to be continued…

8122010

Voilà… le voyage est terminé.

J’ai pris le vol Boston Paris, puis Paris Bordeaux, pour arriver à Arcachon ce matin vers 9:00.

Je n’oublierai pas cette formidable aventure et les merveilleuses rencontres que j’ai eu l’occasion de faire.
J’ai parcouru 6000 km au milieu des paysages inimaginables de l’Ouest Américain, savouré pendant 6 semaines la quiétude de Cape Cod, et survolé à « l’américaine » toutes ses côtes et ses îles, navigué sur le plus beau catboat de la Nouvelle Angleterre.
J’ai pu réellement rentrer en immersion dans la vie américaine, avec tous ses avantages mais aussi tous ses inconvénients, bref tous ses paradoxes.

J’ai pu vraiment faire mon vrai métier tous les jours : prendre des photos ! et cela ne m’étais pas arrivé depuis bien longtemps…
Plus de 60 films moyens formats ont été développé, environ 500 gigas de photos numériques stockés dans mes disques durs externes, et plusieurs heures de vidéos.
De quoi faire un livre, une expo, et… de quoi ouvrir une galerie à Cape Cod, le plus rapidement possible.

Beaucoup de travail m’attend maintenant pour finaliser toutes ces photographies.

Dans un premier temps, je vais travailler à la ré-ouverture de la galerie d’Arcachon pour les vacances de Noël. Ce sera la dernière fois. La galerie sera vendue avant le printemps, puisque Yves FOULON le Maire d’Arcachon continue d’abuser de son pouvoir refusant d’appliquer la loi, créant des conditions de travail qui m’obligent à prendre cette douloureuse décision.

J’espère vous voir nombreux pour une dernière visite, une dernière rencontre avant mon départ définitif…

REMERCIEMENTS :
Susan&George et leurs enfants Kendall&Colby, Florence & Bill, Tim, Ron, Willow&Charles, Nancy&Paul, Chris Jr., Russell, Tom Lamb&Lion, Reed Photo imaging,




Colorado Springs & Garden of the Gods

5122010

GARDEN OF THE GODS :

Colorado Springs est une jolie ville au pied des montagnes très connues de Pikes Peak.
Outre le petit parc gratuit Garden of the Gods, il y a pas mal de choses à faire et à voir aux alentours.

Moi, j’ai rendez-vous avec les rocks de Garden of the Gods. Ce matin il neige. Heureusement j’ai un 4×4 et je peux donc m’y rendre sans trop de difficultés. L’avantage c’est qu’il n’y aura personne et je serais donc tranquille pour faire mes photos. D’autant plus que je n’ai pas beaucoup de temps. Je dois en effet reprendre la route pour Denver et faire développer mes 4O films moyens formats chez Reed Photo Laboratory. J’ai pris rendez-vous, ils m’attendent.

Garden of the Gods est un très joli parc avec des rocks pointus qui s’élèvent au milieu des sapins.
J’aime ce contraste entre la roche rouge et la neige. Cela me permet aussi de photographier les montagnes de Pikes Peak au loin, et à vrai dire, cela me donne envie de skier, après 20 ans d’interruption de ce sport que je pratiquais assidûment quand j’étais plus jeune.

Je prend donc 2 bonnes heures pour réaliser mes photos puis je reprend la route direction Denver.
img7916bd.jpg img7918bd.jpg img7919bd.jpg img7948bd.jpg

REED PHOTO LABORATORY :

A Zion Park en Utah, j’avais rencontré une galeriste qui m’avait conseillé de travailler avec ce labo de Denver, qui pratique en outre le laminage sur bois.
Je peux dire effectivement que ce labo travaille bien puisque, outre l’accueil très chaleureux de toute l’équipe, mes développements ont été parfaitement effectués en temps et en heure.
J’ai pu visiter les différents ateliers et constater qu’ils utilisent les mêmes machines et les mêmes techniques que mes labos en France. Je suis donc en terrain connu. J’ai même pu obtenir les tarifs avec remise pro qui sont les mêmes qu’en France. Bon point. Je suis donc rassuré, cela veut dire que si je parviens à ouvrir une galerie à Cape Cod je pourrais pratiquer les mêmes tarifs abordables qu’à Arcachon.
Leur site : http://www.reedphoto.com/

Je prend une demi-heure pour regarder à la loupe mes films sur la table lumineuse et je réalise que je n’ai jamais obtenu une telle netteté !!! c’est époustouflant. Chaque détails de la roche apparaît comme en relief ! l’explication se trouve en trois points :
1. La qualité de l’air en altitude. En effet, j’ai toujours été à une altitude minimale de 2000 m et parfois beaucoup plus haut, jusqu’à 3200 m.
2. L’utilisation du film Velvia 50 iso que j’ai pu trouver chez B&H à New York alors qu’en France, faute d’en trouver, je travaille sur du Provia 100 F.
3. La qualité de l’eau utilisée pour le développement à Denver. Je pense en effet que l’eau provenant des montagnes est certainement de meilleure qualité et que cela a un impact sur le développement.

J’ai hâte de faire scanner tout cela et de passer à la post-production afin de vous dévoiler mes panoramiques de cet incroyable Road Trip.

RETOUR A BOSTON:

Voilà, le voyage s’achève là. Je prends l’avion pour Boston afin de rejoindre mes amis Susan et George, et revoir tous les gens qui m’ont fait partager de bons moments à Cape Cod: Florence et Bill, Tim, Nancy et Paul, à l’occasion d’une petite fête organisée dans les ateliers de Beetle Cat à Wareham.

Encore donc quelques jours sur le territoire américain avant de revenir sur le Bassin.
J’avoues ne pas avoir vraiment envie de rentrer. Je me sens bien ici, comme chez moi. Je sens que je suis le bienvenu.

… et j’en tire les conclusions qui s’imposent…




Durango to Colorado Springs…

28112010

Voilà, comme annoncé il neige…

Je quitte Durango à 9h30 espérant arriver à Colorado Springs pour 15h30 ce qui me permettrait d’aller directement à Garden of the Gods, un petit parc magnifique que je veux prendre en photo histoire de terminer en beauté.
Mais c’était sans compter sur les caprices de la montagne…
Une heure après Durango, je rencontre une tempête de neige dans la montagne. Il fait -10 °c dehors, les essuies glaces sont gelés, je mets le dégivrage à fond mais cela ne suffit pas. Faudra faire avec.
En prévision, j’avais eu l’idée d’installer l’appareil photo dans la voiture en mode vidéo pour vous faire profiter du spectacle :

Image de prévisualisation YouTube

Beaucoup de voitures se sont arrêtées pour attendre les chasses neiges mais moi je préfère continuer. Après tout si j’ai loué un 4×4 c’est bien pour palier à ce genre d’éventualité. Mais comme je suis plus habitué au sable qu’à la neige, je réussi quand même à déraper dans une boucle. Bon… plus de peur que de mal, j’ai quand même réussi à contrebraquer au bon moment pour rattraper le coup. Cela ne serait pas arrivé si je n’avais pas, sans le faire exprès, déconnecté le mode transmission intégrale…
Il me faudra une heure pour redescendre de cette montagne et retrouver des conditions normales.
Mais c’est une heure de perdu pour la visite de Garden of the Gods…

Je continue vers l’est et la température remonte de façon impressionnante. Je suis même obligé de couper le chauffage.

img7902bd.jpg img7898bd.jpg img7895bd.jpg

img7892bd.jpg
Je passe Pueblo et arrive finalement à Colorado Springs mais trop tard pour envisager Garden of the Gods. J’irais donc demain matin en vitesse avant de remonter sur Denver.
J’ai un soucis à régler avant de reprendre l’avion pour Boston… il faut que je fasse développer mes 4O films moyen formats car je ne peux pas prendre l’avion avec à cause des rayons X de la sécurité des bagages qui effaceraient un mois de prises de vue !…
Donc ce sera une journée chargée.




Retour dans le Colorado : Durango

27112010

scott02bd.jpg

J’ai donc repris ma route pour remonter à Golden dans le Colorado.

Une sacrée trotte alors cela se fera en 3 jours.

img7871bd.jpg
Je quitte Monument Valley en direction de Durango. 5 heures de routes à travers un vrai désert en territoire Navajo. Je passe quelques villes fantômes dans lesquelles subsistent quelques indiens qui semblent vivre en clan.

img7866bd.jpg img7865bd.jpg
Pour m’amuser j’ai décidé de porter mon stetson tous les jours en conduisant. Du coup, tous les navajo que je croise dans leurs pic-up me font un signe amical de la main. Avec mon chapeau, dans un 4×4 de marque américaine et une plaque Colorado, je me sens comme un vrai cowboy. C’est marrant. Si ils savaient d’où je viens…

Parfois je m’arrête pour faire quelques photos mais je ne peux pas trop me permettre de tarder. Je sais que les conditions sur la route vont devenir de plus en plus difficiles et je ne veux pas rouler sous la neige de nuit. Or la nuit tombe peu après 17h00…

Je passe « four corners », ce carrefour ou les 4 états : Colorado, Utah, Arizona et Nouveau Mexique, se rejoignent en un même lieu. Je prend à gauche et hop ça y est ! je suis sur la route du Colorado.

img7879bd.jpg img7871bd.jpg 

J’arrive bientôt à Cortez. Dans ce coin, on dirait que le temps s’est arrêté aux années 80. La région n’a pas l’air bien riche à en juger par l’âge des pic-up qui rouillent sur les trottoirs.

img7905bd.jpg img7906bd.jpg img7904bd.jpg
Les maisons non plus ne payent pas de mine, avec des jardins encombrés de ferrailles et de récup.
Et puis à côté de tout ça il y a de nombreux ranchs dont certains affichent un panneau « FOR SALE ».

C’est la crise et on le ressent vraiment ici.

Je monte de plus en plus dans la montagne mais pour le moment pas de neige en vue.

img7882bd.jpg
Au bout de quelques heures, j’arrive à Durango. Il commence à faire nuit. Cette fois ci je n’ai pas réservé d’hotel alors je vais directement au Best Western qui affiche un « cheaper price ». Je pose mes bagages et part visiter la rue principale de ce très joli et pitoresque village de montagne style western. Il y a là le fameux train à vapeur bien connu toujours en activité. La rue principale est une continuité de très jolies boutiques, galeries et restaurants dont un français. Tout cela semble très chic.

Je m’arrête devant une petite galerie photo bien sympa et finalement je rentre. Le photographe est là alors j’entame la discussion avec lui. Il s’appelle Jeff Jessing. Il est natif de Durango. On parle photo, paysages, on parle aussi de Peter Lik, le photographe business man de Vegas, vraisemblablement pas très apprécié de ses confrères américains…
Echange de cartes, puis retour à l’hôtel. Demain la route continue et elle promet d’être difficile car ils annoncent une tempête de neige…




Monument Valley, un décor de cinéma grandeur nature !

27112010

img7582vignette.jpg

C’est un peu comme si j’avais gardé le meilleur pour la fin.
img7608vignette.jpg

Je fais encore deux heures de route en « cinémascope » avant d’arriver à…

… Monument Valley, en territoire Navajo.

img7602vignette.jpg

Un paysage vu des centaines et de milliers de fois dans les films, les pubs, les séries TV.
Tellement vu qu’on finit par se dire que c’est sûrement un décors en carton pâte.
Alors quand on y est ça fait bizarre…

Je ne savais pas trop comment j’allais m’organiser sur place…
Nous sommes en territoire Navajo et ce sont les indiens qui dirigent tout ici.
Ils vivent en communauté dans des petites villes abandonnées. Leurs maisons n’ont rien de luxueuses… des épaves de voitures rouillent au grand air aux alentour d’à peu près toutes les maisons et ils sont nombreux à ne posséder qu’un mobil home avec un vieux pick up garé à côté.
Certains vivent du tourisme généré par l’attraction de leur territoire, d’autres certainement de minimas sociaux.
Les indiens sont bien les oubliés de ce pays. Pillés, exterminés, on leur a laissé un territoire et ils semblent comme perdus au milieu de tout ça. Et dire qu’à quelques heures de voiture de là, il y a cette ville du diable : Las Vegas, avec tout ce gâchis.
En traversant la petite ville de Kayenta à l’ambiance plutôt glauque, je repense à ce film avec Val Kilmer : Coeur de Tonerre, qui a été tourné dans les alentours. C’est exactement ça.

Plus loin j’arrive à l’entrée de Monument Valley. L’entrée du parc n’est pas chère : 5 $
Mieux vaut un 4X4 ou un cross-over pour parcourir les 17 miles de pistes accidentées. Ca tombe bien j’en ai un.

Il en reste qu’une heure avant le coucher du soleil alors je décide de concentrer mes efforts sur un endroit précis : John Ford’s Point.
Effectivement c’est certainement le plus beau point de vue de Monument Valley et je ne suis pas étonné du choix de John Ford à l’époque.
Je pose donc là mon trépied et j’attend dans un froid glacial la lumière parfaite.
scott03bd.jpg

img7645bd.jpg scottbd3.jpg img7680bd.jpg

La nuit tombe, il n’y a plus personne. Je suis seul. Un Navajo à ouvert l’enclos de ses chevaux pour les laisser se promener dans la prairie, ce qui m’offre la possibilité de tourner une jolie petite séquence vidéo.

Image de prévisualisation YouTube

img7661bd.jpg

img7717vignette.jpg

Pour dormir je n’ai rien réservé. Mais il y a là, dans le parc, un grand hôtel tout neuf, géré par les Navajo. J’ai peur que ce soit un peu l’attrape-touriste mais je suis trop crevé pour faire de la route et chercher un motel.
Je me renseigne et à ma grande surprise j’obtiens une chambre pour 50$.
Encore plus surpris quand je découvre la chambre qui est parfaite ! Très beau mobilier en bois sculpté d’inspiration Navajo, TV écran plat, Wifi, jolie salle de bain avec savons et shampoings bios !
Deuxième bonne surprise : le restaurant de l’hôtel qui sert une excellente nourriture orginale d’inspiration Navajo, mexicaine et américaine, de grande qualité et à prix très doux… Le serveur Navajo m’offre même un capuccino !

Il y a aussi une belle boutique où l’on peut trouver un large choix de produits souvenirs.

…Je décide de m’acheter un chapeau de cow-boy…

Demain, je remonte au Colorado. Direction Golden en faisant étapes à Durango et Colorado Springs.

… to be continued…




Page, Arizona…

26112010

A 1h30 au Nord de Grand Canyon, il y a la ville de Page.

Ce nom ne vous dis rien ?
Et si je vous parle de Lake Powell ?… et de son barage sur la rivière Colorado qui fournit une partie de l’électricité du coin…

Malheureusement ce n’est pas suffisant pour faire fonctionner les innombrables machines à glaçons présentes à tous les étages de tous les hôtels des USA, qui fonctionnent 24 h sur 24 même en plein hiver ! Il en faut du courant pour cette société de consommation. Alors il y a aussi une magnifique centrale à charbon, qui se trouve à quelques centaines de mètres d’une des plus belles merveilles du Monde : Antelope Canyon.

img7410bd.jpg img7466bd.jpg

Mais tout d’abord, je me rend à Horseshoe Bend.

img7348bd.jpg

L’endroit se trouve à environ 2 miles au sud de Page. Là, il y a un parking puis il faut marcher 15 minutes dans le sable pour atteindre cette incroyable falaise qui donne sur la Colorado River, qui fait un 180°. C’est vraiment très beau et très impressionnant.
Bien sûr je ne suis pas le seul. Depuis le début de mon raod trip je croise beaucoup d’asiatiques : japonais et coréens et depuis Sedona, je suis entourés d’indiens mais ceux là ne sont pas des Navajo mais des indiens d’Inde ! ils sont en plusieurs groupes et visitent les parcs.
Bref, je ne suis pas seul et je remarque un truc rigolo : tous ceux qui approchent du précipice, y compris moi, sont constamment en train de regarder si quelqu’un n’arrive pas derrière eux, et à chaque fois qu’une personne s’approche d’un peu trop prêt, hop, on s’éloigne du précipice…

img7397bd.jpg

Moi j’ai surtout peur que « l’homme de l’ombre » ne surgisse de nul part pour me précipiter dans le vide !… car il le sait, je rentre bientôt sur le Bassin, et je n’ai pas encore dit mon dernier mot…

Pendant que je fait mes photos j’entend un couple parler avec un accent bien quebecquois. J’entame la conversation avec eux. Ils vivent à Santa Monica en Californie. Finalement la conversation est tellement intéressante que nous restons une bonne heure à papoter avant de se quitter. Ils partent pour Monument Valley. Moi ce sera demain.

Le soleil amorce sa descente, je me dirige aux abords de Lake Powell pour faire quelques photos du sunset.

img7452bd.jpg

Le lendemain matin, je pars pour la visite de Antelope Canyon.
Je me force un peu car il n’est possible de pénétrer dans l’antre de ce canyon qu’accompagné d’un guide indien Navajo, en groupe. Et ce n’est pas donné la visite : 31 $ par personne.
Me voilà donc avec un groupe d’indiens (d’Inde…) et de trois chiliens très sympa (dont l’un d’entre eux, Gabriel, travaille à observer les étoiles à Tucson en Arizona et connaît une française là-bas qui à une maison à Arcachon ! le monde est petit vraiment…)

Ce canyon est vraiment impressionnant par les couleurs qui se dégagent de cette roche sculptée par l’eau il y a des centaines de milliers d’années. Plusieurs groupes se croisent et ce n’est pas facile de faire des photos, surtout avec un trépied. Du coup, je peine à utiliser mon panoramique rotatif et je me contente donc du digital.

scottbd2.jpg img7555bd.jpg img7525bd.jpg img7502bd.jpg

Une heure après, c’est terminé. Je n’ai rien vu car j’avais l’oeil dans le viseur en permanence !
Des fois j’envie les touristes qui n’ont pas ce soucis de productivité auquel je suis confronté et qui peuvent donc vraiment profiter du paysage.

Voilà, j’ai vu ce que j’avais à voir à Page et je me mets en route pour Monument Valley…




sur le chemin du retour : Grand Canyon

24112010

img7086vignette.jpg

Mon séjour à Talahogan se termine malheureusement et je dois commencer à prendre le chemin du retour vers Denver car j’ai un avion pour Boston le 30 novembre.

Talahogan fut une formidable expérience et j’ai vraiment ressenti la quiétude des lieux et l’énergie positive dégagée par les Red Rocks tout autour.
Merci à Ron de m’avoir offert cette possibilité de séjourner dans sa maison et ainsi de faire une pause très agréable avant de reprendre la route vers le Colorado enneigé.

Je pars donc en direction de Grand Canyon. J’avais gardé le meilleur pour la fin… en tout cas le plus impressionnant.
Je n’ai que deux heures de route à faire pour atteindre l’entrée du parc.

img7091vignette.jpg

Comme tous les parcs nationaux, l’entrée est de 25 $, valable 7 jours, et le Park’s Ranger vous donne un plan détaillé et quelques informations.

Je regarde craintivement le thermomètre de la voiture qui affiche 0 °c et j’entame la visite.

Que puis-je dire…? c’est juste à couper le souffle ! C’est dans ce genre d’endroit que l’on se rend compte de la puissance de la nature et que l’on réalise combien nous sommes petits. Il y a là une force tranquille qui s’impose à l’Homme. En regardant cette immense faille dans la Terre, j’ai ressenti comme un avertissement de la nature. En effet c’est aussi aujourd’hui que j’apprend qu’un rapport très sérieux de l’OMM nous annonce un niveau record des concentrations de gaz à effet de serre en 2009 ! preuve que nos maigres efforts n’ont même pas réussi à freiner la spirale infernale dans laquelle nous nous sommes mis tout seul. Et demain matin au petit déjeuner de l’hôtel je vais retrouver les inévitables gobelets en polystyrène et les dosettes sous plastique non recyclés.
J’arrive pas à croire que l’humain qui a été capable en si peu de temps d’inventer des choses incroyables et de faire des découvertes scientifiques extraordinaires, ne soit pas capable en même temps de comprendre qu’il est temps de changer notre mode de développement et d’inventer les outils qui permettraient de le faire.
Nous sommes juste en train de nous suicider, lentement, mais sûrement.

Bon, enfin bref…
img7098bd.jpg img7111bd.jpg img7119bd.jpgimg7139bd.jpg img7158bd.jpg img7245bd.jpg img7248bd.jpg img7318bd.jpg

Il neige un peu, il y a des nuages blancs et le soleil parvient à percer au travers me procurant un bel éclairage sur le canyon.
Je croise beaucoup d’indiens mais ceux là viennent d’Inde et ils sont venus en groupes.

La journée passe très vite. je sais que j’ai deux heures de route pour aller à Page (Lake Powell) mais la lumière promet d’être magnifique au coucher du soleil alors je décide d’aller jusqu’au bout et tant pis, je ferais la route de nuit.

Je suis donc à Desert View au moment du sunset et la température à sacrément baissé car un vent glacial s’est levé. Je suis bien emmitouflé mais comme je suis obligé d’enlever mes gants pour faire les réglages, j’ai le bout des doigts gelés. Je suis bientôt seul avec un autre photographe pro asiatique et pas très bavard… lui il est carrément en combinaison de ski !

Dernier déclenchement et je me précipite dans ma voiture, chauffage à fond et direction Page.

Je craignais du monde sur la route à cause de Thangsgiving demain mais en fait non, la route est calme. Je ne mets qu’une heure trente pour arriver à Page et rejoindre mon hôtel. Trop fatigué pour me restaurer, je décide d’avaler un soupe industrielle pour micro-onde et de me mettre au lit.

Demain, je dois réaliser une photo de HorseshoePoint et voir un peu à quoi ressemble Lake Powell…

scottbd1.jpg




Fuir Vegas direction l’Arizona et l’expérience de Talahogan…

21112010

img6768bd.jpg

Après 3 jours à Las Vegas, je ne suis pas du tout gêné de partir.
img6757bd.jpg img6727bd.jpg

Je n’ai pas aimé cette ville qui ne m’a rien apporté sinon la certitude que quelque chose ne va pas dans notre monde dit civilisé.
Las Vegas sera vouée à devenir une ville fantôme dans 10 ou 20 ans, j’en suis persuadé.

Me voilà donc à nouveau sur la route et je continue ma descente vers le sud en direction de l’Arizona.

Saviez vous qu’Arizona veut dire « désert » en basque ?

La route n’a rien de spectaculaire. J’atteint rapidement Lake Mead, ce lac dont le niveau de l’eau diminue à vue d’oeil à cause de la demande de plus en plus croissante de Las Vegas…

img6772bd.jpg

Je roule pendant 3 heures dans le Nevada au milieu d’un désert de broussailles, sans vie…
Puis, je passe le panneau « ARIZONA » et le paysage commence à changer. J’aperçois au loin des ranch avec des chevaux et, alors que la nuit commence à tomber, devant moi, les montagnes de Flagstaff enneigées sous un ciel rose qui accueille aussi la pleine lune. C’est beau.

img6780bd.jpg

Je passe Flagstaff et poursuit ma route pendant une demi-heure en direction de Sedona, une petite ville un peu plus au Sud.
Je suis attendu chez Willow et Charles qui m’ont proposé une chambre d’hôte.
L’accueil est sympa, la maison aussi. Je suis fatigué alors je pars me coucher de suite.

Le lendemain matin, Charles me propose de me faire voir un peu les environs et m’emmène visiter Talahogan. Il s’agit d’une maison en bois située en haut d’un rocher avec une vue imprenable à 360 ° sur les fameux Red Rocks de Sedona, si convoités par les pratiquants du yogga et de la méditation.
J’avais repéré sur internet cette maison à louer alors que je préparais mon road trip depuis Cape Cod il y a trois semaines (pour la visiter, cliquer ici !) J’avais eu le coup de foudre et j’avais donc écrit à Ron, le propriétaire, juste pour lui dire que c’était la maison de mes rêves. Il m’avait aussitôt répondu pour me remercier et m’avait expliqué qu’il vit en Allemagne et avait fait ses études à Bordeaux. Il connaît donc bien le Bassin d’Arcachon et apprécie mes photos du Bassin. Il m’avait donc mis en contact avec Willow et Charles pour qu’ils me dépannent lors de mon séjour à Sédona.
Finalement, alors que je suis en train de visiter ce merveilleux lodge, Willow m’apprend que Ron lui a demandé de me laisser les clefs quelques jours. Je suis son invité.
Sur le coup, je n’y crois pas et je me méfie… et puis au bout de quelques secondes je réalise que je suis aux USA et que les américains sont des gens accueillants et qu’il n’y a finalement rien d’étonnant. J’accepte donc volontier, en me pinçant très fort, des fois que je sois en train de rêver.

Willow me donne donc les instructions et m’explique que je pourrai utiliser le jaccuzzi dans une heure environ…
Je pars faire quelques courses (chouette, je vais pouvoir recommencer à cuisiner un peu, j’en avais marre de manger tous les jours dans des fast-food ou au resto tout seul).
De retour à Tala Hogan, je me précipite dans l’eau bien chaude du hot tub alors que le soleil amorce sa descente finale. Je suis là, dans le jaccuzzi avec une bière bien fraîche et autour de moi, les Red Rocks. Comment y croire …?

img6801bd.jpg img6806bd.jpg img6811bd.jpg

Au bout d’une heure je me dis que ce n’est pas raisonnable de rester plus longtemps et je me décide à quitter l’eau bien chaude pour me confronter à la fraîcheur du soir. Je suis en Arizona mais c’est l’hiver… et à quelques dizaines de miles de là, il neige…

Je ne tarde pas à me mettre au lit.

Le lendemain c’est dimanche. Il pleut des cordes. Je n’ai pas besoin de me lever pour évaluer le temps qu’il fait car ma chambre est entourée de baies vitrées et j’ai pris soin de laisser les rideaux ouverts. C’est un peu comme si j’avais dormi à la belle étoile mais à l’intérieur.
Je décide donc de rester à Talahogan et de travailler un peu sur mon macbook.
Parfois, le soleil tente une percée dans les nuages et m’offre une belle lumière. J’en profite donc pour photographier les Red Rocks depuis le jardin.

img6852bd.jpg img6860bd.jpg img6886bd.jpg

En lisant les magazines et les livres à disposition dans le lodge, je réalise ô combien l’Arizona offre des paysages fantastiques et je me dis que je vais me sentir bien frustré de ne pas photographier tout ça… car je dois maintenant penser au chemin du retour vers Denver. Il me reste encore à aller à Grand Canyon, Monument Valley et Colorado Springs… beaucoup de route en perspective et beaucoup de photos…

Il faudra donc prévoir dans l’avenir un séjour d’au moins deux semaines en Arizona pour approfondir la question…

Quelques photos des Red Rocks et de Sedona prises aujourd’hui:


img6899vignette.jpg
img6951bd.jpg img6985bd.jpg img7024bd.jpg img7002bd.jpg img7001bd.jpg img6993bd.jpg img7003bd.jpg
scottsedona01bdvignette.jpg




Peter Lik, le photographe australien qui a conquit l’Amérique…

17112010

img6611bd1.jpg
J’admire l’enthousiasme de ce personnage.

Un photographe de talent, soucieux de produire toujours de la qualité, et qui sait aussi utiliser son image comme aucun photographe ne l’a jamais fait avant lui. Peter Lik a créé sa propre légende.
Affublé d’un costume de Crocodile Dundee, il arpente les grands espaces américains à la recherche des images qui vont le rendre millionnaire !

Peter possède une bonne dizaine de galeries aux USA : 4 à Las Vegas, une à Aspen, NY, Miami, Key West, San Diego, à chaque fois ce sont des immenses galeries avec déco stylée et éclairages élaborés.
Les tirages sont réalisés sur du papier argentique monté sur dibond avec plexi où alors tirés sur un support métallisé. Ca brille, ça claque !

img6615bd1.jpg
Je me présente à l’une des vendeuse qui en fait est une « conseillère en achat d’art »… rien que ça !
Elle me fait visiter les pièces noires conçues pour vous présenter les photographies sous différentes variantes d’éclairage. C’est sophistiqué.

Dans les galeries de Peter Lik, vous ne partez pas avec la photo sous le bras. C’est uniquement sur commande, livraison incluse dans le prix dans le Monde entier.

On commence à parler des prix… car ils ne sont pas affichés… et là j’avoues que je n’y comprend plus rien… elle me parle de milliers de dollars voir de dizaines de milliers de dollars pour des formats identiques aux miens… et limités à … 500 exemplaires… Elle m’annonce non sans fierté que la photo de l’arbre de vie ne sera bientôt plus disponible et que les deux derniers exemplaires sont à 125 000 $ !!!
Et comme pour m’achever elle m’explique que la semaine dernière un client fortuné et collectionneur a passé commande pour  1 Million de dollar de photos !!!

Soudain je me sens tout petit… (déjà que je ne suis pas bien grand…)

Pour me rassurer, je me dis que ce qui est possible en Amérique ne l’est pas forcément dans notre vieux pays la France…

Et pour me consoler, j’achète un de ces livres et retourne à l’hôtel.

A noter que Peter Lik est en plein tournage d’une émission TV « 100 Miles from Nowhere » qui sera diffusée au printemps sur Weather Channel et dont voici un passage :

Image de prévisualisation YouTube




Las Vegas… la ville qui n’a plus de sens…

17112010

Il paraît que c’est à voir…

J’étais trop proche pour ne pas aller voir de près…
Alors j’y suis allé et j’y ai passé trois nuits, profitant d’un tarif très avantageux au Planet Hollywood.

J’ai donc traversé le désert qui sépare l’Utah du Nevada. Un désert ennuyeux, même pas beau…

img6566vignette.jpg

Première impression an arrivant en plein après midi dans cette ville plantée au milieu du désert : je me sens oppressé. Du bruit, de la foule, de la pub partout… je sens que cela ne va pas me plaire…

Je finit par trouver, non sans peine, l’entrée du parking du Planet Hollywood, puis, j’essaye de trouver l’accès au Lobby de l’hôtel. Finalement je dois traverser avec mes bagages l’immense galerie commerciale puis le Casino… pas très pratique tout ça. Je découvre par la suite que la seule solution pour accéder directement au lobby de l’hôtel sans traverser tout le complexe et de faire appel au Vallet c’est à dire au voiturier. Moi je ne suis pas habitué à ce genre de chose …
4000 chambres dans cet hôtel (comme dans la plupart des hôtels de Vegas d’ailleurs…) donc il faut faire la queue comme tout le monde pour s’enregistrer.
Une heure après avoir garé la voiture au parking j’arrive enfin dans ma chambre avec vue sur le « strip ».

img6569bd.jpg

La chambre est bien, conforme à ce que j’attendais. Néanmoins, les lieux accusent déjà leurs 15 ans d’existence. Concernant l’accès à la piscine aucune information n’est procurée, comme si on ne souhaitais pas vous y voir… préférant certainement vous voir dépenser votre fric dans les machines à sous et les nombreux bars plutôt que de perdre votre temps à vous prélasser au soleil…

Je déballe les bagages, prends une douche et part à la découverte des lieux.
Je traverse la salle des jeux, bruyante, remplie de personnes de tous âges, de toutes races et de tous styles, puis je me promène dans la galerie commerciale. Partout il y a du bruit, de la musique, des messages publicitaires, des rabatteurs… tous les sons se mélangent ce qui est plutôt oppressant après 15 jours dans la nature et le silence.
Je retourne à la chambre, prend une douche, et ressort pour marcher un peu sur le « strip » (la rue principale). Il fait nuit maintenant et la rue est éclairée par les lumières des hôtels et Casinos qui semblent se battre pour récupérer quelques clients par ces temps de crise.
Ici, la consommation d’électricité et d’eau par habitant ruine les efforts consentis par des pays entiers en matière d’environnement. Ce qui m’amène encore une fois à penser que l’avenir ne présage rien de bon, et qu’une fois au pied du mur, il y aura de grandes tensions entre les humains sur la planète Terre.
img6580bd.jpg img6585bd.jpg img6591bd.jpg img6604bd.jpg img6663bd.jpg img6704bd.jpg img6710bd.jpg

Pour me changer les idées, je décide de me rendre au Ceasar Palace car il y a là la Galerie du photographe Peter Lik…







la saga dbz !!!!!!!!!!!! |
Jem et les hologrammes |
les gifs |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | fotos y gifs
| Le Photo Blog
| bloginterdit