• Accueil
  • > Recherche : bateau cape cod arcachon

St Barth et la Bucket Regatta

31032015

Bucket_1886_panoBD

 

Il me fallait quelque chose de positif pour oublier cette mésaventure administrative et l’impossibilité de récupérer mon Pentax645Z, toujours bloqué en métropole, puisque j’ai décidé de ne pas céder au racket de l’Etat (lire article précédent).

Heureusement, mon ami Pierre Carreau, photographe installé à St Barth, m’a proposé de venir le rejoindre à l’occasion de la Bucket, cette fameuse régate de grands voiliers de luxe.

StKittsNevis_1486BD

Bien sûr j’ai immédiatement accepté l’invitation. J’embarque donc quelques jours plus tard à bord d’un twin- otter d’Air Antilles Espress  pour un vol de 45 minutes qui va m’emmener sur une ile vraiment à part. Pour la deuxième fois je survit à l’atterrissage (la piste de St Barth est l’une des 5 plus dangereuses du Monde) mais quel bonheur d’atterrir devant une plage aussi splendide que celle de St Jean.  Pierre m’attends et nous voilà partis directement nous enregistrer auprès de l’organisation de la Bucket. L’idée est de trouver une place sur le bateau presse pour le lendemain, ce que nous obtiendrons sans problème.

Les voiliers sont là, superbes, majestueux. Il y en a pour tous les goûts :  ultra modernes et design, comme « Better Place », le Wally. Ou plus classique comme le magnifique schooner « Elena of London ». Il y a aussi « Rebecca » que j’avais photographié à New Port en 2010 !

Bucket_1602BD

Ils ne sont pas seuls à mouiller dans la rade de Gustavia. D’innombrables yachts et super yachts sont là aussi.

Bucket_1963PanoBD

Pas de doute, on est bien à St Barth !

Dans cette atmosphère très américaine qui n’est pas sans me rappeler Cape Cod et Nantucket, je me sens dans mon élément. Avec un curieux sentiment de culpabilité car je n’oublies pas que les 1% les plus riches du Monde sont en parti responsables (volontairement ou involontairement) de ce qui ne tourne pas rond sur la planète. J’ai moi aussi ma part d’hypocrisie. Je suis un être humain après tout.

La bonne humeur de mes amis et les sourires des jolies filles que je vais croiser vont vite me faire oublier ma conscience politique et je vais pouvoir me concentrer sur mes prises de vues qui s’annoncent difficiles pour moi, puisque je n’ai pas pu récupérer mon appareil photo et que je devrais me contenter de l’appareil de prêt qui n’est pas vraiment adapté à ce type de reportage. C’est d’ailleurs en utilisant le Pentax 645 D que je vais prendre conscience des progrès que Pentax à fait avec le 645Z. C’est un peu le jour et la nuit. Et là, je me retrouve dans la nuit…

Le vendredi matin, nous voici avec Pierre prêts à embarquer à bord du bateau presse. Cette année, ce n’est pas un tender confortable mais… un bateau de pêche ! une saintoise avec ces deux marins sympathiques. William, originaire de St Barth, connaît tout de son ile et a très envie de nous faire partager sa passion de son métier. En plus il a l’air de s’y connaitre assez bien en voile, ce qui nous facilite la tâche pour bien nous positionner. A bord il y a aussi la joyeuse Ingrid Abery, une photographe anglaise qui s’est spécialisée en photos de régates, Katarina Baliova, une artiste photographe très talentueuse basée à Londres, et Sandra Gâche, photographe de St Martin. Il y a aussi Ed, un américain qui prend des photos panoramiques avec un Sony alpha et qui n’est autre que ce gars qui s’était pris la roue d’un avion sur la tête pendant un atterrissage (article).

Cette année, il n’y a pas beaucoup de vent. Nos images seront donc moins impressionnantes que ce que mes confrères avaient pu faire les années précédentes. Mais il fait beau, et de toutes façons, pour moi, c’est une première expérience de ce type de régate, alors je suis HEUREUX !

Bucket_2097BD

Au bout de deux heures en plein cagnard, je sens que le mal de mer commence à monter. Je me suis mal positionné sur le bateau, un peu trop à l’avant, dans un recoin inconfortable, et j’ai mal géré mon temps passé dans le viseur de l’appareil photo. Alors forcément… une bonne envie de vomir ne tarde pas à se faire sentir. Je préviens les autres : « attention, je vais dégueuler », je passe la tête par dessus bord en priant pour que personne n’ai eu l’idée de me prendre en photo, et j’expulse mon petit déjeuner. Ouf, ça va mieux. Le mal de mer a disparu aussitôt et nous voilà repartis pour la suite de la régate.

Je suis entouré de photographes tous équipés en Canon 5 D MIII avec des cadences de prises de vues en rafale. Moi je suis au coup par coup avec mon moyen format. C’est assez drôle d’entendre le claquement des obturateurs et le mien au milieu, lent, lourd, tel un pachiderme.

Mais je sais au fond de moi, que la qualité du capteur moyen format donnera peut-être un petit plus à mes images. De la profondeur, du détail, bref des petites choses subtiles que je me sens bien seul à percevoir aujourd’hui, au milieu de ces masses d’images filtrées et instagrammées à mort et partagées par milliards sur les réseaux sociaux. Tans pis, je poursuis ma route comme si de rien n’était, résigné à travailler , même « à titre posthume » comme dirait l’ami Tom Perrin :-)

Bucket_2214BD

 

Toutes mes photos sont sur ce lien.

Cette première manche se termine et je pense déjà à celle de demain. Je choisi de varier l’angle de prises de vues et de ne pas embarquer dans le bateau presse le lendemain. Je resterai à terre, dans les hauteur de l’ile, afin de capturer les voiliers avec plus de recul. Et puis, on nous a promis en fin de régate un superbe show aérien. En effet, des passionnés d’aviation de la seconde Guerre Mondiale sont arrivés du Texas avec bombardiers et chasseurs tous droits sorti des Têtes Brûlées. Ils vont d’abord faire des passages bas au niveau de la piste d’atterrissage, puis nous présenter leur show au milieu des navires venus se mettre à l’ancre devant le Fort de St Barth. Pierre a pris son impressionnant 600 mm. Mais les conditions sont médiocres. Nous sommes en contre jour et les avions passent trop loin. Tout le public est déçu. Quant à nous, les photographes, on se dit qu’on aurait mieux fait d’aller à la plage… Heureusement, nous garderons un bon souvenir des passages bas au dessus de la piste.

AirShow_1980BD

Dimanche, dernier jour de la régate, j’embarque à nouveau avec Pierre sur le bateau presse. Nous saisissons quelques belles images des navires sous spi, quand soudain, l’inespéré se produit : une baleine se met à faire des jump entre les bateaux. Je parviens à capter la baleine en train de sauter à côté d’un voilier sur le spi duquel est dessiné… une baleine !

Bucket_2392BisBD

Je complèterai mon reportage par des photos de nuit du Port de Gustavia et j’en profiterai même pour retrouver par hasard, une copine de Dakar que je n’avais pas revu depuis presque 20 ans…

Gustavia_2065BD

Ainsi s’achève mon troisième séjour à St Barth en un an. Retour en Guadeloupe, où je dois passer encore quelques semaines avant de revenir dans mon petit paradis : le Bassin d’Arcachon ! Je ne manquerai pas d’amener soleil et chaleur dans mes bagages (en espérant qu’ils n’aient pas inventé une nouvelle taxe là dessus d’ici là !)…

 

Pour voir toutes mes photos de la Bucket c’est ici !

 




St Barth, « le Nantucket » de la Caraïbe !

25042014

10152461_10154016012425408_7228839821082545383_n

 

Jamais je n’aurais pensé ressentir un coup de coeur pour ce « cailloux » à milliardaires planté au beau milieu de la Caraïbe. Et pourtant…

Me voilà donc parti à bord du catamaran de Bernard et Betty, deux arcachonnais installés en Guadeloupe depuis plus de 10 ans. A bord il y a aussi Jean-Marc Meunier, arcahonnais lui aussi et Pascale sa compagne ainsi qu’un couple de landais. Nous sommes dont pour ainsi dire « entre gens du Sud Ouest » pour cette escapade d’une semaine à St Barth.

Le prétexte de ce voyage c’est d’aller accueillir les skippers de la régate AG2R dont certains sont des amis du propriétaire de notre bateau.

Partis à la tombé de la nuit, nous naviguons donc pendant près de 24 heures avant d’apercevoir cette petite île de 24 km de long, qui m’apparaît dès lors comme un écrin autour duquel quelques yachts ont jeté l’ancre. Mais que puis-je attendre de cette île pour riches, moi le photographe de paysages marins, de grands espaces… c’est la question que je me pose depuis le départ. Pourtant je dois bien l’avouer dès notre entrée dans la rade du Port de Gustavia, je ressent comme un bien être. Le même que j’ai ressenti en arrivant dans le port de Nantucket au large de Cape Cod. Le paysage n’est pourtant vraiment pas le même. Serais-ce la présence de ces magnifiques bateaux battant pavillon américain ? c’est bien possible.

Une fois débarqué, je comprends vite que je suis sur une île paisible. Tout est propre, tout est beau, c’est coquet. Comme un air de Nouvelle Angleterre… c’est déjà la fin de la journée et je vois un petit catboat (bateau à voile typique de Cape Cod) qui tire des bords dans la rade. Et là je comprend que les américains de la côte Est viennent ici prendre leur dose de chaleur pendant l’hiver. Nous ne sommes donc pas dans l’ostentatoire mais plutôt dans le « chic discret ».

Je sais que je ne vais pas faire beaucoup de photos pendant cette semaine car nous sommes en groupe à bord d’un bateau et que pour réussir mes photos, en général j’ai besoin de solitude. Je considère donc que je suis venu en repérages. J’ai hâte aussi de rencontre le photographe Pierre Carreau, ancien du Cap-Ferret, qui était venu à plusieurs reprises dans ma galerie d’Arcachon et qui est installé sur l’île depuis 10 ans. Il réalise des photographies de vagues avec une technique particulière qui en font de véritables oeuvres d’art vendus à la Clic Galerie, à NY, dans les Hamptons et ici à St Barth.

Pierre me propose de m’emmener découvrir quelques beaux spots pour mes prises de vues en panoramique. En réalité on va surtout beaucoup discuter et échanger sur notre métier.

Jour après jour, je visite, je me promène, je découvre des plages magnifiques, des paysages relativement arides mais somptueux. Je sens que cette île peut m’inspirer quelques belles photos, il faudra donc revenir, seul cette fois-ci.

Finalement tous mes préjugés sur St Barth auront vite été balayé, et pour ne rien vous cacher, si il n’était pas aussi difficile d’y trouver un logement accessible au commun des mortels, j’y poserai bien mes valises pour quelques années…

St Barth, on va se revoir bientôt…

ps: je n’ai pas eu le temps jusqu’à présent de traiter les photos prises lors de cette escapade. Il faudra patienter un peu.

1493472_10154015991755408_1686855406885175277_o

selfie en compagnie du photographe Pierre Carreau

 

 




Tournage avec Thalassa

12092013

Cette année, j’aurais eu le privilège de participer au tournage de Thalassa.

Une émission de 2 heures consacrée au Bassin d’Arcachon.

Le réalisateur Philippe Lespinasse, auteur de nombreux reportages pour l’émission emblématique de George Pernoud dont l’excellent « Les fils de la Lune », et primé pour son documentaire « Le Sang du Nigéria » en 2011, connaît bien le Bassin. Il avait déjà réalisé un sujet très complet sur l’Ile aux Oiseaux. Il a souhaité ma présence dans ce spécial Bassin qui devrait être diffusé en 2014. Nous avons donc tourné plusieurs séquences, en aérien à bord de l’ULM de Michel Boudigues, en bateau, à bord de Cape Cod 1 et sur la Dune du Pilat, dans un de mes endroits favoris resté encore secret. Bien entendu, je ne sais pas ce qui sera conservé au final mais au vu du professionnalisme et des exigences du chef opérateur et de l’ingénieur du son, ce film nous promet de belles images et de belles rencontres.

Tournage de Thalassa sur le Bassin d'Arcachon

Tournage de Thalassa sur le Bassin d’ArcachonTournage avec Thalassa au Pilat

Tournage avec Thalassa au Pilat




Nouvelles prises de vues pour mon prochain livre : Les 18 heures d’Arcachon

6072011

http://www.dailymotion.com/video/xjr5a1
Je ne rate jamais le départ de la régate des 18 heures d’Arcachon.
C’est l’événement qui marque le début de la saison d’été.

Mais je prépare aussi les prises de vues pour mon prochain livre qui aura pour thème : le plan d’eau. Toutes les photos du livre seront prises depuis un lieu qui se trouve sur l’eau ou depuis un bateau.

Le principe de la régate des 18 heures d’Arcachon c’est que tous les voiliers disposant d’une cabine peuvent y participer. Pendant 18 heures, les équipages manoeuvrent, luttant contre le sommeil, entre le Cercle de Voile d’Arcachon et la jetée Belisaire du Cap-Ferret. Au final, celui qui a fait le plus de tours remporte la victoire.

Depuis 10 ans, j’ai photographié les 18 H sous tous les angles : depuis le Belvédère de la Ville d’Hiver, comme ici en 2003 :

image20.png

En aérien comme cette photo de 2008 :

18heures01bd.jpg

et cette année… depuis mon bateau Cape Cod One.
J’ai voulu les suivre depuis le départ, jusqu’au petit matin.
Au coucher du soleil, je me suis positionné face à la bouée de Belisaire afin d’avoir une bonne perspective avec la Dune du Pilat magnifiquement éclairée derrière les voiliers à la manoeuvre.

img9556bd.jpg img9611bd.jpg img9665bd.jpg

Puis, je suis allé me mettre au mouillage pour la nuit dans la Conche du Mimbeau et j’ai mis le réveil a 5:30 pour ne pas rater le lever du soleil sur les voiliers sous spis.

img9819bd.jpg




Cape Cod, suite et fin…

1112010

img2914panobd.jpg

Oui oui je sais… je n’ ai pas tenu à jour le blog depuis plus de deux semaines…

Mais je vous avez bien prévenu lors de mes derniers articles : j’étais vraiment très occupé et la gestion du blog est assez lourde, surtout quand, comme moi, on souhaite y ajouter un maximum de photos et de vidéos…
C’est pourquoi je continue à vous conseiller de suivre mon aventure sur ma page facebook qui requiert beaucoup moins de manipulations et de programmation que le blog, et que je peux donc mettre à jour plus régulièrement.
Je vous rappelle à nouveau que vous n’êtes pas obligé de créer un compte pour accéder à ma page qui est publique.
Il vous suffit de cliquer sur ce lien :
http://www.facebook.com/pages/Stephane-Scotto-photographe/256749255407

Alors que s’est-il passé depuis le dernier article ?

Et bien j’ai continué à faire des photos, presque tous les jours, quand le temps le permettait.
Je me suis fait déposer en bateau au village de la lagune de Sandy Neck.
Située sur les communes de Barnstable et de Sandwich, Sandy Neck est une longue lagune de plus de 8 km, sans route ni piste cyclable donc inaccessible sans bateau ou sans 4X4. Au bout de cette lagune, il y a un village de cabanes en bois, sans eau et sans électricité et un petit phare. Quelques privilégiés les possèdent et les entretiennent de la façon la plus simple qu’il soit.
Quand je m’y suis rendu, le village était désert. Une atmosphère de village « fantôme » sous un ciel bleu « Scotto ». Magique !

img2608bd.jpg

Cape Cod by the air

J’ai volé encore deux fois avec Chris et son Cesna 172.
Deux longs vols de deux heures, l’un pour explorer le Nord de Cape Cod, jusqu’à Provincetown, l’autre, il y a quelques jours, pour survoler et photographier l’ile de Nantucket.
Lors de ce dernier vol j’ai également demandé à Chris de monter jusqu’à 5000 pieds afin de réaliser des prises de vues de Cape Cod à haute altitude. Nous sommes donc monté le plus haut possible jusqu’à atteindre les nuages.
A cette altitude j’ai vraiment réalisé la taille gigantesque de la baie de Cape Cod car il m’a été impossible de réaliser une vue d’ensemble. Je pense qu’il faut monter beaucoup plus haut, peut-être 8000 pieds…
img1781bd.jpg img1764bd.jpg img1813bd.jpg img1895bd.jpg img1931bd.jpg img1991bd.jpg img2171bd.jpg

Sailing with Kathleen…

Grâce à Florence et à son mari Bill, charpentier de Marine, j’ai eu le privilège de participer à la mise en place des petits rivets en bois sur le pont d’un magnifique voilier en pleine restauration au chantier Beetle Cap.

img3199bd.jpg

Et puis, surtout, la cerise sur le gâteau de ce merveilleux séjour à Cape Cod fut l’expérience inoubliable que j’ai vécu à bord de Kathleen, un fantastique Cat Boat, construit par Bill.
Son propriétaire, Tim, m’avais invité pour une petite croisière de Bristol à Newport dans le Rhode Island.
3 heures de navigation dans un endroit mythique pour tous les marins et les « voileux ».
Comme Tim ne connaît pas le stress, il m’a laissé barrer longuement ce magnifique navire et j’ai même fait l’incroyable expérience de passer sous deux ponts avant de rejoindre le port de Newport. Croyez-moi, passer sous un pont à bord d’un tel voilier c’est extraordinaire ! Nous avons effectué le retour de nuit, sous la pleine lune et avec très peu de vent. Tim est un jusqu’auboutiste donc aucun moteur sur son bateau. Juste le vent et… la patience…

img3570bd.jpg img3357bd.jpg img3273bd.jpg img3245bd.jpg img3636bd.jpg

J’ai également cherché à mieux connaître Cape Cod et ses habitants et saisir leur mode de fonctionnement.
J’ai assez d’images pour réaliser un livre de photos aériennes et je pense que je vais m’y atteler dès mon retour en France.

La suite de mon voyage en Amérique….

Mais avant de rentrer, j’ai encore un mois à passer aux USA et j’ai donc programmé la suite du voyage, avec quelques changements radicaux…
En effet, je ne pars plus en Floride comme je l’avais annoncé mais plutôt pour le Colorado !
Je rejoins mon ami Fabien Laugier, étudiant à l’école des Mines de Golden, dont je vous avait déjà parlé sur ce blog cet été car il réalise une étude sur l’érosion du Bassin d’Arcachon. Je vais rester avec lui quelques jours puis, je l’accompagnerai dans les montagnes rocheuses pour faire des prélèvements, puis je prendrai la route pour un grand « road movie » à travers l’Ouest américain. Je traverserai le Colorado, l’Utah, le Nevada, l’Arizona, et le Nouveau Mexique, afin d’atteindre le désert de White Sands. Puis je remonterai vers Denver par une autre route.
J’ai loué un SUV confortable, et je dormirai dans des Motels, voir dans la voiture si besoin est.
Ce périple devrait durer 15 jours.
Voici l’itinéraire prévu :
image3.png
Il restera donc encore une semaine avant mon retour sur le Bassin d’Arcachon, et j’irai soit à Los Angeles, soit à Miami. Je n’ai pas encore décidé…

Transition à Mystic…




Cocktail Cruise !

24092010

Pour un premier jour à Cape Cod, on peut dire que je suis vraiment gâté !

Me voici en train de prendre l’apéro à bord d’un bateau au beau milieu de la baie de Cotuit :

Agrandir le plan
, un des plus beaux endroits de Cape Cod, en compagnie de Florence et Bill.

florencebillscott.jpg

Florence, une française installée depuis dix ans à Cape Cod est rentrée en contact avec moi via mon blog. En réalité c’est moi qui l’ai contacté suite à des commentaires qu’elle avait posté sur certains articles de mes précédents voyages à Cape Cod.
A force de discuter nous avons sympathisé et je dois dire qu’elle m’a pas mal aidé pour l’organisation de ce nouveau voyage.
Bill, son mari, est charpentier de marine. Tous deux se sont rencontrés à Mystic Seaport (voir mon article en 2008) et partagent l’amour des bateaux traditionnels en bois. Je ne pouvais pas mieux tomber !

Hier donc, Florence m’appelle pour m’inviter à faire un tour en bateau sur la baie de Cotuit où ils ont la chance d’habiter.
Une invitation qui ne se refuse pas !
Leur bateau étant malheureusement sur cale pour cause d’entretien nous embarquons à bord d’un petit hors bord.
Une fois partis je me rends compte que j’ai oublié mon boitier numérique sur la table du séjour de leur maison… trop tard pour y retourner je vais donc devoir utiliser uniquement mon appareil panoramique rotatif moyen format et… mon iphone !

L’endroit est paisible, la lumière superbe, et nous parlons de Tom Perrin car le lieu possède son « Banc d’Arguin, réserve protégée pour les oiseaux ». Ahhh c’est certain il serait heureux ici le Tom ! Elle m’explique que l’été c’est un peu comme chez nous, l’endroit est envahi de bateaux et de parasols. En revanche il est interdit de traverser les Dunes. Les plaisanciers doivent choisir entre un côté ou l’autre pour débarquer.
Florence me fait remarquer la présence d’énormes nids en haut de certaines maisons pour des oiseaux dont j’ai oublié le nom mais qui doivent ressembler à des cigognes.
cielcotuit.jpg cotuit01.jpg cotuit02.jpg cotuit03.jpg

Nous continuons notre balade, le soleil descend et des nuages incroyables de dessinent dans le ciel. J’enrage de ne pas avoir mon boitier numérique qui me permettrait de photographier ces paysages magnifique avec cette basse lumière. Mon widepan à ses limites, surtout debout sur un bateau…

Un bateau à moteur au mouillage attire notre attention : il est inscrit dessus « Over Bordeaux »… un mystère qu’il va falloir éclaircir… c’est idiot, je n’ai pas pensé à laisser ma carte dessus…
overbordeaux.jpg

La lune se lève. Elle est pleine. C’est sublime.

fullmoon.jpg

Un dernier verre de vin blanc et nous rentrons tranquillement au quai puis repartons chez eux pour le dîner.

Discussions à propos de Cape Cod, du Bassin d’Arcachon, de la France et de l’Amérique, des similitudes et des différences.
J’écoutes avec attention le point de vue de Florence.
Je leur ai offert mon calendrier et j’explique donc à Bill les particularité de notre endroit.
Nous évoquons aussi la plaisance traditionnelle qui semble en voie de disparition, même à Cape Cod, les plaisanciers préférant de plus en plus acquérir des bateaux à moteur en plastoc pour aller plus vite du point A au point B sans emmerdements !
Nous aurions pu discuter toute la nuit mais il commençait à se faire tard et, comme Bill, qui se lève tôt, je commençais à avoir les paupières lourdes.
Bill m’offre à son tour un magnifique calendrier : celui du célèbre magazine Wooden Boats, réalisé par le photographe Benjamin Mendlowitz, avec entre autre, une photo de Thetis, une des fiertés de Bill qui ne manquera pas d’interpeller mes amis « voileux » du Bassin.
woodenboatscalendar.jpg thetis.jpg

Voilà, je me suis fait des nouveaux amis ici, qui, comme Susan et George, sont en or !




Quand l’inspiration revient…

9102009

scott01.jpg

Après un été presque caniculaire il était à prévoir un magnifique été indien.
Et ce fut le cas ! depuis le début du mois de septembre nous avons l’impression d’être… en juin !

Et c’est donc tout naturellement que nombre de personnes que je croise me font cette remarque :
 » vous devez faire des magnifiques photos en ce moment…!  »

Et bien NON !
Car en fait, il ne suffit pas d’avoir du soleil et un ciel bleu pour réussir des photos suffisamment exceptionnelles pour que vous ayez envie de les mettre sur vos murs.
Il faut quelque chose de magique en plus. Et en général, c’est dans le ciel que cela se passe.
Il fallait donc que j’attende mi-octobre pour retrouver la lumière qui me permette de retrouver l’inspiration.

Cette année encore, j’ai pu compter dessus. Depuis une semaine je multiplie donc les prises de vues en quête d’originalité.

iboga01bd.jpg

La collection automne 2008 fut largement aérienne mais depuis la sortie de mon dernier livre « Balade en altitude », j’ai décidé d’atterrir…
Me voici donc dans la préparation d’une nouvelle collection plutôt orientée sur l’eau.

Ce plan d’eau est merveilleux et puisque j’ai la chance de posséder un bateau, je me promène donc à petite allure depuis quelques jours autour de l’Ile aux Oiseaux et de la Conche du Mimbeau, comptant sur le hasard des rencontres.
capecod1mimbeau01bd.jpg
C’est ainsi que j’ai pu croiser le magnifique canot mixte « Pétrel » devant l’Ile aux Oiseaux avant de le retrouver une heure plus tard au Mimbeau.
ptrel01bd.jpg mimbeau04bd.jpg

Pour la première fois je me suis aventuré dans le « fond » du Bassin et j’ai remonté l’embouchure de la Leyre jusqu’au port des Tuiles. Mais la lumière n’avait finalement rien d’exceptionnel. Tans pis, j’y retournerai un peu plus tard…

Et puis comme ce fut la pleine lune, j’en ai profité pour réaliser quelques vues insolites du Port de la Teste.
fullmoon01bd.jpg

Lundi et mardi, j’ai bénéficié de la marée montante aux limites du couché de soleil et d’un fort coefficient ce qui m’a permis d’aller explorer le Village d’Afrique.
Moments magiques et rencontres de gens authentiques qui profitent du calme privilégié dans leurs cabanes de l’Ile, loin des tumultes du « test souris » et de la polémique (justifiée) autour d’un Bassin d’Arcachon qui me paraît de plus en plus menacé.

L’ile aux Oiseaux est un endroit qui se mérite.
D’abord il faut pouvoir (et savoir) se faufiler au milieu des esteys et des parcs à huîtres, puis il faut mouiller au bon endroit pour pouvoir ensuite repartir. Ne pas oublier donc de lever l’ancre avant que la marée ne redescende sous peine de passer la nuit sur l’Ile… Et là attention : il faudra affronter avec courage et ténacité les nombreux insectes qui pullulent tout naturellement dans une végétation plus dense et variée que l’on ne pourrait l’imaginer : fourmis rouges (j’en ai fait les frais !), moustiques, puces d’eau, ahoutas, etc… sans parler des rats.
scott02bd.jpg

Mais la récompense est là : comment dire… c’est magique ! oui magique c’est bien le mot !!!
Comment envisager depuis la Jetée Thiers, qu’en face, à seulement 15 minutes de bateau, on puisse passer du tourisme de masse à la simplicité d’une Île sur laquelle s’est épanouit dans notre enfance Babar et sa famille !
ile01bd.jpg villagedafrique03.jpg
birds01bd.jpg sunset01bd.jpg

Je rencontre des heureux propriétaires de cabanes.
Accueillants, ils me proposent de monter en haut d’un mirador de fortune en bois qui me permet de faire des photos de l’Ile à 15 mètres du sol.
Puis c’est l’invitation à l’apéro avec bonne tranche de rigolade garantie !

Le soleil se couche vite en cette fin d’automne, et la marée ne va pas tarder à redescendre. Il est temps de quitter l’Ile et de revenir à la réalité.
Sortir du Village par l’estey d’Afrique aux reflets roses et mauves, dans le silence absolue, est un instant inoubliable.
villagedafrique01bd.jpg

Dans les jours qui viennent je me consacrerai à la Dune du Pilat, au lever et au coucher du soleil.
J’attends la bonne lumière.

à suivre…




« Belle plaisance »: le Bassin comme je l’aime

27062009

Quelle belle initiative de Monsieur Jacques Dié et son épouse que d’avoir cette année encore convié tous les bateaux traditionnels du Bassin à se rassembler sur ce plan d’eau magnifique !

Pinasses, bacs à voiles, et autres bateaux en bois, à voile ou à moteur et même… à vapeur ! Ils étaient tous là avec leurs fiers équipages.

bp21bd.jpg

Le rendez-vous était donné entre la jetée Thiers et celle d’Eyrac, puis les bateaux ont navigué jusqu’à la plage des Arbousiers ou ils ont mouillé pour que leurs équipages puissent se désaltérer en toute convivialité.

Le voici le Bassin d’Arcachon tel qu’il devrait être tout l’été ! C’est si beau, si élégant, si intéressant.

J’avais choisi d’immortaliser cet évènement depuis le ciel en compagnie de Michel Boudigues.

La lumière n’était pas extraordinaire et de nombreux bateaux à moteur en plastique s’étaient malheureusement mêlés aux bateaux traditionnels provoquant de nombreux remous et de l’écume peu esthétique. Il faudra corriger cela l’année prochaine pour que le plaisir soit total.

bp19bd.jpg  bp20bd.jpg bp22bd.jpg bp23bd1.jpg bp12bd.jpg

bp13bd.jpg bp14bd.jpg bp15bd.jpg bp16bd.jpg bp07bd.jpg

bp08bd.jpg bp09bd.jpg bp10bd.jpg bp11bd.jpg bp02bd.jpg

bp03bd.jpg bp04bd.jpg bp05bd.jpg bp06bd.jpg bp01bd.jpg bp02bd.jpg

bp04bd.jpg bp03bd.jpg 

En fin de journée, je pars à bord de Cape Cod 1 (mon bateau) pour rejoindre la flottille et prendre des photos avec la lumière du soir. Mais le ciel est voilé, la lumière est affreuse et il n’y a pas de vent. La plupart des bateaux ont affalé les voiles et se dirigent déjà vers le Port d’Arcachon où un grand diner attend les équipages.

Merci M. et Mme Dié et Bravo !

A lire aussi, ce bel article de FX Bodin sur sa chronique de l’Iboga.




2 ème jour à Cape Cod : Chatham

21102008

chatham17.jpg

Ce matin il faisait toujours aussi froid mais il était clair que le soleil avait l’intention de percer les nuages.
J’ai donc décidé de partir assez tôt pour la petite ville de Chatham qui se situe à mi-chemin entre Hyannis et Provincetown.
Au bout de 40 minutes de trajet, j’arrive aux abords de Chatham. C’est un village très chic ou les écarts architecturaux ne doivent pas être tolérés si l’on en croit l’homogénéité des rues et des maisons.
Je décide d’explorer une petite plage située au fond d’une crique.
chatham01.jpg chatham03.jpg

Là j’aperçois un shell fisher man (un pêcheur de coquillage). Il est dans l’eau jusqu’à la taille et est en train de travailler.
Il faut savoir qu’à Cape Cod, les shell fisher men ramassent des clams, des huîtres et des « scalops » (coquilles saint Jacques).
chatham02.jpg chatham09.jpg chatham06.jpg

Le vent souffle vraiment fort et je suis couvert comme un esquimaux. Mais le soleil commence à s’imposer et peu à peu le ciel se découvre.
Sur le sable, je découvre une étrange carapace à peu près de la taille d’un ballon de basket.
Je ne connais pas cette espèce mais si un lecteur du blog peut nous éclairer qu’il n’hésites pas.

carapace.jpg chatham06.jpg chatham05.jpg

Je reprends la voiture en direction du phare de Chatham.
J’arrive à un parking qui surplombe l’océan.

chatham14.jpg

Deux bateaux des Coast Gards sont en train de rentrer au port. Ils passent devant un grand banc de sable, parfait refuge pour des milliers de phoques et d’oiseaux.

chatham07.jpg chatham08.jpg chatham12.jpg chatham16.jpg chatham15.jpgchatham13.jpg

Je descend au port un peu plus bas pour voir les bateaux des coast gards d’un peu plus près. Ils sont impressionnants.
Un homme vient me parler. Ici les gens ont le contact facile. Je lui explique d’où je viens et ce que je suis venu faire. Il connait Bordeaux pour y être allé plusieurs fois. En fait il est lui même osréiculteur et possède une affaire assez importante de vente et d’exportation de « scalops » (coquilles saint jacques), poissons et lobsters (homards). Je lui montre le Bassin avec mon livre. Evidemment il est fasciné par nos paysages. On discute un peu d’environnement.
J’apprends que les test souris sont également pratiqués à Cape Cod y compris avec les scalops.
J’apprends aussi que les pesticides constituent ici un gros problème pour la qualité des eaux.

chatham10.jpg

Après quelques photos, je me met en quête d’un resto pour déjeuner et me réchauffer.
Je trouve un endroit typiquement américain où je m’avale une bonne bière locale et un hamburger au poulet grillé au feu de bois.

chatham19.jpg

Puis, petite visite des boutiques très chics de Chatham. Principalement des bijoutiers, des magasins de déco et des antiquaires. Il y aussi beaucoup de galeries de peintures.
Je rentre dans un espèce de bazard qui vend un peu de tout et je découvre cette étrange robinet suspendu à … de l’eau qui coule… il y a un truc bien sur… mais lequel ?

http://www.dailymotion.com/video/k4o7YmVDeaeEpvOkq7
Un photographe local propose ses photos de Cape Cod sous forme de tirages jets d’encre, encadrés avec un passe partout dans des cadres somme toute assez ordinaires. Compter tout de même 450 $ pour un 40×50 encadré, sans numérotation… je crois que je n’ai pas à rougir des prix que je pratique pour mes photos dans ma galerie d’Arcachon.

Je me remet en route avec la voiture hybride que j’ai loué depuis New York. Je fait le plein d’essence avec… 24 $.
A côté de la station il y a une vente de citrouilles devant une église. Le ciel est bien bleu, et les citrouilles oranges sont saturées comme j’aime.

chatham20.jpg

Quelques kilomètres plus loin, je tombe par hazard sur un étang servant à cultiver les cranberries. Je m’arrête pour faire quelques photos. Le soleil commence à se coucher doucement.

chatham22.jpg

Sur le chemin du retour, je croise quelques petits panneaux de supporters de Obama ou de Mc Cain plantés dans l’herbe devant leur maisons. Pour le moment je n’entends pas du tout parler de politique excepté à la télévision, entre deux publicités pour des hamburgers, des pizzas ou des nachos à emporter !

chatham04.jpg

Tiens justement, il est 18h00 et je ferais mieux de me trouver mon repas du soir. Je rentre dans l’immense centre commercial « Cape Cod Mall » qui se trouve juste à côté de mon hotel. Il y a là une sorte de place intérieure encerclée de fast foods. il y en a pour tous les goûts : américain, mexicain, italien, japonais, indien, cajun, et même français.
Je tente le japonais. Bof…

capecodmall.jpg

Demain, je pense partir explorer le National Seashore.

à suivre…




20/10: end of an american trip !

29102007

Voilà c’est fini.

Dans moins de 40 minutes, je descendrai du loft pour aller à 20 mètres, dans Greenwich street appeler un taxi jaune qui me conduira a l’aéroport de Newark dans le New Jersey.
Mon avion décollera à 19h00.

Je viens de me promener une dernière fois le long de l’East River, jusqu’à une petite marina en plein coeur de Manhattan. Les quelques bateaux qui y sont amarés ont une vue directe sur la statue de la Liberté. Tout cela entouré de buildings impressionnants !

eastriver01.jpg

eastriver02.jpg

eastriver03.jpg

J’ai déjeuné dans une sorte de grande brasserie à l’américaine. Petites tables avec nappes à carreaux rouges, ketchup sur toutes les tables et personnel hyper rapide et souriant. J’ai pris une salade avec du parmesan et du poulet braisé et… une Bud Light !
Puis, juste à côté, un coffee Mocha with leche au StarBuck.
Je l’ai bu tranquilement sur le chemin du retour au bord de la rivière sous un ciel bleu magnifique peuplé d’hélicoptères de la NYPD. J’ai pris quelques dernières photos que je vous montrerai demain car je ne peu plus sortir le matériel qui est maintenant bien rangé pour le voyage.

J’ai deux énormes sacs qui vont en soute et un gros sac photo avec tout mon matériel plus le macbook en cabine. Je m’attends à être fouillé, refouillé et encore refouillé. Tans pis, on ne peu pas leur reprocher d’être vigilant, surtout après avoir été voir les cicatrices du 11 septembre sur Ground Zero…

Je ne devrais pas être trop embêté par les grèves d’Air France puisque je voyage sur la compagnie « Lavion ».

Ce trip américain a été au delà de mes espérances. Je n’ai rencontré que des gens gentils, aimables, souriants. Je n’ai pas vu de violence, assez peu d’obèses et je n’ai pas rencontré Georges Buch ! J’ai découvert New York, une ville d’une autre planète, incroyable, fascinante à tous les coins de rue.
New York est en mouvement perpétuel. Cette immense cité ne s’arrete jamais.
Les américains avancent vite, beaucoup plus vite que nous.

J’ai eu la confirmation que Cape Cod avait de nombreux points communs avec le Bassin d’Arcachon.
Cet endroit est sublime, entièrement préservé grace à une vraie politique environnementale. Nos élus du Bassin feraient bien de s’en inspirer au lieu de nous pourrir le Bassin de projets aussi absurdes les uns que les autres et de nous soupoudrer quelques mesures écologiques bidons histoire d’avoir bonne conscience…
A cape Cod, pas de publicités en 4x3m sur le bord des routes, pas un seul immeuble et pourtant 4 fois plus d’habitants que sur le Bassin à l’année. A Cape Cod il est interdit de construire une maison sans utiliser le bois comme matériau. A Cape Cod, les ostréiculteurs (shell fishermen) sont peu nombreux mais sont la fierté de la baie qui a pris des mesures environnementales draconniennes pour protéger cette activité. A Cape Cod, les seuls bateaux à moteur sont des vedettes destinées à la pêche au gros, ou des bateaux traditionnels en bois fabriqués dans des chantiers du Massachussets ou du Connecticut. Pour la plaisance, les gens naviguent en grande majorité sur des voiliers.

Je suis content de revenir. Pour parler de ce que j’ai vu, pour montrer mes photos, et pour vous faire découvrir d’autres horyzons.

Je repartirai à New york et à Cape Cod, c’est certain.
Et j’irai en Floride et en Californie. Plus tard… mais très bientôt.

Merci à toutes celles et tous ceux qui ont suivi ce blog depuis le début, ou qui l’ont pris en cours de route. Pardonnez moi pour les nombreuses fautes d’orthographe mais le temps m’a manqué pour me relire.
Un immense merci à Isabelle et Pascal Leyo, qui m’ont accueilli à NY dans des conditions exceptionnelles. Je leur doit la réussite de ce voyage.

Fin du trip américain, partie 1.







la saga dbz !!!!!!!!!!!! |
Jem et les hologrammes |
les gifs |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | fotos y gifs
| Le Photo Blog
| bloginterdit