St Barth et la Bucket Regatta

31032015

Bucket_1886_panoBD

 

Il me fallait quelque chose de positif pour oublier cette mésaventure administrative et l’impossibilité de récupérer mon Pentax645Z, toujours bloqué en métropole, puisque j’ai décidé de ne pas céder au racket de l’Etat (lire article précédent).

Heureusement, mon ami Pierre Carreau, photographe installé à St Barth, m’a proposé de venir le rejoindre à l’occasion de la Bucket, cette fameuse régate de grands voiliers de luxe.

StKittsNevis_1486BD

Bien sûr j’ai immédiatement accepté l’invitation. J’embarque donc quelques jours plus tard à bord d’un twin- otter d’Air Antilles Espress  pour un vol de 45 minutes qui va m’emmener sur une ile vraiment à part. Pour la deuxième fois je survit à l’atterrissage (la piste de St Barth est l’une des 5 plus dangereuses du Monde) mais quel bonheur d’atterrir devant une plage aussi splendide que celle de St Jean.  Pierre m’attends et nous voilà partis directement nous enregistrer auprès de l’organisation de la Bucket. L’idée est de trouver une place sur le bateau presse pour le lendemain, ce que nous obtiendrons sans problème.

Les voiliers sont là, superbes, majestueux. Il y en a pour tous les goûts :  ultra modernes et design, comme « Better Place », le Wally. Ou plus classique comme le magnifique schooner « Elena of London ». Il y a aussi « Rebecca » que j’avais photographié à New Port en 2010 !

Bucket_1602BD

Ils ne sont pas seuls à mouiller dans la rade de Gustavia. D’innombrables yachts et super yachts sont là aussi.

Bucket_1963PanoBD

Pas de doute, on est bien à St Barth !

Dans cette atmosphère très américaine qui n’est pas sans me rappeler Cape Cod et Nantucket, je me sens dans mon élément. Avec un curieux sentiment de culpabilité car je n’oublies pas que les 1% les plus riches du Monde sont en parti responsables (volontairement ou involontairement) de ce qui ne tourne pas rond sur la planète. J’ai moi aussi ma part d’hypocrisie. Je suis un être humain après tout.

La bonne humeur de mes amis et les sourires des jolies filles que je vais croiser vont vite me faire oublier ma conscience politique et je vais pouvoir me concentrer sur mes prises de vues qui s’annoncent difficiles pour moi, puisque je n’ai pas pu récupérer mon appareil photo et que je devrais me contenter de l’appareil de prêt qui n’est pas vraiment adapté à ce type de reportage. C’est d’ailleurs en utilisant le Pentax 645 D que je vais prendre conscience des progrès que Pentax à fait avec le 645Z. C’est un peu le jour et la nuit. Et là, je me retrouve dans la nuit…

Le vendredi matin, nous voici avec Pierre prêts à embarquer à bord du bateau presse. Cette année, ce n’est pas un tender confortable mais… un bateau de pêche ! une saintoise avec ces deux marins sympathiques. William, originaire de St Barth, connaît tout de son ile et a très envie de nous faire partager sa passion de son métier. En plus il a l’air de s’y connaitre assez bien en voile, ce qui nous facilite la tâche pour bien nous positionner. A bord il y a aussi la joyeuse Ingrid Abery, une photographe anglaise qui s’est spécialisée en photos de régates, Katarina Baliova, une artiste photographe très talentueuse basée à Londres, et Sandra Gâche, photographe de St Martin. Il y a aussi Ed, un américain qui prend des photos panoramiques avec un Sony alpha et qui n’est autre que ce gars qui s’était pris la roue d’un avion sur la tête pendant un atterrissage (article).

Cette année, il n’y a pas beaucoup de vent. Nos images seront donc moins impressionnantes que ce que mes confrères avaient pu faire les années précédentes. Mais il fait beau, et de toutes façons, pour moi, c’est une première expérience de ce type de régate, alors je suis HEUREUX !

Bucket_2097BD

Au bout de deux heures en plein cagnard, je sens que le mal de mer commence à monter. Je me suis mal positionné sur le bateau, un peu trop à l’avant, dans un recoin inconfortable, et j’ai mal géré mon temps passé dans le viseur de l’appareil photo. Alors forcément… une bonne envie de vomir ne tarde pas à se faire sentir. Je préviens les autres : « attention, je vais dégueuler », je passe la tête par dessus bord en priant pour que personne n’ai eu l’idée de me prendre en photo, et j’expulse mon petit déjeuner. Ouf, ça va mieux. Le mal de mer a disparu aussitôt et nous voilà repartis pour la suite de la régate.

Je suis entouré de photographes tous équipés en Canon 5 D MIII avec des cadences de prises de vues en rafale. Moi je suis au coup par coup avec mon moyen format. C’est assez drôle d’entendre le claquement des obturateurs et le mien au milieu, lent, lourd, tel un pachiderme.

Mais je sais au fond de moi, que la qualité du capteur moyen format donnera peut-être un petit plus à mes images. De la profondeur, du détail, bref des petites choses subtiles que je me sens bien seul à percevoir aujourd’hui, au milieu de ces masses d’images filtrées et instagrammées à mort et partagées par milliards sur les réseaux sociaux. Tans pis, je poursuis ma route comme si de rien n’était, résigné à travailler , même « à titre posthume » comme dirait l’ami Tom Perrin :-)

Bucket_2214BD

 

Toutes mes photos sont sur ce lien.

Cette première manche se termine et je pense déjà à celle de demain. Je choisi de varier l’angle de prises de vues et de ne pas embarquer dans le bateau presse le lendemain. Je resterai à terre, dans les hauteur de l’ile, afin de capturer les voiliers avec plus de recul. Et puis, on nous a promis en fin de régate un superbe show aérien. En effet, des passionnés d’aviation de la seconde Guerre Mondiale sont arrivés du Texas avec bombardiers et chasseurs tous droits sorti des Têtes Brûlées. Ils vont d’abord faire des passages bas au niveau de la piste d’atterrissage, puis nous présenter leur show au milieu des navires venus se mettre à l’ancre devant le Fort de St Barth. Pierre a pris son impressionnant 600 mm. Mais les conditions sont médiocres. Nous sommes en contre jour et les avions passent trop loin. Tout le public est déçu. Quant à nous, les photographes, on se dit qu’on aurait mieux fait d’aller à la plage… Heureusement, nous garderons un bon souvenir des passages bas au dessus de la piste.

AirShow_1980BD

Dimanche, dernier jour de la régate, j’embarque à nouveau avec Pierre sur le bateau presse. Nous saisissons quelques belles images des navires sous spi, quand soudain, l’inespéré se produit : une baleine se met à faire des jump entre les bateaux. Je parviens à capter la baleine en train de sauter à côté d’un voilier sur le spi duquel est dessiné… une baleine !

Bucket_2392BisBD

Je complèterai mon reportage par des photos de nuit du Port de Gustavia et j’en profiterai même pour retrouver par hasard, une copine de Dakar que je n’avais pas revu depuis presque 20 ans…

Gustavia_2065BD

Ainsi s’achève mon troisième séjour à St Barth en un an. Retour en Guadeloupe, où je dois passer encore quelques semaines avant de revenir dans mon petit paradis : le Bassin d’Arcachon ! Je ne manquerai pas d’amener soleil et chaleur dans mes bagages (en espérant qu’ils n’aient pas inventé une nouvelle taxe là dessus d’ici là !)…

 

Pour voir toutes mes photos de la Bucket c’est ici !

 




Adieu mon fidèle compagnon

7122009

macscott03bd.jpg
photo Marine Boivin (04.12.2009)

Il aura partagé 12 années de mon existence. Les plus importantes.
Il a été de toutes mes aventures, à mes cotés pour partager mes joies et me consoler dans mes peines.

Né à Dakar en juillet 1998, Mac aura réussi à vivre 12 ans heureux et en parfaite santé jusqu’à il y a trois semaines.

Il a lutté, NOUS avons lutté ensemble jusqu’au bout, mais la maladie à eu raison de lui.
Le syndrome de cushing dont il souffrait aura fini par l’affaiblir au point que samedi soir, il ne réussissait plus à se lever, son arrière train l’ayant soudainement trahit.

Je suis resté à ses côté toute la journée de dimanche, l’aidant à se déplacer pour manger et boire, et à trouver une position confortable sur l’un de ces deux coussins.
Il ne souffrait pas heureusement. Mais je crois que son regard voulait dire quelque chose. Il voulait partir.
Je crois que s’il avait pu parler il m’aurait dit:  » Steph, à quoi bon vivre sans pouvoir courir après les chats et les écureuils, sans pouvoir me prélasser au soleil dans notre jardin, sans pouvoir aboyer et hurler au premier qui s’approche du portail, sans jouer à la balle ou avec le canard en plastique que je m’efforce de déchiqueter depuis deux ans, sans aller gambader dans la vase sur la plage de la Hume et croquer les petits crabes enfouis dans les algues, sans pouvoir jouer ou me battre selon l’humeur avec « copain » au parc, …sans avoir la force de garder la maison et de te protéger toi mon maître…?  »

Alors j’ai pris cette pénible décision hier soir.
J’ai passé la moitié de la nuit à y réfléchir mais il n’y avait pas d’autre issue.

Ce matin, je lui ai préparé un bon repas à la place des croquettes sans saveur. Puis je l’ai amené à son endroit préféré : la plage de la Hume.
Je l’ai porté dans mes bras jusqu’à l’estran afin qu’il puisse sentir les algues. Il s’est allongé et je me suis assis à côté de lui. Par miracle, le ciel s’est dégagé juste à ce moment là et quelques rayons de soleil sont venus le réchauffer. Devant nous, le spectacle magnifique des oies bernaches et de quelques cignes.
Nous sommes resté là une demie heure. Personne pour déranger ce calme naturel.
Il devait sentir que ce serait la dernière fois car il m’a donné l’impression de savourer chaque seconde.
J’ai pris une dernière photo de lui:
maclastpicture01.jpg

Quand ce fut le moment, je l’ai emmené chez le vétérinaire où il s’est endormi paisiblement en me regardant dans les yeux.

Il me reste son collier, sa gamelle, son coussin, et plein de souvenirs.
Ceux qui ont partagé un peu de ma vie et donc de la sienne le savent, Mac était un chien exceptionnel et ma relation avec lui était fusionnelle. Je ne pouvais pas faire autrement que de lui rendre hommage.

Il laisse un grand vide dans mon coeur.

Mac je ne t’oublierai jamais.
macscott01bd.jpg
photo Marine Boivin (04.12.2009)

macreporterbd.jpg mac12ans.jpg scottmac01bd.jpg macscott02bd.jpg




« La photo aérienne la plus longue du Monde  » : premier vol aujourd’hui !

25072009

Pour le moment la météo est parfaite !
Il fait beau, pas de vent.

Nous décollerons donc de Villemarie à 18h00 pile.
Nous devrions être au dessus de la Plage de la Salie Sud vers 18h10 pour démarrer la prise de vue.
Il est possible que nous soyons obligés de repartir au point de départ plusieurs fois pour trouver la bonne distance et la bonne altitude.

Une fois stabilisés, nous progresserons tranquillement le long de la côte pour terminer notre vol à la fin de la plage de la Hume (Gujan Mestras).
Je pense donc que nous devrions être au niveau de la Corniche au Pyla vers 18h25, de la Jetée du Moulleau vers 18h35, de la Jetée Thiers vers 18h45, de la plage de la Hume vers 19h00.
Soyez patients et attendez-nous !

N’oubliez pas que vous pouvez rejoindre le groupe fb : http://www.facebook.com/group
Vous serez ainsi informés quasiment en direct de l’évolution du projet.

cartebassin.jpg




La photo Aérienne la plus longue du Monde… c’est reparti !

23072009

3 ans après avoir réalisé la photo aérienne la plus Longue du Monde (52 mètres), nous avons décidé avec mon pilote Michel Boudigues de récidiver !

ulm05.jpg
Cette fois-ci nous allons pulvériser notre propre record.

Ce n’est plus seulement le littoral arcachonnais que nous allons photographier mais TOUT  le Bassin !!!

Soit 80 kms de littoral à 2000 pieds d’altitude.

La prise de vue s’effectuera en plusieurs vols répartis sur plusieurs jours, ceci afin de ne pas se retrouver en contre jour.

ulm03.jpg  ulm06.jpg

La première partie : du Wharf de la Salie (et oui… le Wharf sera sur cette photo) jusqu’au Port de la Hume sera réalisée samedi 25 juillet à partir de 18h00

Je vous invite donc à vous placer sur la plage ou sur l’une des jetées d’Arcachon afin de nous saluer au passage. Ainsi vous apparaitrez sur la photo ! Les dessins et messages sur le sable sont également les bienvenues. Si vous souhaitez apparaitre à bord de votre bateau, il faudra vous placer au plus près du bord, à l’échouage, à l’ancre, ou au cormort.

Nous décollerons donc à 18h00 et démarrerons la prise de vue à la Salie 10 minutes après le décollage. Nous devrions atteindre la jetée Thiers aux alentours de 18h30.

Les vols suivants s’effectueront dans les jours et semaines qui suivent en fonction des conditions météo.

Pour cette nouvelle aventure, je suis équipé par CANON France du boitier numérique le plus performant du Monde à savoir l’EOS 1 DS Mark III de 21 Millions de pixels !

Au total je devrai réaliser plus de 800 photos qu’il me faudra ensuite assembler pour obtenir un tirage de… 250 mètres de long !!!

Pour suivre cette aventure en temps réel, je vous invite à rejoindre le groupe sur facebook:

facebook : La Photo aérienne la plus Longue du Monde




HOME de Yann Arthus Bertrand

4062009

Ne le ratez sous aucun prétexte !

Vendredi 5 juin, à l’occasion de la Journée Mondiale de l’ Environnement, le film HOME sera diffusé dans tous les pays du Monde, à la télévision, au cinéma et sur internet.

Je constate avec désarroi que rien n’a été organisé sur le Bassin d’Arcachon… le film n’est pas programmé ni au cinéma Grand Ecran de la Teste de Buch, ni au Gerard Philippe de la Hume. Pas d’écran géant non plus sur la plage d’Arcachon (où l’on préfère organiser des combats de boxe…) alors que la diffusion publique de ce film est gratuite !

Même les Verts, pourtant en pleine campagne pour les Européennes, n’ont pas pensé à organiser une soirée conviviale où tous ceux qui se préoccupent de l’état de la Planète (et plus particulièrement du Bassin d’Arcachon) auraient pu se retrouver pour partager la projection de ce film.

Encore une fois, le Bassin d’Arcachon qui devrait être un exemple national en matière d’écologie et de protection de l’environnement, ne bénéficie pas d’un grand enthousiasme dans ce domaine de la part de ses élus.

Quel dommage !

http://www.dailymotion.com/video/x8wl4b

 




Survol du Bassin après la tempête « Klaus »

27012009

survoltempete2009bd.jpg

Ce matin, le soleil étant au rendez-vous avec une température extérieure supportable, nous décidons avec mon pilote Michel Boudigues d’effectuer un survol du Bassin afin de photographier les éventuels dégâts de la tempête du 24 janvier.

Nous sommes en hiver et en altitude la température est plus basse qu’au sol. N’oublions pas que nous volons sans porte afin de me faciliter le travail et qu’en plus de la température extérieure je dois supporter le vent projeté par l’hélice de l’ULM. Je m’étais donc emmitouflé d’une polaire + un pull, d’un blouson marin faisant également office de gilet de flottaison ainsi que d’un chapeau polaire et de mitaines pour que mes mains ne gèlent pas.

Nous décollons par « Whisky » (c’est à dire par la Dune du Pyla) à 11h20. La marée est basse avec un coefficient 80. La température extérieure au sol est de 7°c.
Nous survolons la Corniche. Le toit de l’hôtel est entièrement bâché. Nous longeons le Banc d’Arguin. Je ne constate rien d’anormal si ce n’est que le sable a semble t-il pas mal recouvert les oyats.
tempete0901bd.jpg tempete0903bd.jpg

J’en profite pour faire une photo de profil de la passe sud qui nous permet de constater que l’extrémité du Banc se rapproche de plus en plus de la plage du Petit Nice… il sera bientôt possible de se rendre sur le Banc d’Arguin à pied !

tempete0902bd.jpg

Nous prenons la direction de la pointe du Cap Ferret. je m’attendais à voir de gros dégâts mais il n’en est rien. J’ai même du mal à percevoir des toitures endommagées…
Nous remontons jusqu’au village du Canon. Quelques arbres sont tombés mais pas sur les maisons heureusement. Mais nous ne pouvons survoler les zones d’habitation donc je ne peux que constater pour la zone située en première ligne. Le village de l’Herbe est heureusement intact.

tempte0904bd.jpg

Nous longeons la Conche du Mimbeau qui à l’air épargnée. Quelques bateaux se sont détachés de leurs amarres et sont venus s’échouer sur la bande sablonneuse.
Que les people se rassurent, le restaurant « Chez Ortense » ne s’est pas envolé !

tempete0910bd.jpg

Nous repartons vers le Pyla que nous longeons en direction d’Arcachon. Beaucoup de maisons ont subit des dégâts importants au niveau de leur toiture et particulièrement une dont le toit s’est effondré.
tempete0906bd.jpg tempete0905bd.jpg tempete0907bd.jpg

Le front de mer d’Arcachon semble intact et le Port aussi.
Plage de la Hume, deux bateaux dont un voilier « modèle Yves Parlier » sont échoués sur la plage.

Nous remontons le long des ports ostréicoles de Gujan.

On voit bien que les abords du Bassin sont totalement saturés d’eau et certaines habitations sont à la limite de l’inondation.
Je pense qu’en cas de pluies abondantes, certains lotissements devraient se trouver sous les eaux…

Retour par Gujan Mestras. Nous survolons la voie rapide dont les abords sont inondés. Là aussi il y a risque en cas de retour à la pluie.
La forêt est particulièrement touchée aux alentours du zoo, de l’hippodrome et de l’aérodrome. Le Golf de Gujan est défiguré par endroits.

tempete0919bd.jpg tempete0917bd.jpg tempete0915bd.jpg tempete0916bd.jpg tempete0914bd.jpg tempete0909bd.jpg tempete0911bd.jpg

Atterrissage en douceur après 1h10 de vol, en même temps que deux hélicoptères d’EDF.

tempete0913bd.jpg




Le vernissage

29042008

Vous étiez nombreux à vous êtes déplacés pour ce 4 ème vernissage à la Suite 246 au Moulleau et je vous en remercie.

Un soucis de santé de dernière minute m’a fait perdre beaucoup de temps dans les préparatifs et ne m’a pas permis d’installer correctement les photos et notamment les triptiques mais vous pouvez retrouver toutes les compositions dans ma boutique ou sur le site internet.

J’espère que vous aurez pu apprécier les paysages de New York et surtout de Cape Cod, et que vous avez vous aussi constaté les grandes similitudes entre le Bassin et cette bay du Massachussetts.

Jean-Jacques Eroles, Maire de la Teste de Buch

L’événement marquant de ce vernissage était la présence du nouveau Maire de La Teste de Buch : Jean-Jacques Eroles et de son épouse avec lesquels j’ai pu m’entretenir longuement afin de leur présenter mon idée de jumelage entre le Bassin d’Arcachon et Cape Cod.
Etait présente également Mme Annie Campet, adjointe de Marie Héléne des Esgaulx, Maire de Gujan Mestras.
A noter que c’est la première fois que je réussi à faire venir des élus à l’un de mes vernissages…
Même à l’exposition sur la plage de ma photo la Plus Longue du Monde il y a 2 ans (qui avait pourtant été couverte par les médias sur la plan national et qui avait attiré près de 2000 visiteurs), pas un des élus du Bassin n’avait daigné se déplacer…
C’est donc pour moi une grande avancée.
Car même si je n’ai jamais rien attendu d’eux, c’est toujours plaisant de se sentir un peu soutenu et encouragé par ceux qui sont à la direction de nos communes du Bassin.

Dans le patio, vous avez peut-être observé un couple qui se démenaient eux aussi, albums photos à l’appui, pour apporter aux élus nombre d’arguments positifs concernant ce projet de jumelage. Il s’agissait de Sophie et Lucas, habitants de Gujan et tout juste revenu de leur premier séjour à Cape Cod ! C’est en suivant mon blog en octobre qu’ils ont eu l’idée de passer leurs vacances de Pâques là bas avec leur petite fille Inès. Ils ont donc pris un billet d’avion pour Boston, puis loué une voiture. Lucas étant lui même ostréiculteur sur le Bassin, il a pu sympathiser avec un « shell fisherman » (ostréiculteur) de Wellfleet et effectuer une marée avec lui.
Ils ont été enchanté par leur séjour qui a été très riche en émotions puisqu’ils ont pu découvrir des paysages magnifiques et bien préservés mais aussi approcher de près des baleines.

Malgré mon état de santé affaiblissant j’ai utilisé toute l’énergie qui me restait encore pour argumenter et convaincre. Mais je ne sais pas trop quoi penser. Je n’ai pas perçu un grand enthousiasme chez nos deux élus présents. Je vais préparer un dossier complet sur ce projet et revenir à la charge avec l’appui de tous ceux qui le voudront. Je crois que Emmanuel Martin du chantier Naval Dubourdieu était intéressé par cet échange. Je vais me mettre en quête d’autres acteurs économiques, artistiques et associatifs du Bassin, afin de créer un groupe et de prendre contact avec la Chambre de Commerce de Cape Cod.
Que celles et ceux qui souhaitent intégrer ce groupe n’hésitent pas à se manifester !

Ce vernissage étant maintenant terminé, mon actualité professionnelle va s’interrompre un bon mois car je dois désormais me consacrer à retaper ma maison en bois de La Hume. Une rénovation complète qui marie deux tendances : l’esprit Cabane et… le style Nouvelle Angleterre.

à suivre…




Une semaine après…

11112007

Une semaine que je suis rentré.

A peine déposé mes bagages dans ma petite maison en bois de la Hume que je reçois un coup de téléphone de Jean-Philippe Claverie, le réalisateur de la Teste qui a tourné et monté le reportage du DVD qui accompagne mon livre sur le Bassin. Il fait un temps splendide et il voudrait que je lui tourne des images vidéos à bord de l’ULM. Il en a besoin pour son DVD sur le Bassin qui sortira dans quelques semaines. Vous pouvez d’ailleurs en voir un extrait sur son site : www.bassindarcachon-lefilm.com.
C’est vrai qu’il fait beau. A 17h00 je décolle avec Michel Boudigues. JP m’a amené sa caméra pro. Il fait très froid là haut. La tour de Cazaux nous autorise à survoler la Dune et le Banc d’Arguin quelques instants à 1000 pieds. Il y a beaucoup de trafic aujourd’hui. J’ai du mal à trouver la bonne position pour lutter contre le vent et garder la caméra stable. J’aurais préféré être à gauche mais Michel a l’habitude de piloter à cette place alors je dois faire avec.
Nous longeons à 150 pieds (50 mètres) les plages océanes du Cap Ferret. C’est superbe ! Puis nous coupons vers le phare autour duquel nous tournons presque à la verticale. Nous remontons vers le Mimbeau, puis direction le Moulleau. Je filme la plage Pereire puis le front de mer d’Arcachon baigné d’une lumière rasante orangée. Arrivé au niveau du port, nous partons vers l’Ile aux Oiseaux. Je demande à Michel de faire le tour par le Village d’Afrique. Nous sommes toujours à 150 pieds. Sous nos ailes, un groupe d’oiseaux migrateurs nous accompagne. Quel bonheur !

massacre01.jpg

Ma joie est de courte durée et prend un goût amer. Je découvre de mes propres yeux le chantier de la Cabane Tchanquée 53. Ca y est, elle n’est plus là… Décidemment j’ai du mal à accepter cette destruction… Je sais ce qu’ils vont faire de la nouvelle cabane-musée, je devine ce qui se passera par la suite, la dérive dans laquelle nous nous laissons emporter sans rien dire. Je reste convaincu que ce chantier préfigure le devenir du Bassin. Depuis mon retour de Cape Cod je suis encore plus attiré et choqué par les grues innombrables qui bordent les routes d’Arcachon, de Gujan et de la Teste… des résidences, des immeubles, des cages à lapin partout ! des « Pichet » interviewés par la presse locale et qui, avec la complicité des élus locaux qui leurs octroient les permis de construire, ont trouvé la bonne formule pour justifier l’urbanisation : « si on arrette de construire, l’immobilier continuera à flamber et les enfants des locaux ne pourront pas se loger… » Quelle connerie ! de toutes façons cela fait bien longtemps qu’il est devenu quasiment impossible de se loger sur le Bassin pour des jeunes ménages… et puis les enfants des locaux moi je n’en vois pas beaucoup rester sur le Bassin, et ce n’est pas vraiment pour des problèmes de logement mais plutot par l’absence de travail…

Le Bassin est une jolie station balnéaire, un environnement de travail pour les métiers de la mer, ostréiculteurs, pêcheurs, charpentiers de marine, une source d’emploi pour les métiers du tourisme et du commerce. Mais ça les élus ne veulent pas l’assumer. ils veulent voir plus grand, plus moderne, plus… valorisant pour leur carrière politique !

Je suis un parisien qui aime les grandes cités. J’aime New York, j’aime le dynamisme des grandes villes et leurs excentricités. Mais chaque chose à sa place. Quand je me suis installé ici, je cherchais le calme, la nature, l’authenticité. J’ai de plus en plus de mal à retrouver ces qualités.

Je redoute que la magie de ces lieux, de cette lumière si particulière qui m’avait inspiré depuis 7 ans, ne fonctionne plus à présent.
Je me dis qu’il est temps pour moi d’envisager de partir. Oui je vais envisager mon départ dans les 3 ans à venir. C’est mieux.







la saga dbz !!!!!!!!!!!! |
Jem et les hologrammes |
les gifs |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | fotos y gifs
| Le Photo Blog
| bloginterdit