• Accueil
  • > Recherche : franck perrogon

Photo de couv

14072011

couvmag2011bd.jpg

Pour un photographe il est toujours plaisant de faire la couv avec une de ses photos.
Ne travaillant pas beaucoup avec les agences et la presse, cela ne m’arrive pas souvent…

L’année dernière un portfolio entier avait été consacré à mes photographies dans l’excellent magazine « Bassin Magazine », mais cette année, l’équipe éditorialiste a choisit l’une de mes plus belles photos pour faire la couv du numéro été 2011.

Il s’agit d’une photo prise sur la Conche du Mimbeau, éclairée par une lumière de fin de journée d’automne absolument sublime. Cette photo s’appelle « California » en référence à l’ambiance qui s’en dégage avec la présence de ces nombreux yuccas.

Je n’ai malheureusement pas signé de reportage à l’intérieur mais je vous invite bien sûr à acheter ce magazine et à découvrir les sujets intéressants réalisés par mes confrères photographes de talent tels que Franck Perrogon et Marc de Tienda.

Attention : ne pas confondre « Bassin Magazine » réalisé par une équipe de passionnés du Nord Bassin et « Arcachon et son bassin Magazine » réalisé depuis plus de dix ans par une agence de com d’Orléans, que, personnellement, je trouve de plus en plus médiocre…

Bassin Magazine est disponible chez les marchands de journaux en Gironde et par internet, au prix de 4,90 €




Article dans Sud Ouest du vendredi 12 septembre

17092008

6500319.jpg
photo©Franck Perrogon-Sud Ouest 2008

RENCONTRE. –Photographe militant, Stéphane Scotto a suivi de près la crise ostréicole. Il diffuse sur Internet deux films tournés cet été et anime un blog

Son optique nature
:Sabine Menet

Au Wharf de la Salie, à Smurfit-Kappa à Biganos, au cours des fêtes de la mer à Arcachon : Stéphane Scotto a suivi de près les ostréiculteurs cet été. Derrière son objectif et derrière sa caméra, le photographe a figé les actions réalisées au cours de l’été pour dénoncer les dérives environnementales.
Comment vous positionnez-vous ? Êtes-vous un militant, un écologiste ?

Je porte un regard émotionnel sur les choses. Je mets au profit des autres mes images. J’ai une liberté de parole et d’action. Je ne fais partie d’aucune association ni d’aucun mouvement politique. Je m’exprime sur mon blog (1) et surtout je tiens à y donner la parole au plus grand nombre. Parce qu’il faut se mobiliser pour que les choses bougent.

Que pensez-vous des actions menées cet été ?

Je pense que les choses ne font que commencer. La visite à Smurfit lorsque les ostréiculteurs ont découvert, à 400 ou 500 m de la Leyre, un plan d’eau qui pourrait faire penser au Lac Rose, non loin de Dakar, a été édifiante. Car là, ce ne sont pas des cristaux de sel qui donnent cette couleur rose mais des métaux lourds. Et que dire de la décharge à ciel ouvert. Je crois que la machine est lancée. Depuis que j’ai mis en ligne le film tourné là-bas (2), je croule sous les mails. L’impact du visuel est énorme.

Est-ce à dire que vous êtes optimiste quant à l’avenir ?

Hélas non. Je reste fataliste face au peu de prise de conscience des habitants du Bassin. Nous sommes dans une situation d’urgence où il faut prendre des mesures et non plus des demi-mesures. Il faut établir une direction pour le développement du Bassin.

« Je pense que les choses ne font que commencer, la machine est lancée »

En fait, non, il ne faudrait même plus parler de développement. Comment prévoir 100 000 habitants en plus d’ici 2030, alors qu’on n’a même pas réussi à gérer le doublement de la population en six ans ?

Que pensez-vous traduire à travers vos photos ?

Avant tout mon amour du Bassin. Un endroit où je suis venu en vacances jeune, avant de venir m’y établir en 2001. Un endroit beau et fragile à l’incomparable lumière. Avec des endroits où j’ai appris la solitude. Mes photos sont des témoignages que l’on retrouvera peut-être dans quelques années en se disant : « Tiens, ça ressemblait à ça, avant. »

Vous faites souvent le parallèle entre le bassin d’Arcachon et Cape Cod aux États-Unis…

Oui. Les paysages sont identiques, les activités, ostréiculture, pêche et nautisme aussi. La seule différence, c’est que l’environnement y est beaucoup plus protégé. Que l’on ne peut pas y construire n’importe comment, ni y implanter n’importe quelle activité. J’ai réalisé une série de photos là-bas et je repars, en octobre, pour poursuivre mon projet. J’aimerais y ouvrir une galerie.

Quid de la prochaine plus grande photo du monde (3) ?

Elle est repoussée aux vacances de Pâques afin de pouvoir être présentée avant l’été 2009. Mais elle se fera et englobera cette fois-ci toute la côte intérieure du bassin, du Wharf à la pointe du Cap Ferret.

(1) http://stephanescotto.unblog.fr (2) Le film s’intitule « La souris qui cachait un éléphant », en référence au test de la souris appliqué à la commercialisation des huîtres. Il est visible sur http ://www.dailymot ion.com/altitude33/video/x6mako-la-souris-qui- cachait-un-elephant-news. (3) Il y a deux ans, à bord d’un ULM, il a réalisé la plus grande photo panoramique au monde en proposant, en un seul coup d’œil, de visualiser tout le front de mer, d’Arcachon aux plages océanes.




Dernière régate de l’été

8092008

rgate001bd.jpg

Depuis le temps que je voulais faire des photos aériennes d’une régate de bateaux traditionnels, il aura fallu que ce soit la dernière de l’été.
Le temps était incertain mais le vent soufflait fort !

Michel Boudigues n’étant pas disponible ce dimanche 07 septembre, c’est Claude, ancien pilote d’Air France, ancien pilote d’hélico, et vieux baroudeur d’Afrique, qui m’emmena à bord de l’ULm rouge.

On ne s’est pas attardé au dessus du Banc d’Arguin. Sitôt sorti de « whisky » (c’est le code pour décoller par la Dune du Pyla), on a foncé vers l’Ile aux Oiseaux où le départ de la régate venait d’être donné.
Ils étaient bien là au rendez-vous : les bacs à voiles, les pinassottes et les sardiniers.

1er passage en rase motte et je reconnais mon confrère Franck Perrogon en train de shooter lui aussi depuis un petit bateau à moteur. J’ai hâte de voir son livre sur le thème des pinassotes et autres bateaux « patrimoine » qui sortira bientôt…

Nous faisons plusieurs passages à 200 pieds. il y a beaucoup de vent ce qui ne rend pas le pilotage très facile pour Claude. mais je suis en de bonnes mains et je parviens à faire les clichés que je voulais.

Le vol aura duré 40 minutes. Je suis satisfait.




Le photographe… photographié !

19072008

scottfranck.jpg

Ce matin j’avais rendez vous sur la Dune mais cette fois ci ce n’était pas avec le ciel bleu et les oyats mais avec le photographe Franck Perrogon.

Franck vit et travaille sur le Bassin depuis bien longtemps et nous nous sommes souvent croisés sur des événements.
C’est donc avec plaisir que je me suis laissé « portraitisé » aujourd’hui pour illustrer un article écrit par Sabine MENET et qui paraîtra dans le journal Sud Ouest dans quelques jours…

Franck avait amené la grosse artillerie : flashs de studio portatifs et boîtier numérique monté sur trépied.
Ces derniers temps il illustre avec brio tous les articles « Bassin » de Sud Ouest. On peut reconnaître sa « pâte » : un éclairage au flash puissant sur un personnage en plein jour avec un arrière plan très dense (façon ciel d’orage). Effet garanti !

Outre la quotidien Sud Ouest, vous pouvez également voir son travail dans le dernier Bassin Magazine et Terre de Mers (actuellement en kiosque)
Après la séance, à laquelle s’étaient invités avec humour un groupe de passants, nous avons partagé nos impressions et notre sentiment sur le devenir du Bassin.
J’étais rassuré de savoir que je n’étais pas le seul photographe à percevoir une évolution inquiétante du Bassin d’Arcachon…







la saga dbz !!!!!!!!!!!! |
Jem et les hologrammes |
les gifs |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | fotos y gifs
| Le Photo Blog
| bloginterdit