire croire que tout va bien sur le Bassin, à coup d’études scientifiques incompréhensibles pour le commun des mortels, et de certitudes alimentées par les intérêts des uns et des autres.

Finalement ce fut le contraire.
Cette journée aura été non seulement un grand succès au niveau de sa fréquentation, mais en plus, marque, selon moi, un tournant dans l’histoire du Bassin d’Arcachon.

Je me suis rendu comme spectateur à deux ateliers.
Le premier : Le Wharf de la Salie, animé par Sabine Jeandenand et son équipe du SIBA a permis une approche structurée, ludique et ouverte des inquiétudes et des interrogations à propos des rejets en mer. Cet atelier aurait mérité une heure de plus pour aborder toutes les subtilités et confronter les avis de tous. Mais ne gâchons pas notre plaisir, j’ai forcément apprécié l’ouverture d’esprit et le climat serein de cet atelier.

Le deuxième atelier portait sur la Plaisance et la navigation sur le Bassin. Il était animé avec qualité par Raynald Vallée des Affaires Maritimes, Alain Gautier, directeur du Port d’Arcachon, Mireille Denechaud (Union des plaisanciers UNAN33), Sabine Jeandenand du SIBA et l’excellent Alain Pagès de France Bleu Gironde.
Chiffres clefs, problèmes liés à l’utilisation des antifouling, aménagements du Port d’Arcachon, cohabitation entre utilisateurs du plan d’eau, les sujets étaient nombreux et certaines réponses fort instructives.
Là encore, il manquait une heure de débat. Quelques ostréiculteurs inquiets à juste titre par la fréquentation explosive en été du plan d’eau ont soulevé le problème des hydrocarbures sans obtenir véritablement de réponses à leurs questions. Ils apprendront tout de même que 10 % seulement des bateaux immatriculés sur le Bassin naviguent réellement. Concernant les jet ski, le comptage de l’étude engagée depuis l’année dernière ferait état d’un nombre maximum de jet sur une même journée d’environ 30 unités, ce qui n’est pas réellement préoccupant.
Le sujet du traitement des vases portuaires n’a pas pu être abordé et c’est bien dommage.
Ceci dit, si le temps a manqué, les sujets ont été abordés sans tabou et avec sincérité et je pense qu’il sera possible de poursuivre le débat en dehors de l’événement de cette journée.

Puis, à 20h30, se tenait le grand débat dans la grande salle du Palais des Congrès d’Arcachon.
Beaucoup de monde, une salle presque comble.
Sur l’estrade, des responsables d’associations environnementales qui avaient participé aux ateliers, comme Françoise Branger de Bassin d’Arcachon Ecologie et Claude Bonnet, Président de la SEPANSO, mais aussi des scientifiques, Olivier Laban, Président du syndicat des ostréiculteurs et quelques élus dont le député-maire du Teich François Deluga, la maire d’Audenge Nathalie Leyondre, et bien sur le maire du Cap-Ferret et Président du SIBA : Michel Sammarcelli.

debat02.jpg

C’est lui qui ouvre la soirée par un discours que j’ai trouvé touchant car rempli de sincérité.
Après une synthèse des différents ateliers de la journée, les spectateurs ont pu poser des questions et obtenir des réponses.
Jérôme Bignon, Président du Conservatoire du Littoral et de l’Agence des Aires Marines Protégées, a pris le temps (c’est le cas de le dire…) d’expliquer les avantages du Parc Marin, qui est encore un sujet de discorde entre les élus du Bassin.
Si le maire d’Arcachon et le sous-préfet semblent sceptiques sur la nécessité de le mettre en place, il semble que la majorité des élus et des utilisateurs du plan d’eau y soient favorables.

debat01.jpg

Mais ce qui m’a le plus frappé dans cette soirée c’est l’affirmation par deux élus : François Deluga et Michel Sammarcelli que l’expansion démographique et urbanistique du Bassin avait atteint son point maximum et qu’il serait irresponsable d’accepter l’idée d’une augmentation de 60 000 à 100 000 habitants supplémentaires d’ici 2030 !
Enfin une réponse claire de deux importants élus du Bassin, pourtant opposés politiquement, mais qui se rejoignent sur ce problème de fond.

Il y aurait eu encore beaucoup de questions à poser et beaucoup de réponses à apporter ce soir, notamment à propos de l’usine Smurfit mais surtout de la Décharge d’Audenge, sujet totalement absent de cette journée et pourtant si préoccupant.
Là encore, il manquait une heure de débat.

Je dois dire que je suis impressionné par la qualité de l’organisation, l’ouverture d’esprit, l’ambiance courtoise, l’auto-discipline que chacun s’est imposé naturellement, et le climat de sérénité qui s’est dégagé de cette soirée.
Un accès libre, sans restriction, était aussi selon moi un signe d’ouverture et en tout cas de changement radical dans les relations entre habitants, élus, « écolos » et institutionnels.

Une initiative du SIBA, à renouveler, c’est certain !




La maquette du livre

4032009

maquette01bd.jpg

Aujourd’hui le livre « Balade en altitude » vient de franchir une étape.
J’ai pu faire imprimer la jaquette de la couverture et l’intégrer sur un livre au même format.
Une maquette « physique » est donc visible.
Dans quelques jours, 20 pages y seront intégrées.







la saga dbz !!!!!!!!!!!! |
Jem et les hologrammes |
les gifs |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | fotos y gifs
| Le Photo Blog
| bloginterdit