• Accueil
  • > Recherche : plage du petit nice

« A la recherche du bonheur » sur le Bassin d’Arcachon

9072011

img1174bd.jpg

La semaine dernière j’ai eu l’occasion de participer à un tournage pour France 2 en compagnie de l’animateur Frédéric Lopez et d’une équipe de production fort sympathique.

Le réalisateur Stéphane Gillot m’avait contacté quelques jours plus tôt afin que je lui donne quelques tuyaux sur des endroits photogéniques mais relativement simples d’accès.
Le but de ce tournage de deux demi-journées était de réaliser la bande annonce d’une nouvelle émission qui sera diffusée à la rentrée sur France2 : « A la recherche du bonheur ».
Cette émission ne se déroulera pas sur le Bassin mais Frédéric Lopez, ayant gardé en tête quelques belles images d’océan lors d’un séjour au Cap-Ferret, avait souhaité que le teaser soit tourné ici.
Je lui ai donc proposé d’accompagner l’équipe sur les lieux adéquats.
Ce fut d’autant plus intéressant pour moi que les moyens techniques utilisés sont identiques aux miens, à savoir l’utilisation de la fonction vidéo HD du Canon 5D MarkII.

En effet, les nouveaux boitiers numériques possèdent une fonction de prise de vues vidéo HD, qui, couplée avec des optiques photo de qualité, permet d’obtenir un rendu très cinématographique. Ce qui nécessitait à l’époque des moyens techniques lourds et très coûteux peut désormais se tourner avec un matériel léger et plutôt économique. Le talent, l’originalité, la maîtrise technique et l’expérience restant l’essentiel bien entendu.

L’équipe de WooW était composé d’un réalisateur, d’un cadreur-réalisateur, d’un ingénieur du son, d’une directrice de production et d’un régisseur. Une équipe légère et créative entourant le sympathique animateur Frédéric Lopez dont l’émission « Rendez-vous en Terre inconnue » rencontre depuis son lancement un grand succès auprès des téléspectateurs.

Je les ai donc d’abord conduit aux Sabloneys entre la Dune du Pilat et le Petit Nice. Je savais que le décors serait parfait, avec l’avantage de ne pas avoir à escalader la Dune, et surtout, de ne pas être dérangé, en ce début de vacances estivales, par les nombreux touristes. A notre arrivée sur les lieux, vers 17:30, la lumière était encore relativement dure mais surtout un vent très fort de Nord Ouest rendait le tournage assez pénible, surtout pour le son. L’équipe s’est parfaitement adaptée aux conditions et termina la dernière séquence aux dernières lueurs du soleil, vers 22:00, exploitant à fond l’ouverture de mon 50mm f1,2 que je me fit un plaisir de leur prêter.
img0956bd.jpg

img0954bd.jpg

img0951bd.jpg

Le lendemain matin, nous nous rendions au Petit Nice. Le réalisateur avait besoin de tourner plusieurs séquences et une interview en un temps record, c’est à dire avant 15:00, heure à laquelle toute l’équipe reprenait le TGV du retour pour Paris. Il souhaitait à la fois tourner sur une plage océane mais aussi dans une forêt de pins.

img9429bd.jpg

L’avantage d’un tournage avec ce type de moyens techniques et de pouvoir tourner en équipe légère, très mobile et donc très discrète. Le cadreur a tourné toutes les séquences façon steadycam c’est à dire à main levé.

woowequipebd.jpg

Vous aurez très bientôt l’occasion de retrouver cette bande annonce sur France 2 et de découvrir le concept de cette nouvelle émission, qui risque de révéler, chez beaucoup d’entre nous… les secrets du bonheur.




Le Banc d’Arguin avance !

1042009

Et bien voilà, ça y est.
Il avançait chaque année un peu plus et après la tempête Klaus j’avais pu constater une nette progression de son extrémité sud vers la plage du Petit Nice.

Les forts coefficients de marées de ces derniers jours ont eu raison de la passe sud, désormais quasiment fermée, comme l’atteste cette photo prise hier après midi à bord de l’ulm de Michel.

arguin1avril2009.jpg

Le Banc atteint presque la plage du Petit Nice et il ne faut que quelques brasses pour le rejoindre.

Combien de personnes tenteront cette traversée l’été prochain ? Faudra t-il interdire l’accès au Banc pour le protéger de milliers d’estivants qui voudraient y planter leurs parasols ? Faudra t-il intervenir pour désensabler la passe sud ? quel sera l’impact sur l’hydraulique du Bassin ?

Tant de questions qu’il va falloir maintenant se poser.

… C’ÉTAIT UN POISSON D’AVRIL !




Survol du Bassin après la tempête « Klaus »

27012009

survoltempete2009bd.jpg

Ce matin, le soleil étant au rendez-vous avec une température extérieure supportable, nous décidons avec mon pilote Michel Boudigues d’effectuer un survol du Bassin afin de photographier les éventuels dégâts de la tempête du 24 janvier.

Nous sommes en hiver et en altitude la température est plus basse qu’au sol. N’oublions pas que nous volons sans porte afin de me faciliter le travail et qu’en plus de la température extérieure je dois supporter le vent projeté par l’hélice de l’ULM. Je m’étais donc emmitouflé d’une polaire + un pull, d’un blouson marin faisant également office de gilet de flottaison ainsi que d’un chapeau polaire et de mitaines pour que mes mains ne gèlent pas.

Nous décollons par « Whisky » (c’est à dire par la Dune du Pyla) à 11h20. La marée est basse avec un coefficient 80. La température extérieure au sol est de 7°c.
Nous survolons la Corniche. Le toit de l’hôtel est entièrement bâché. Nous longeons le Banc d’Arguin. Je ne constate rien d’anormal si ce n’est que le sable a semble t-il pas mal recouvert les oyats.
tempete0901bd.jpg tempete0903bd.jpg

J’en profite pour faire une photo de profil de la passe sud qui nous permet de constater que l’extrémité du Banc se rapproche de plus en plus de la plage du Petit Nice… il sera bientôt possible de se rendre sur le Banc d’Arguin à pied !

tempete0902bd.jpg

Nous prenons la direction de la pointe du Cap Ferret. je m’attendais à voir de gros dégâts mais il n’en est rien. J’ai même du mal à percevoir des toitures endommagées…
Nous remontons jusqu’au village du Canon. Quelques arbres sont tombés mais pas sur les maisons heureusement. Mais nous ne pouvons survoler les zones d’habitation donc je ne peux que constater pour la zone située en première ligne. Le village de l’Herbe est heureusement intact.

tempte0904bd.jpg

Nous longeons la Conche du Mimbeau qui à l’air épargnée. Quelques bateaux se sont détachés de leurs amarres et sont venus s’échouer sur la bande sablonneuse.
Que les people se rassurent, le restaurant « Chez Ortense » ne s’est pas envolé !

tempete0910bd.jpg

Nous repartons vers le Pyla que nous longeons en direction d’Arcachon. Beaucoup de maisons ont subit des dégâts importants au niveau de leur toiture et particulièrement une dont le toit s’est effondré.
tempete0906bd.jpg tempete0905bd.jpg tempete0907bd.jpg

Le front de mer d’Arcachon semble intact et le Port aussi.
Plage de la Hume, deux bateaux dont un voilier « modèle Yves Parlier » sont échoués sur la plage.

Nous remontons le long des ports ostréicoles de Gujan.

On voit bien que les abords du Bassin sont totalement saturés d’eau et certaines habitations sont à la limite de l’inondation.
Je pense qu’en cas de pluies abondantes, certains lotissements devraient se trouver sous les eaux…

Retour par Gujan Mestras. Nous survolons la voie rapide dont les abords sont inondés. Là aussi il y a risque en cas de retour à la pluie.
La forêt est particulièrement touchée aux alentours du zoo, de l’hippodrome et de l’aérodrome. Le Golf de Gujan est défiguré par endroits.

tempete0919bd.jpg tempete0917bd.jpg tempete0915bd.jpg tempete0916bd.jpg tempete0914bd.jpg tempete0909bd.jpg tempete0911bd.jpg

Atterrissage en douceur après 1h10 de vol, en même temps que deux hélicoptères d’EDF.

tempete0913bd.jpg




Nantucket

24102007

nantucket13.jpg

Aujourd’hui le temps est couvert mais j’ai décidé hier soir que j’irai à Nantucket.

Cette ile est située à une heure de ferry de Cape Cod. On m’en a tellement parlé qu’il fallait que j’y aille.
Le Ferry est un catamaran très rapide.
nantucketferry.jpg

D’ailleurs quand le capitaine, au sortir du port de Hyannis, pousse les manettes à fond, l’accélaration est puissante. La mer est mauvaise est on prend de sacrés paquets. Du coup tous ceux qui, comme moi, avaient pris une place à l’extérieur, finissent par se réfugier à l’intérieur.

Au bout d’une heure, me voici à Nantucket.
La petite ville, qui cultive un art de vivre et son attachement pour les baleines (Moby Dick c’est ici !), est vraiment très jolie. Les rues sont en gros pavés noirs, les boutiques sont sublimes. C’est très chic.

nantucket10.jpg

Disons que c’est le Saint Jean de Luz du Massachussetts !

nantucket04.jpg

Je devais contacter Cary Hazzelcrove, une photographe locale qui fait à peu près la même chose que moi à Arcachon (mais qui n’a pas de galerie), mais j’ai oublié ses coordonnées à mon hotel. Dommage…

Je passe à l’Office du Tourisme (Chamber of commerce) et me présente. Je leur montre mon livre sur le Bassin et, comme tous les américains à qui je l’ai montré, ils sont fascinés par ce qu’ils voient. Je crois en fait qu’ils ne s’imaginent pas que l’on puisse avoir des paysages aussi semblables que les leurs.
Ils me conseillent de louer un vélo et m’indiquent quelques endroits à photographier.

C’est là que je regrette d’avoir emmené autant de matériel. Mon sac est lourd et je suis obligé de le faire tenir en équilibre sur le porte bagage arrière du vtt.
Pas terrible mais ca tient. Je m’engage sur une piste cyclabe qui traverse l’ile pour atteindre une plage océane.

Il fait lourd. j’ai chaud, j’ai soif et je me demande si cela en vaut la peine.
Arrivé à destination, je suis déçu… ce n’est pas très varié comme paysage et la lumière est plombée. On ne peux pas gagner à tous les coups…
Je parviens quand meme à faire quelques photos et me remet en route vers le centre ville. A nouveau 45 minutes à pédaler dans l’autre sens. Je croise quelques maisons sympas dans une nature composées de pins et d’arbres de toutes les couleurs. Je me dis qu’à défaut de faire de belles photos aujourd’hui, j’aurai peut être éliminé quelques calories !

nantucket11.jpg

Le soleil est déjà couché. A 17h30, à ma grande surprise, toutes les boutiques sont déjà fermées. Tans pis pour les cadeaux souvenirs…

Je mange dans un restau assez cool. Personnel très sympa, bonne musique, et mon plat s’est avéré excellent, surtout le gateau « grandMa’  » aux carrottes. Encore une fois je montre mon livre du Bassin au personnel. Et encore une fois, ils allucinent !

Contrairement à une idée reçue on peu arriver à bien manger aux USA, mais traduire la carte peu s’avérer fastidieux… il suffit d’avoir fait l’impasse sur un mot pour voir arriver un plat qui ne correspond pas du tout à ce que l’on attendait !
Au début je me faisait avoir mais depuis quelques jours, je n’ai plus honte de demander des explications quand je ne connais pas un mot. Cela me permet aussi de parler anglais.
Les francais sont très apprécié aux USA. Les américains ont surement autant de clichés sur nous que nous en avons sur eux. Ils sont tous au courant que notre monnaie est forte et que notre pouvoir d’achat est élevé dans leur pays. Alors ils sont aux petits soins.
L’Amérique c’est le pays du pourboire (tip). Il est dans la tradition de laisser environ 17 % du montant de l’adition. C’est pourquoi les serveuses sont souriantes et efficaces. Pour le moment je n’ai jamais été décu. Sauf dans des fast foof où parfois les employés ne sont pas très souriants.
Mais la politesse est omniprésente dans ce pays.

A chaque fois que vous quittez une boutique : « have a nice day, you’re welcome »
A chaque fois que quelqu’un vous frole, il se confond en excuses
Sur la route, je n’ai jamais vu un excité du volant. Tout le monde roule paisiblement et attends son tour sagement. C’st peut être un des bienfaits de la boite automatique. Je m’y suis très vite habitué.
Ma prochaine voiture sera une boite auto c’est certain !

Quand on conduit pour la première fois aux USA, il faut faire attention : certaines différences peuvent surprendre. Les feux sont situés en aval du carrefour. Il faut donc penser à bien lever la tête par devant soi quand on arrive à un croisement. Mais on s’habitue très vite, preuve que le système ne doit pas être mauvais.
Les stop sont particuliers. La priorité à droite ne s’applique pas ici. C’st celui qui est arrivé au stop après l’autre qui doit céder le passage… surprenant !
Sur l’autoroute (limitée à 80 km/h à Cape Cod), on peu rouler sur la voie de droite et doubler par la droite ! on peu aussi rester sur la voie de gauche, car , de toutes façons, les gens respectent les limitations de vitesse à 10 km/h près.
Je me demande quelle est la reaction des américains quand ils découvrent nos autoroutes…

A chaque fois que je montre le livre, il y a toujours quelqu’un qui me demande comment faire pour l’acheter… c’est encourageant pour mon projet de faire un livre sur les côtes américaines.

A 20h00, retour à Hyannis.
Je suis épuisé. Je dors à moitié dans le Ferry. A quelques siègs de moi, 5 cap-verdiens jouent aux cartes. C’st vrai que depuis mon arrivée à Cape Cod, j’avais remarqué que certains restaurants et certains plats était décris comme « portuguese ». Effectivement, il y a plus de 10 ans, je suis allé 15 jours aux Iles du Cap Vert, et j’avais appris qu’il existait une forte communauté cap-verdienne à Boston. Il y avait même un avion direct : Mindelo-Boston !

à suivre…







la saga dbz !!!!!!!!!!!! |
Jem et les hologrammes |
les gifs |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | fotos y gifs
| Le Photo Blog
| bloginterdit