Disparition annoncée de ma Galerie

3 07 2010

Cet après midi, j’ai compris que je devais prendre une décision grave. Il en va de ma santé morale et physique.

Je n’en ai jamais parlé sur ce blog car j’ai toujours pensé que mon activité professionnelle devait rester positive à vos yeux et je vous ai donc épargné les problèmes que je rencontre depuis quelques temps avec mon voisinage mais aussi avec certaines personnes de la Municipalité d’Arcachon.
Ce soir j’ai besoin de partager cette triste nouvelle avec vous.

Ce soir, j’ai décidé de vous raconter en détail cette histoire qui se termine mal.

Pour comprendre pourquoi j’en suis arrivé à cette décision, il faut remonter 4 ans en arrière. Souvenez vous, j’avais à l’époque réalisé la « photo aérienne la plus longue du Monde » que j’avais exposé sur la plage d’Arcachon un dimanche de novembre.

Mon récit est long et détaillé mais il vous faut tout lire pour comprendre la suite de l’histoire et ce qui s’est joué aujourd’hui.

Ce projet je l’avais réalisé seul sans l’aide de qui que se soit et encore moins de la Ville d’Arcachon.
Mais pour l’exposer sur la plage il me fallait une autorisation d’occupation du domaine public et des barrières en fer pour y accrocher la photo de 52 m de long.
Je n’ai pas eu le temps de le demander que la directrice de communication de la Mairie de l’époque m’a contacté pour me le proposer. Bien.
Mais elle avait aussi eu l’idée d’utiliser cette photo pour illustrer la carte de voeux du Maire à l’occasion des 150 ans d’Arcachon. Bien aussi. J’étais plutôt content que cette photo pour le moins originale puisse servir sur un support marquant les 150 ans de la Ville. J’acceptais donc volontier.

Jusque là tout va bien et nous fixons la date de l’expo pour le premier dimanche de novembre.
Malheureusement, une semaine avant la date programmée pour l’expo, un de mes meilleurs amis d’enfance décède d’une crise d’asthme aïgue et je devais me rendre aux obsèques à Paris la veille de l’exposition. J’avertit immédiatement la directrice de communication de ce fait et lui demande de bien vouloir repousser l’expo au dimanche suivant. Elle ne fait aucune remarque à ce sujet.

La semaine suivante M6 Bordeaux décide de réaliser un reportage sur cet événement et une équipe vient donc sur le Bassin pour tourner des séquences. Le reportage est diffusée le jeudi soir annonçant l’expo pour le dimanche suivant.
Mais dans la journée, la directrice de communication de la Mairie m’appelle et me demande de bien vouloir annuler l’expo et la reporter à une date ultérieure car « il serait bien que la photo ne soit pas dévoilée avant la carte de voeux du Maire… »
Autrement dit il fallait tout annuler et exposer l’image sur la patinoire en… janvier !!!

Je lui fait remarquer que la Mairie ne m’a apporté aucune aide pour réaliser ce projet et que je ne l’ai pas faite pour le Maire mais pour les gens. Que je souhaite l’exposer sur la plage par une température encore relativement agréable. Elle insiste et je ne cède pas.
Mais quelques heures plus tard, elle me rappelle pour m’annoncer que l’autorisation m’est retirée purement et simplement, que c’est trop compliqué de mobiliser une équipe municipale pour me déposer les barrières en fer un dimanche, etc…
Je lui explique que tout a été annoncé dans la presse locale et qu’un reportage de M6 va être diffusé ce soir pour donner rendez-vous aux gens sur la plage dimanche prochain. Il n’est donc plus possible de faire marche-arrière. Elle semble ne pas me croire.

Finalement, le lendemain, s’étant assurée que j’avais bien dit la vérité concernant les annonces dans la presse, et se retrouvant donc coincée, elle me rappelle pour m’annoncer que j’avais l’autorisation.
Elle me lance  » c’est vraiment compliqué de travailler avec vous Stéphane… » (phrase que je n’ai pas oublié tellement cela était ahurissant !)
Pour les barrières je lui dit que je n’en voulais plus puisque « c’est compliqué » et que je déroulerais la photo sur le sable en toute simplicité. Mais là, j’apprend que les barrières avaient déjà été déposée sur la plage !!! confirmation du coup de bluff…

Le dimanche arrive, l’expo se fait avec succès. 2000 personnes font le déplacement, on en parle sur France3, M6, TV7, la presse locale mais aussi nationale.
Finalement il ne manquait plus qu’un représentant de la Mairie sur la plage. Car aucun n’avait fait le déplacement…

Le lundi, la directrice de com me rappelle pour les détails de la carte de voeux.
Je lui explique alors que compte tenu de ce qui s’était passé, je ne souhaitais plus que cette photo soit utilisée pour promouvoir la Mairie. Cette annonce elle ne l’a pas bien prise bien entendu, d’autant que « Monsieur » le Maire avait validé le projet.
Après quelques âpres discussions, je propose une porte de sortie : m’assurer de l’autorisation par écrit pour une prochaine expo l’an prochain avec une photo encore plus grande afin que je donne mon accord pour la carte de voeux.
Elle refuse estimant que c’est du chantage et nous en restons là.

Quelques jours plus tard, c’est un des plus proches collaborateurs du Maire qui m’appelle. Je n’écrit pas son nom mais tous ceux qui ont eu une sale histoire avec la Mairie d’Arcachon un jour ou un autre savent bien de qui je veux parler. C’est « l’homme de l’ombre de Yves Foulon », celui qui manigance, organise, complote, c’est lui qui ordonne, court-circuite. Et parfois quand on discute avec un employé municipal et que l’on prononce son nom, les yeux se baissent et plus un mot ne sort. Il fait peur car il a le pouvoir sur Arcachon. Le pouvoir « politique ». Le pire qui soit…
Bref, il m’appelle pour discuter de ce problème de carte de voeux. On en parle calmement et je lui propose la même chose qu’à la directrice de communication à savoir une autorisation pour l’année prochaine.
Lui :  » Mais bien sûr Monsieur Scotto, vous l’aurez ne vous inquiétez pas pour ça… »
Moi :  » je n’ai plus confiance avec ce qui s’est passé, alors je souhaites un écrit dès maintenant »
Lui :  » ah, là monsieur Scotto je crois qu’on ne va pas s’entendre « 
Moi :  » mais ce n’est pas grave alors… on ne s’entend pas et puis c’est tout « 
Lui :  » très bien Monsieur Scotto mais là vous venez de faire un affront au Maire et vous devrez en payer les conséquences dans l’avenir… »

Ne travaillant pas avec la Mairie d’Arcachon ni avec aucune Mairie je ne voyais pas très bien comment il pourrait mettre en application cette menace ridicule d’un niveau extrêmement petit pour une personne ayant autant de responsabilités.
Mais aujourd’hui j’ai la réponse…

Nous en arrivons donc au problème auquel j’essaye de faire face depuis plus d’un an. C’est à dire depuis qu’une nouvelle boutique de vêtements s’est installée à côté de ma galerie en mai 2009. Dès l’ouverture, ce couple de commerçants habitués à vendre sur les marchés, a choisit d’occuper un maximum d’espace sur le trottoir ne se souciant absolument pas de la gêne que je pouvais subir au niveau de la visibilité de ma galerie.
Depuis un an je dois donc cohabiter avec pas moins de 4 portants remplis de vêtements, d’une longueur de 1m55 au lieu des 80 cm normalement autorisés par l’arrêté municipal portant occupation du domaine public.
Evidemment ma première réaction a été de tenter de convaincre ma voisine de diminuer ses portants notamment celui qui se trouve à la frontière de nos deux boutiques et qui créé une situation ubuesque puisque des clientes stationnent devant mon entrée pour choisir les vêtements allant même jusqu’à utiliser ma vitrine comme miroir !
La réponse a été claire et sans appel : « la mairie nous a donné son accord donc on le fait ». Point !
On pourrait en rire, sauf que la sanction a été immédiate : baisse de mon chiffre d’affaire qui est venue s’ajouter à une baisse due à la crise qui n’a pas arrangé les choses.

En effet, la présence de tous ces présentoirs obligent les passant à s’éloigner des vitrine pour marcher sur le bord du trottoir. Il sont d’ailleurs tellement occupés à chercher où passer qu’ils ne tournent même plus la tête vers la galerie…
photo10.jpg photo3.jpgphoto2.jpg
sur cette photo prise cet après midi, des clientes de la boutique voisine essayent des chaussures devant ma galerie !

J’entreprends donc de prendre contact avec Madame Yvette Maupilé, adjointe au Maire chargée du Commerce et de l’occupation du domaine public.
Je lui envoie un mail avec des photos mais pas de réponses.
Je décide donc de débarquer dans son bureau à l’improviste et elle me reçoit.
Au bout d’une demi-heure de discussion elle me promet d’intervenir au plus vite.
Elle finit par venir voir sur place, entame une discussion avec la voisine qui se solde par un échec.
Nous sommes déjà en pleine saison d’été 2009 et le problème ne sera jamais résolu. Je n’ai d’autre choix que de subir.

A la rentrée, Sarah qui travaillait pour moi depuis deux ans décide de partir à l’étranger et je me retrouve donc sans employé.
Je me demande alors si il ne serait pas temps de vendre ce local et de tenter une nouvelle aventure ailleurs…
Mais c’est aussi la période pendant laquelle la Mairie d’Arcachon propose aux commerçants une aide « FISAC » pour les encourager à rénover leurs magasins.

Du coup, je change d’idée et décide de remettre le paquet. Donc refaire intégralement la galerie à neuf et recruter une nouvelle collaboratrice.
Mais cela ne pouvait se faire qu’à la condition de retrouver une certaine sérénité avec mes voisins.
Je sollicite alors à nouveau Madame Maupilé qui m’assure que le problème sera réglé avant Noël.
Je décide de faire confiance et j’enclenche le projet de rénovation. Je contracte un nouveau crédit et j’investit plus de 20 000 euros dans ce nouveau concept de déco.
Je recrute une nouvelle collaboratrice en CDI et je suis alors très optimiste. J’ai plein d’idées, plein de projets.

Les mois passent, les travaux démarrent, mon employée est dans l’entreprise depuis mars 2010, mais le problème de voisinage demeure. A cela s’ajoute un nouveau problème avec l’autre voisin de droite (problème résolu depuis) et un litige juridique avec les propriétaires des trois magasins (qui vivent au dessus !). Donc vous l’avez compris, beaucoup d’énergie négative autour de moi…
Mais je veux encore y croire alors je décide de tout tenter pour régler cette difficulté majeure puisqu’elle correspond à une baisse de CA allant de 20 à 30 % tous les mois ! ce qui en période de crise est très difficile avec un salarié à plein temps !

Je multiplie les courriers à la mairie, j’envoie une mise en demeure au Maire de faire respecter l’arrêté Municipal (resté sans réponse) et je prend rendez-vous avec le médiateur de la République à la sous -prefecture.
C’est là que j’ai eu les réponse à mes questions.
C’est là que j’ai su enfin que la menace qui avait été proférée par « l’homme de l’ombre » il y a 4 ans, venait d’être mise à exécution.
Le Médiateur appelle au secrétariat de Madame Maupilé et tente d’obtenir des explications sur cette situation ahurissante.
Il obtient des réponses que j’entend car le niveau sonore du téléphone est très élevé.
J’entend un nom, celui de l’homme de l’ombre, j’entend qu’il est au courant de tous mes courriers, de toutes mes démarches depuis le début.
Il n’y a donc plus aucun doute c’est lui qui tire les ficelles de cette satanée histoire.

Compte tenu de la charge importante de travail qui est la sienne à la Mairie d’Arcachon mais aussi à la COBAS, il pourrait avoir autre chose à faire que de s’amuser à ce genre de petit complot mais non, j’avais fait « un affront au Maire d’Arcachon et je devais en payer les conséquences » !

Alors aujourd’hui, comme une dernière tentative mais aussi pour en avoir le coeur net j’ai tenté une action qui ne me ressemble pas.
J’ai décidé d’utiliser le même espace que ma voisine mais cette fois ci en partant de l’autre côté du trottoir, comme l’autorise l’arrêté municipal.
Ce qui a eu pour effet de bloquer totalement le passage.
Bien sûr, pour que les gens comprennent ma démarche j’ai mis un panneau explicatif avec une copie de la mise en demeure adressée au Maire, ainsi que le numéro de téléphone de la Police Municipale et de la Mairie.
Le but de cette manip était bien entendu de faire réagir la police et de voir si effectivement il y avait « deux poids deux mesures ».
Au bout de deux heures, trois agents sont venus. Et là… il n’y avait plus de doute possible…
photo.jpg

Ma voisine a sorti une autorisation qu’elle a qualifié « d’exceptionnelle » que la Mairie lui a délivré la semaine dernière, validée par la sous-préfecture. Cette autorisation l’autorise à utiliser la totalité de son espace actuel ! et plus encore puisqu’elle est désormais autorisée à utiliser 1m80 de largeur de trottoir…
C’est en totale contradiction avec l’arrêté Municipal que j’ai eu en ma possession fin avril.
Pourtant, il est joint à son autorisation un nouvel arrêté Municipal tamponné par la sous-prefecture au 15 avril 2010 qui modifie le précédent : laisser un passage de 1,40 m sur le trottoir pour les personnes à mobilité réduite au lieu des 1m20.
Il semblerait donc que suite à mes demandes répétées, le Maire d’ Arcachon soit intervenu pour effectuer des modifications qui en réalité ne font qu’ agraver ma situation.
Les policiers municipaux m’ordonnent donc avec beaucoup de fermeté de rétablir le passage puisque moi par contre je ne dispose pas d’autorisation !
Je suis sommé de tout enlever sous peine de sanctions.

Voilà, à ce stade, le jeux est très clairement dévoilé.

Ils sont nombreux les élus du Bassin (et pas seulement ) à souhaiter mon départ. Un photographe qui s’intéresse aux problèmes d’environnement du Bassin, qui en parle sur son blog très visité mais aussi sur d’autres médias tels que facebook, et qui a pignon sur rue dans l’avenue la plus passante d’Arcachon, cela peut -être dangereux sur le plan politique. Voici donc une bonne opportunité de l’affaiblir, de lui casser le moral. Mais surtout, voilà aussi une bonne occasion d’envoyer un message fort aux commerçants de la ville, leur montrer qui est le chef ici ! qui décide et quand il décide ce n’est pas discutable ! sinon… « vous en paierez les conséquences dans l’avenir… »

Sur le retour tout à l’heure j’ai croisé un ami au Port de la Teste. On en a parlé. Lui il a beaucoup d’expérience et il a tout compris.
il m’a dit : « Steph, c’est sûrement le signe que tu dois partir tenter une nouvelle aventure ailleurs, alors fais-le ! tu te rendras compte plus tard qu’ils t’ont rendu un grand service. « 

Alors oui je vais à coup sûr quitter cette boutique dans les mois qui viennent, ce qui va m’obliger à chercher « ailleurs ».
Parce-que je suis fatigué et que je n’ai plus envie.
Cette galerie c’était le lieu idéal pour être en contact avec vous, vous parler de mes photos, de ma technique, bref vous raconter les histoires qui vont avec mes prises de vues. A chaque nouvelle collection j’avais hâte de voir vos réactions. Et j’ai sympathisé avec beaucoup d’entre vous dans cet espace de convivialité.
Mais dans ces conditions ce n’est plus possible d’y travailler sereinement.
J’étais très motivé par la nouvelle conception de mon ami architecte Jean-Jacques Marvielle, mais vraiment, là, compte tenu de l’impasse dans laquelle je me retrouve, je sens qu’il faut prendre une décision avant que la situation ne devienne préoccupante sur le plan financier.
Croyez bien que je le regrette.

Ce sera donc certainement malheureusement la dernière saison d’été.

Ce qui m’a cruellement manqué pour trouver une issue favorable à cette crise c’est du soutien. Du monde derrière moi afin de montrer à mes adversaires que je n’étais pas seul. Cela aurait pu changer la donne.
Mais seul je suis donc en position de faiblesse j’ai été depuis le début.

Ils ont peut-être gagné.
Mais… ce n’est pas encore la fin de l’histoire…


Actions

Informations



54 réponses à “Disparition annoncée de ma Galerie”

1 2 3 6
  1. 3 07 2010
    Tom Perrin (22:52:57) :

    D’habitude je me lance dans des diatribes interminables, mais là je vais faire (un chti chouilla) plus court…

    Combien de fois même les plus « rebelles » m’ont dit « calme toi, flingue pas à tout va, sinon t’aura jamais de boulot », les mêmes qui critiquaient pourtant à loisir un clientélisme outrancier et dégoulinant faute d’en avoir bénéficié.

    Aujourd’hui j’ai une devise pour y répondre, bien éloignée de mon langage châtié et sophistiqué habituel : la seule chose qu’on gagne à lécher des culs, c’est de finir avec de la m*rde sur la langue. Désolé pour ceux qui sortent de table après un dessert chocolaté aux inutiles tchanquetas (quelle idée aussi…), mais c’est une métaphore à la con du meilleur cru.
    On a rien si on est estrangeyre (soit né à plus de 20 km des côtes du grand lavabo, ce qui revient à « sale immigré »!) , qu’on ne paluche pas les potentats locaux dans le sens du prépuce et qu’on a le malheur d’être écolo ou d’avoir des idées dépassant les niaiseries « écrites » (disons tartinées avec les arpions après une cuite au jaune) par le très adepte des plus ineptes lieux communs « candide » ou la néo-féministe au rabais de « Vivas »…
    Donc autant le savoir, et se délecter de vilipender sans gants ni capotes ces sous-nababs pathétiques en attendant leur déchéance pour se repaître de leurs restes. Et rester matériellement modeste, ou vivre dans un monde bien différent du leur peuplé de gens intéressants et dotés d’un minimum de densité. Sans jamais bouder son plaisir, malgré le sérieux de la cause.

    Le Bassin d’Arcachon est une exception culturelle en soi, comparable mais non similaire aux modèles azuréens ou corses, à savoir qu’ici les lois de la république sont bafouées et ringardisées, et leur inversé érigé en norme. Ces gens sont la honte de la droite qui m’est chère, dont il ne reste au niveau partisan que les plus mauvais côtés, toute autre valeur digne de ce nom battue en brèche au profit de la grosse thune virtualisée. Et le grand sachem de la tribu des crevures gouvernementales donne le la chaque jour qui passe…

    Mais le vent tourne, il fait ca tout le temps (demandez aux gars qui sont en train de patauger dans les 18h) et ramène toujours les choses à leur place, quitte à ce que soit terrassé comme les pins de Klaus ou les bicocques de Xinthia…
    Alors quoi qu’il advienne et que tu décides, sache cela et garde ce dernier point à l’esprit, et souviens toi toujours d’avoir fait « balade en altitude » ainsi que nombre de propositions publiques dans le bon sens de l’ordre des choses en compagnie de cet animal sociopathe si difficile à cerner qu’est l’autre tête du cerbère du Bassin, à savoir Bibi le salopard abreuvé de vitriol qui te flanque les côtes depuis bientôt deux ans et qui te remercie pour cette valse comme pour tout ce que tu a fait jusqu’à ce jour.

    Et dont j’espère bien qu’effectivement ce n’est pas fini, d’une façon ou d’une autre, manquerai plus que ca et que je te botte le cul !! ;)
    En espérant que tu me pardonnera de souiller ton blog de telles vulgarités ^^’

    (P*tain ce que ca fait du bien de se vider…un chargeur, de temps en temps, et c’est tellement plus drôle sur cibles mouvantes !!)

  2. 4 07 2010
    JOLY THIERRY (09:39:54) :

    bonjour Stephane. Nous ne nous connaissons pas mais j’ai été horrifié par ton article et ai besoin de réagir .Tout d’abord je me présente: je suis photographe et je m’installe d’ici une quinzaine de jours au Roof de La Teste pour y ouvrir un magasin avec un petit studio.Je ne suis sur le bassin que depuis 2 ans.J’ai quitté mon joli Pays Basque, car l’amour m’a guidé sur la côte d’Argent. Tout d’abord je voudrais saluer ton travail qui est vraiment exceptionnel et c’est pour cette raison que tu ne peux abandonner.Sans faire du brossage de pompes, la région a besoin d’un artiste comme toi.Tu es le seul à la connaître aussi bien, à mettre autant en valeur ses lumières ses angles.Il n’y a pas une maison ou une entreprise qui ne possédent une de tes oeuvres, car à ce niveau de perfection, le mot ART prend tout son sens. Le bassin a besoin de toi pour le faire découvrir et tu ne peux céder face à un petit politicien avide de pouvoir et symbolisant à lui tout seul la connerie humaine dans sa splendeur. Il y a plus de 300 ans on coupait des têtes pour stopper ce genre de pratique. Je me dis que je vais en chier, mais c’est une autre histoire. Je suis prèt, si tu veux te battre, à faire bouger à mon petit niveau, les gens pour créer un effet boule de neige. Une bonne pétition; un mattraquage sur Facebook(je ne croyais pas à son impact et à son effet boule de neige).Si mon aide, sincère mais révoltée, peut être utile fais-le moi savoir. Sinon bon courage et ne lache rien Thierry Joly

  3. 4 07 2010
    stephanescotto (11:43:14) :

    Tom, merci pour ton post et ton soutien.

    Thierry, d’abord je te souhaites bienvenue sur le Bassin en tant que professionnel.
    Je te remercie pour ce post courageux.
    L’avantage c’est que tu bénéficie de mon expérience avec cette histoire et que tu sais à quoi t’en tenir si tu dois travailler ou collaborer avec ces gens là. Ils sont à peu près tous pareils quelque soient les communes. Ils ne résonnent que de manière « politique », toujours dans leur intérêt.
    Mais bien sûr la pire Municipalité c’est celle d’Arcachon. Nous avons un maire qui se prends pour un futur Ministre alors qu’il n’est l’élu que d’une petite commune de 11 000 habitants… Ce genre de manoeuvre est dénuée de classe et ce genres de pratiques finissent toujours par se retourner contre ceux qui les ont orchestré. Le temps fera son oeuvre…
    Des histoires comme la mienne tu en apprendras beaucoup en discutant avec les gens.
    Bien sûr ceux qui ne font jamais rien ne sont pas confrontés à ce genre de problèmes et je les envie quelque part…

    Quand à toi, ne t’en fais pas trop. Je pense que tu n’auras pas de difficultés au Roof car Didier Demonchy est quelqu’un qui sait très bien ce que je vis actuellement pour l’avoir vécu lui-même à une échelle beaucoup plus importante. Je doute qu’il n’inflige aux autres ce qui lui a été infligé par certains élus.

    Bon courage pour ton installation. je passerais te voir quand tu seras ouvert.

    Encore merci pour ce message de soutien.
    Steph

  4. 4 07 2010
    Renaud PHILIPPS (11:48:57) :

    Stéphane,

    nous nous connaissons depuis bientôt 30 ans, et pourtant je préfère te dire ici, plutôt qu’en privé, ce que je pense de tout ça. Parce que mon amitié passe aussi par ce témoignage public…

    Tu es un photographe hors-pair, et tu as une sensibilité humaine qui t’a fait prendre à bras le corps les combats écologique et politiques du bassin d’Arcachon, que tu aimes tant, depuis si longtemps… Tu as voulu emmener ce lieu et ceux qui l’aiment comme toi vers un avenir plus sain, plus humain… Tu as voulu y croire… Ne pas t’expatrier dans une autre région ou un autre pays, par amour pour cet endroit unique…

    Tu es d’une force admirable, et d’une ténacité qui n’appartient qu’à ceux qui peuvent faire bouger le monde, et aller de l’avant, pour le meilleur.

    Je suis tellement triste, aujourd’hui, de voir que les arrivistes, les mafieux, les trafiquants et les malhonnêtes ont même fini par avoir raison de ton énergie pourtant hors-normes…

    Si même Stéphane Scotto abandonne, alors qui aurait la force de reprendre la lutte ? Personne, sans doute…

    Mais tu as raison, préserve-toi, Stéphane, pour une fois… Tu pourras te battre ailleurs, et trouver les relais humains généreux, ailleurs, pour sûr…

    A très bientôt, pour de grands projets photographiques, sans obstacles imbéciles…

    Renaud.

  5. 4 07 2010
    Nicolas (11:53:43) :

    Bonjour à tous,

    Je suis plutôt quelqu’un de discret et de ce fait, je me manifeste que très rarement.
    Je suis passionné par votre travail ou plutôt de votre art, et passe quasiment tous les samedis devant votre galerie afin d’admirer vos photos qui pour ma part, nous comblent de plaisir.

    J’ai voulu réagir sur votre blog, en voyant cet article, je ne comprends pas autant d’abus de pouvoir sur une personne qui montre le paysage du bassin d’arcachon sur toutes ses coutures. Votre travail est reconnu de partout, a moins que vos réactions sur l’environnement du bassin,les dérangent fortement. Mais bon, vous ne montrez que la réalité.
    Maintenant, je ne suis pas calé dans les textes de loi, mais si il y a des lois ou des règles, elles ne peuvent pas être dérogées même par « l’homme de l’ombre ». La loi est et doit être la même pour tout le monde.
    L’idée de Thierry, sur une pétition, est une bonne idée afin de réunir un maximum de monde autour de vous et de montrer au pouvoir en place que vous n’êtes pas seul. Et qu’ils ne peuvent pas faire ce qu’ils veulent tout çà pour vous faire « plier ». Bien dommage de céder à leur pression.
    A nos yeux, vous êtes quelqu’un de très engagé sur la vie du Bassin d’Arcachon et vous devez continuer, vous êtes le YANN ARTHUS-BERTRAND de cette région.
    Continuer à nous ouvrir les yeux tout en continuant à nos faire rêver avec vos très belles photos.

  6. 4 07 2010
    stephanescotto (12:21:24) :

    Bonjour Nicolas et merci pour ce commentaire de soutien.
    J’ai épuisé toutes les options sauf la pétition mais là je suis épuisé.
    C’est tellement d’énergie négative si tu savais !

    Quand aux textes de loi, effectivement ils existent et dans ce cas précis l’arrêté municipal est très clair : les présentoirs extérieurs ne peuvent pas excéder une largeur de 80 cm.
    Alors qu’aucun commerçant n’ai encore reçu son autorisation, mes voisins ont reçu comme par hasard la leur la semaine dernière les autorisant à utiliser 1m80 x 3m60, soit la moitié du trottoir sur toute la longueur de leur magasin ! et le plus étrange c’est que leur autorisation a été validée et tamponnée par la sous-préfecture d’Arcachon.
    Il s’agirait d’une autorisation « exceptionnelle »
    Pourtant le caractère « exceptionnel » est valable uniquement « dans le cadre de manifestations ponctuelles ». Je l’ai fait remarquer aux policiers Municipaux mais ils ont choisi de ne pas en tenir compte.
    Si la sous prefecture a validé un arrêté municipal contradictoire et donc non recevable, ceci veut dire que la sous-préfecture est elle aussi impliquée dans cette manoeuvre visant à me faire partir.
    Bien sur je peux encore attaquer au Tribunal Administratif mais cela va prendre des mois et me coûter pas mal de frais d’avocats. Et encore beaucoup d’énergie négative. Il faut déplacer un huissier, peut-être même un expert pour évaluer mon préjudice…

    Je crains bien que la France ne soit plus vraiment un Etat de droit.

  7. 4 07 2010
    Delphine Catalifaud (16:33:45) :

    Bonjour Stéphane,

    Horrifiée par votre histoire. Depuis trois ans que je viens sur le bassin (et cet été encore), je passe systématiquement vous voir, échanger sur les trésors du Bassin, chercher des conseils de balades (et des endroits magnifiques et déserts, vous nous en avez fait tant découvrir !). Admirer vos clichés, qui sont juste fabuleux, bien sûr aussi.
    Pourquoi tant d’acharnement ? Un mélange de jalousie, de considérations égoïstes et de petits profits politiques… C’est petit ! Je croise les doigts pour que vous n’ayez pas à mettre à exécution votre projet inconcevable d’aller tenter l’aventure ailleurs et de laisser les manigances et la vengeance l’emporter sur votre fraîcheur, vos convictions et votre enthousiasme. Et une pétition, vous y avez pensé ? Je suis sûre que vous auriez des signatures par centaines. La mienne est déjà prête… vous pouvez aussi, si ce n’est pas déjà fait, tenter de fédérer les médias. Par les temps qui courent et l’intérêt dont bénéficie l’écologie et les initiatives qui, de près ou de loin, s’y rapportent, vous avez toutes les chances de voir l’affaire sortir. Et ça, les politiques n’ont pas intérêt à ce que ça sorte…

    A cet été, donc, qui, j’espère, ne sera pas le dernier. Bon courage !

  8. 4 07 2010
    stephanescotto (16:48:22) :

    Merci Delphine.
    Une pétition n’aurait de valeur que si elle était signé par des électeurs du Bassin, car Monseigneur Foulon et sa petite cour ne comprennent que ce langage !
    Le problème c’est que je pense que peu d’habitants du Bassin auront le courage de la signer. Alors je ne préfère pas en faire le constat.

    Ma décision est irrévocable. Je mettrais en vente la galerie à la rentrée.
    Pour la suite on verra…

    Mais comme je l’ai dis l’histoire ne s’arrêtera pas là.
    Une fois la Galerie fermée, je n’aurais plus rien à perdre…

    La presse locale est au courant de l’affaire depuis pas mal de mois mais ne semble pas s’y intéresser. Vous savez la liberté de la presse en province… c’est un sujet délicat.

  9. 4 07 2010
    Jean Michel Paris (18:39:24) :

    Salut Stéphane.
    Je remarque encore une fois que les « petits » politiciens – par la taille et la tristesse de leur égo – font toujours ce qu’ils peuvent pour pourrir la vie des gens qui ont du talent! Particulièrement dans les villes de provinces comme Arcachon. J’espère que ta décision de fermer ta galerie te permettra au moins de créer quelque chose de plus grand, de positif. Quand à mister Foulon et sa clique de pauvres guignols avides, mieux vaut les laisser mariner dans leur fange; la roue tourne et même les « hommes de l’ombre » finissent par casser leur pipe!
    Courage Stéphane, n’hésite pas à franchir les porte d’une certaine enseigne de sport si tu as envie de discuter avec un certain photographe reconverti…

  10. 4 07 2010
    Jérôme Seignot (20:06:49) :

    Salut Scott et salut à tous, lecteurs de ce blog. Je suis assez sidéré par ce que tu racontes. Sidéré, non pas par les mesquineries de ce monsieur de l’ombre que je ne veux pas connaître mais plutôt par la maladresse de la réaction de la mairie. « Autorisation exceptionnelle », validation par la sous préfecture…. Est-ce qu’ils réalisent que si cela tombe sous les yeux d’une presse un peu critique, les retombées d’un incident « local » et sans conséquence régionale vont éclabousser l’UMP qui n’a guère besoin de publicité sur ses affaires clientélistes en ce moment?

    Je te suggère d’envoyer un petit mot au canard enchainé…

1 2 3 6

Laisser un commentaire




la saga dbz !!!!!!!!!!!! |
Jem et les hologrammes |
les gifs |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | fotos y gifs
| Le Photo Blog
| bloginterdit