• Accueil
  • > Recherche : scotto americain

Les Caisses Américaines « made in Scotto »

26082017

Pinasse échouée

Depuis toujours je travaille en moyen format c’est à dire avec des appareils qui utilisent des films bien plus larges que le 24×36 et pour le numérique un capteur lui aussi beaucoup plus grand. Ce matériel me permet d’obtenir plus de détails et de pouvoir réaliser des agrandissements importants sans détérioration de l’image.

 

Je vous propose donc de plus en plus de tirages très grands formats que vous pouvez acquérir avec ou sans caisse américaine.

 

Qu’est-ce qu’une caisse américaine ?

C’est un encadrement (sans verre) qui entoure la photographie (sur un support aluminium dibond) et la met en valeur en lui donnant une sensation de flottaison au milieu du cadre. Ce type d’encadrement est très prisé des artistes et des musées.

(Lire cet article d’une société d’encadrement : http://www.eclatdeverre.com )

 

Vaguedesable_7622BD

 

Ici sur le Bassin d’Arcachon nous cultivons un « esprit cabane » directement inspiré des cabanes ostréicoles. Mon ami architecte-designer Jean Jacques Marvielle a d’ailleurs écrit un petit texte dans mon dernier livre sur la manière dont ces cabanes simples et sans aucune perfection ont orienté depuis toujours ses créations vers une recherche de « l’ordinaire ».

C’est exactement dans cette même optique que je me suis mis à fabriquer mes propres caisses américaines. A base de tassots en sapin que j’assemble pour créer une cornière qui constituera l’encadrement, je coupe en biseau, je colle, je renforce et enfin je ponce, je peint, mais toujours en assumant les petites imperfections qui caractérisent cet « esprit cabane ».

Vaguedesable_7623BD

Je propose de peindre l’encadrement à la couleur de votre choix. Par exemple à la même teinte que la peinture de votre mur.

En ce qui concerne la fixation au mur, un système de tassots coupé en biseau inversé dont une partie est fixée au mur et l’autre à la caisse américaine, ne vous obligera qu’à faire deux ou trois trous selon le format.

Ces grandes photographies sont une belle manière d’exprimer chez vous, dans votre entreprise ou dans votre salle d’attente, votre attachement au Bassin d’Arcachon (ou des autres territoires que je photographie).

Les prix vont de 650 € pour un format 100×130 cm à 850 € pour un grand panoramique 90×210 cm

La livraison et la pose sont gratuites sur le Bassin et la livraison est possible dans toute la France par transporteur avec un supplément de 50 €.

N’hésitez pas à passer à la Galerie de la Hume pour les voir de près.

 

 




Nouveau Site Internet !

13072017

les plus belles photos du Bassin d'Arcachon

www.stephanescotto

Il fallait que je le fasse ce site !

Des années que je procrastinais ce projet pourtant nécessaire, par manque de temps mais aussi par manque de compétences. Quand j’en parlais à mes amis du web ils me disaient tous la même chose : ce n’est pas un webmaster qu’il te faut mais un développeur ! Et puis un certain Otis est venu se présenter à la Galerie pour me proposer ses services. Alors nous nous sommes mis au travail. Nous avons cherché un modèle sous wordpress mais aucun ne me convenait réellement.

J’avais une idée bien précise de ce que je voulais. Un site épuré qui donne l’impression de se promener dans une galerie de photographies, fonctionnel mais avec le moins possible de boutons cliquables. Je le voulais en Haute Définition partant du principe que les gens ont de plus en plus de beaux écrans retina et que ceux qui regardent les photos du Bassin d’Arcachon uniquement  sur leurs mobiles font parti de ceux qui consomment gratuitement les milliards d’images mises à leur disposition quotidiennement sur les réseaux sociaux. Mon site est donc un peu lourd à charger mais si vous avez un grand et bel écran vous apprécierez la qualité de restitution des images.

Sur mon nouveau site vous trouverez donc mes photographies classées par thème avec un défilement en parallaxe. Tout d’abord les paysages du Bassin d’Arcachon, de la Guadeloupe, de Cape Cod, de St Barth ou encore des Landes et du Lot et Garonne, puis des sous menus. Par exemple pour les photos du Bassin d’Arcachon, vous pouvez visiter la galerie  » Cap-Ferret », « Vision de Nuit »,  » Pilat & Co » , « Ostréo » ou encore « Verticalité » qui est une galerie de photos du Bassin d’Arcachon uniquement aériennes. Une fois que vous êtes rentrés dans un thème, les photos défilent une par une (j’ai volontairement choisi de ne pas mettre de vignettes car je veux que vous ayez l’impression de vous promener dans une galerie d’art et non pas de regarder des photos comme dans une banque d’images au rabais).

Quand une photo vous plaît, vous pouvez cliquer sur « acquérir » et un nouveau menu s’ouvre alors avec les choix en finition, papier et format. Le prix s’affiche en fonction des différentes combinaisons. Je vous propose toutes les finitions disponibles à la Galerie : tirage argentique seul, contre collé sur dibond avec chassis, laminé sur bois, en caisse américaine ou encore le diasec en verre acrylique. Pour chaque finition une petite vidéo explicative s’affiche.

Notez que si vous cliquez à nouveau sur la photo elle s’affichera en plein écran.

Ensuite cela fonctionne comme dans n’importe quel site marchand : un panier et 4 modes de paiement proposés : par CB, par Paypal, par virement ou encore par chèque.

En plus des rubriques photos, vous y trouverez bien entendu ma biographie, une page consacrée à la Galerie de la Hume, une autre à mes livres et parutions et enfin une rubrique où vous retrouverez tous mes passages TV.

La rubrique « Image Bank » renvois à mon ancien site hébergé sur Photoshelter et qui comporte tous mes reportages. il est plutôt destiné aux professionnels de l’édition pour de l’illustration magazines et autres.

Pour le moment ce nouveau site qui nous a bien donné du fil à retordre n’est pas complet. Il en est même loin. Je le remplis chaque jour un peu plus mais comme la saison estivale démarre je suis très occupé par la Galerie.

Néanmoins, au moment où j’écris cet article le thème des photos du Bassin d’Arcachon « verticalité » (vues aériennes du Bassin) est complet.

Donc vous l’aurez compris : le mieux est de passer me voir à la Galerie si vous pouvez ;-)

Alors à très bientôt !




Nouveau à la Galerie: du très très grand format !

27062017
"Une Autre Planète" (Arguin) Tirage 1m25x1m65 en caisse américaine. 650 €

« Une Autre Planète » (Arguin)
Tirage 1m25x1m65 en caisse américaine. 650 €

 

Pourquoi faire des photos avec un appareil moyen format (1) si ce n’est pas pour proposer mes photos en tirages XXL ?

Que ce soit pour votre maison ou la décoration de votre entreprise je vous propose désormais à la Galerie de la Hume d’acquérir les plus belles de mes photographies en tirages géants montés en caisses américaines.

Le tirage est plastifié avec un film anti UV et collé sur une plaque alu de 3mm positionnée ensuite dans l’encadrement de type caisse américaine. Il n’y a pas de vitre donc pas de reflet. La photo semble être suspendue au milieu du cadre. Je fabrique moi même les caisses américaines en sapin que je peux peindre ensuite en blanc ou en noir. Si vous préférez le style naturel, je peux utiliser du douglas qui est un bois résineux aux tons chauds. La plaque d’alu est fixée avec des bandes velcro et il est donc possible de changer la photo en conservant l’encadrement. Il n’y a pas de limite de format.

Le prix est de 650 € ttc pour une photo de 1m25 x 1m65 cm (700 € livré et installé)

N’hésitez pas à passer à la Galerie en voir quelques unes pour vous faire une idée.

 

(1) Ceux qui me suivent depuis le début le savent, j’ai toujours travaillé en moyen format. Mais savez vous exactement de quoi je parle ?

Les appareils moyen formats ont un capteur beaucoup plus grand que les capteurs de réflex professionnels. Cela signifie qu’il y a plus de pixels et que ces pixels sont aussi plus gros. Donc la photo comporte plus de détails et des rapports d’agrandissement vraiment intéressants sans aucune perte de qualité.

Les marques qui proposent ce type d’appareils sont peu nombreuses : Hasselblad, Pentax et Fuji qui vient de sortir le sien, se partagent ce marché réservé aux professionnels exigeants dans les domaines du paysage, de la mode, du portrait et de la publicité. Il existe aussi des dos numériques que l’on peut adapter sur des appareils moyen formats argentiques Hasselblad ou Mamiya.

J’ai opté il y a 3 ans pour le Pentax 645Z qui est un appareil très performant que je peux même utiliser pour des reportages évènementiels et sportifs. Le seul inconvénient de ce joujou à 8000 € c’est la gamme d’objectifs qui est décevante. Les zoom sont de médiocre qualité et les optiques fixes de dernière génération sont hors de prix. Je me suis donc rabattu sur des anciennes optiques manuelles qui ont un excellent piqué. Je travaille avec un 33mm, un 55mm et un 120 mm (équivalents en 24×36  à un 24mm, un 43mm et un 100mm). Cela suffit amplement pour le type de photographies que je réalise. C’est grâce à ce matériel que je peux vous proposer de tels formats avec la meilleure qualité possible.

 

 




Nouvelle Galerie !

28112016

Galerie_8362BD  Galerie_8366BD

 

Cinq années après la fermeture de ma galerie d’Arcachon, passées à réaliser de belles prises de vues au delà de notre Océan, l’amour du Bassin ne m’a pas quitté et me voici enfin de retour avec une nouvelle galerie d’exposition bien plus grande et bien plus belle.

Pour cette nouvelle aventure je n’ai pas choisi de revenir en arcachonnie mais plutôt de m’installer à 12 minutes de là dans le village dans lequel je vis depuis 12 ans : La Hume à Gujan-Mestras. Après deux mois de travaux intensifs que j’ai effectué moi-même, je peux aujourd’hui vous accueillir dans un bel espace de 70 M2, bien éclairé et bien agencé.

Galerie_8368BD Galerie_8370BD

Vous y trouverez mes photographies du Bassin d’Arcachon et d’ailleurs en tirages grands formats limités à 30 exemplaires sous différentes finitions : tirage argentique contre collé sur dibond alu avec chassis rentrant, tirage encre UV sur verre acrylique avec dibond et chassis, ou encore tirage argentique contre collé sur alu 1mm intégré dans une magnifique caisse américaine en bois blanche ou noire.

Les tarifs sont à peu près les mêmes que dans mon ancienne galerie mais avec des finitions bien plus luxueuses. Je travaille avec deux laboratoires PICTO réputés et reconnus dans la profession. A titre d’exemple un tirage argentique panoramique en 60×130 cm collé sur dibond 2mm avec chassis rentrant est à 350 € (exactement le même prix que dans mon ancienne galerie il y a 5 ans !). Et sur verre acrylique au même format : 410 €. Pour les budgets plus serrés, les formats 60×80 sont à 189 € pour un tirage collé sur dibond et 290€ pour un tirage sur verre acrylique. Cela reste donc très accessible pour des tirages de cette qualité et limités à 30 exemplaires. Attention, les tarifs affichés sur mon site internet ne sont plus d’actualité. Un soucis technique m’empêche pour l’instant de les modifier donc n’en tenez plus compte car ils sont plus élevés sur mon site qu’à la galerie…

Galerie_8371BD

Je vous propose également des tirages originaux réalisés sur place avec encre pigmentaire sur un très beau papier Harman 100% coton 300 g Mat au format 40×50 à… tenez vous bien… 49 € ! il s’agit de photographies inédites limités à 200 exemplaires. Vous pourrez facilement les encadrer avec un cadre du commerce ou par vous même si vous pratiquez l’encadrement. A moins que vous ne préfériez juste les collectionner en les conservant dans une belle boite.

Galerie_8376BD

Et bien sûr, tous mes livres sont disponibles dans ma galerie avec la possibilité de vous les dédicacer. A ce sujet, il me reste encore quelques exemplaires de mes 3 premiers ouvrages que vous ne pouvez trouver nul par ailleurs. Dépêchez-vous si cela vous intéresse car il n’en reste qu’une dizaine de chaque. Le dernier « J’ai Rêvé du Bassin » sorti l’année dernière est lui disponible en quantité. Pour le côté pratique : j’accepte les paiements par chèque et CB et je peux vous proposer des facilités de paiement pour les plus grands formats. J’ai aussi du papier cadeau si vous voulez jouer les pères Noel avec mes photos et livres ;-)

Galerie_extérieur_01 Galerie_exterieur_02

La Galerie est située au 13 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny à La Hume (Gujan-Mestras)  C’est la rue principale avec tous les commerces et je me situe entre l’excellente patisserie La Maison Patissière et l’agence immobilière ERA

Tel : 06 61 63 52 62

Les horaires : du mardi au samedi, de 10:00 à 12:30 et de 15:30 à 19:30

Ouverture possible sur RDV y compris le soir, n’hésitez pas à me demander.

A très bientôt !




Saint-Barthélémy : un bleu indécent

21042016
St Barth - Plage de Gouverneur - ©Stéphane Scotto

St Barth – Plage de Salines – ©Stéphane Scotto

J’ai bien envie d’aller rendre visite à mon ami photographe Pierre Carreau, ferret-capien exilé avec sa famille sur le « caillou » depuis plus de dix ans. En plus, Pierre expose sa nouvelle série « Aqua Viva » à la galerie Space St Barth située dans le carré d’or de Gustavia. Et comme le hasard a parfois du bon, il se trouve que dans la même semaine auront lieu Les Voiles de St Barth, une régate réputée. J’ai déjà eu la chance de photographier l’arrivée de l’AG2R en 2014 et la magnifique Bucket Regata l’année dernière et cela ne me déplairai pas d’ajouter Les Voiles de St Barth à mon palmarès. Cerise sur le gâteau, Seb le pilote de gyrocoptère à St François m’annonce qu’il y sera avec son aéronef pour emmener les photographes officiels pendant les régates. Une occasion idéale pour faire des photos aériennes de St Barth. Alors il ne faut plus hésiter ! je prends mes billets et une semaine plus tard, après 40 minutes de vol et un nouvel atterrissage sur la cinquième piste la plus difficile au Monde, me voilà pour la 4ème fois sur cette ile surnommée de manière caricaturale et réductrice: « l’Ile des milliardaires ».

Les photographes et amis Pierre Carreau et Stéphane Scotto à l'expo Aqua Viva de Pierre Carreau - St Barth

Les photographes et amis Pierre Carreau et Stéphane Scotto à l’expo Aqua Viva de Pierre Carreau – St Barth

Le soir même de mon arrivée a lieu le vernissage de l’expo de Pierre. L’occasion pour moi de retrouver avec plaisir quelques visages amis et d’en rencontrer d’autres. Il y a du monde, c’est un succès pour Pierre qui répond aux nombreux admirateurs. Pour apprécier ses photographies originales sur le thème de la vague, cliquez ici.

Le lendemain, Seb arrive avec son gyrocoptère, après 3 heures de vol. Nous faisons le point sur la semaine à venir autour d’un verre. Nous convenons de faire un premier vol du soir puis un ou deux vols le jeudi suivant qui sera un jour « off  » pour les Voiles de St Barth.

Le premier vol est un succès. La lumière est belle, il y a des grains, du rose. Tout ce que j’aime ! Le déclencheur de mon moyen format numérique Pentax645Z ne s’arrête plus. Je mitraille à tout va !

vue aérienne de St Barth au coucher du soleil. ©Stéphane Scotto

vue aérienne de St Barth au coucher du soleil. ©Stéphane Scotto

vue aérienne de Gustavia après le coucher du soleil. ©Stéphane Scotto

vue aérienne de Gustavia après le coucher du soleil. ©Stéphane Scotto

En attendant le vol suivant qui aura lieu dans deux jours, Pierre m’emmène crapahuter dans les cailloux de Grands Fonds, sous un cagnar de plomb, afin d’aller photographier, entre autres, les étonnantes Piscines Naturelles.

St Barth est une ile qui souffre de la sécheresse. Plus rien ne pousse. La végétation est en déclin. Et j’apprends que c’est un cercle vicieux inquiétant. Les cabris sauvages ont proliféré sur l’ile et ne parviennent plus à se nourrir alors ils mangent même les racines. Il n’y a plus d’ombre, les rochers sont brulants et les quelques graines qui parviennent à tomber sur le sol brûlent avant de germer. Mais le pire, c’est que quand une averse s’abat enfin sur l’ile, les torrents de pluie creusent encore d’avantage la terre et emportent les sédiments dans la mer mettant ainsi à mal le corail. Or le corail est nécessaire pour le maintien de la vie aquatique.

sécheresse à St Barth. ©Stéphane Scotto

sécheresse à St Barth. ©Stéphane Scotto

Paysage aride et minéral de Grands Fonds à St Barth. ©Stéphane Scotto

Paysage aride et minéral de Grands Fonds à St Barth. ©Stéphane Scotto

Natural Pool, Grands Fonds, St Barth. ©Stéphane Scotto

Natural Pool, Grands Fonds, St Barth. ©Stéphane Scotto

Et puis il y a un autre phénomène très inquiétant et qui s’est accéléré ces deux dernières années : le bétonnage de l’ile. Comme sur le Bassin d’Arcachon, les promoteurs immobiliers savent être convainquant avec les élus locaux… Ainsi, plus de 250 permis de construire ont été attribués cette année sur un territoire de 28 km carrés et moins de 10 000 habitants à l’année ! et effectivement, il y a des chantiers partout. Pourtant, pour les actifs de l’ile, il n’a jamais été aussi difficile de se loger. Pour un saisonnier et même pour une infirmière, un médecin, un prof, trouver un logement est un véritable défi ! Quant aux loyers, ils sont surréalistes : 1500 à 2000 € pour un studio. Il n’est pas rare de rencontrer des quinquagénaires qui vivent en collocation comme des étudiants.

Mais ne gâchons pas plus notre plaisir. St Barth est encore une ile ravissante, un petit havre de paix où il fait bon vivre. C’est un fait.

Au delà du cliché des boutiques de luxe et d’une jeunesse dorée américaine qui se douche au geroboam de champagne sur la terrasse du Nikki Beach et sur les ponts des yachts, Saint-Barthélémy recèle de curiosités plutôt magiques pour celles et ceux qui se donnent la peine de marcher un peu.

Comme il n’y a pas un pèt de vent et que les régates ne s’annoncent pas très impressionnantes, je choisi de ne pas perdre mon temps à négocier une place sur un bateau presse et de passer plus de temps avec Pierre. Les voiliers nous les aurons dans le viseur mais depuis la côte.

Les Voiles de St Barth. ©Stéphane Scotto

Les Voiles de St Barth. ©Stéphane Scotto

Les Voiles de St Barth. Au loin : l'ile de Saba. ©Stéphane Scotto

Les Voiles de St Barth. Au loin : l’ile de Saba. ©Stéphane Scotto

Jeudi matin.  Comme prévu, 1 noeud de vent ! pas un nuage, pas de brume de sable, l’horizon est net. On voit avec précision toutes les iles alentours. St Martin, Anguilla, Saba, Nevis, St Kitts… on dirait une escadre de navires au mouillage dans la mer des Caraïbes. Je salive à l’avance du vol que je vais effectuer dans quelques instants. J’arrive le sourire aux lèvres et hyper motivé sur le tarmac et je lis immédiatement sur les visages de Seb et son copilote que quelque chose ne va pas. Seb m’annonce : « Steph, on a cassé une pièce, on ne peut plus voler ! ». Je suis d’autant plus dégouté que je suis censé repartir le lendemain. Seb me dis qu’ils se font ramener une pièce de rechange depuis Pointe à Pitre dans deux heures et qu’ils vont essayer de réparer avant ce soir. Nous convenons de faire le point plus tard. Ma déception est immense. Vers 20:00 Seb m’annonce qu’ils n’ont toujours pas réussi à réparer. C’est foutu. Pierre me sert un whisky, puis deux, puis trois…

Le lendemain matin, je prends mon café (et une aspirine) sur la terrasse de la villa avec vue panoramique sur la mer. Les conditions sont toujours aussi exceptionnelles. Mon vol de retour en Guadeloupe est à midi. J’appelle Seb pour lui dire que je peux reporter mon vol si ils pensent pouvoir réparer dans la journée. Il m’annonce que justement, c’est réparé, et qu’on peut voler dans deux heures. Je reporte mon retour au lendemain.

Le photographe Stéphane Scotto en prises de vues aériennes en gyrocoptère.

Le photographe Stéphane Scotto en prises de vues aériennes en gyrocoptère.

Nous décollons à 11:30 pour un grand tour de l’ile. Le bleu est si intense qu’il en est presque violet ! c’est irréel. On dirait que la mer est bleu fluo ! On va encore me dire que mes photos sont truquées. Je fais chauffer la carte mémoire car je ne peux m’empêcher de réaliser des panoramiques par assemblage.

Plage de Gouverneur - ©Stéphane Scotto

Plage de Gouverneur – ©Stéphane Scotto

St Barth - ©Stéphane Scotto

St Barth – ©Stéphane Scotto

Baie de St Jean - St Barth. ©Stéphane Scotto

Baie de St Jean – St Barth. ©Stéphane Scotto

St Barth aerial. © Stéphane Scotto

St Barth aerial. © Stéphane Scotto

Après une heure de vol nous devons rentrer. Seb est réclamé par l’organisation des Voiles de St Barth. Moi, j’ai ce qu’il me faut, je suis content.

Le lendemain matin, retour en Guadeloupe après une très belle semaine sur une petite ile que j’adore.

Un grand merci à Pierre et Marina, Timothé et Lilou, pour leur accueil fantastique et à Seb pour le pilotage parfait.

Pour voir toutes les photos aériennes, cliquez ici

Pour voir les panoramiques aux détails surprenants, cliquez ici 

Image de prévisualisation YouTube

 

 




St Barth et la Bucket Regatta

31032015

Bucket_1886_panoBD

 

Il me fallait quelque chose de positif pour oublier cette mésaventure administrative et l’impossibilité de récupérer mon Pentax645Z, toujours bloqué en métropole, puisque j’ai décidé de ne pas céder au racket de l’Etat (lire article précédent).

Heureusement, mon ami Pierre Carreau, photographe installé à St Barth, m’a proposé de venir le rejoindre à l’occasion de la Bucket, cette fameuse régate de grands voiliers de luxe.

StKittsNevis_1486BD

Bien sûr j’ai immédiatement accepté l’invitation. J’embarque donc quelques jours plus tard à bord d’un twin- otter d’Air Antilles Espress  pour un vol de 45 minutes qui va m’emmener sur une ile vraiment à part. Pour la deuxième fois je survit à l’atterrissage (la piste de St Barth est l’une des 5 plus dangereuses du Monde) mais quel bonheur d’atterrir devant une plage aussi splendide que celle de St Jean.  Pierre m’attends et nous voilà partis directement nous enregistrer auprès de l’organisation de la Bucket. L’idée est de trouver une place sur le bateau presse pour le lendemain, ce que nous obtiendrons sans problème.

Les voiliers sont là, superbes, majestueux. Il y en a pour tous les goûts :  ultra modernes et design, comme « Better Place », le Wally. Ou plus classique comme le magnifique schooner « Elena of London ». Il y a aussi « Rebecca » que j’avais photographié à New Port en 2010 !

Bucket_1602BD

Ils ne sont pas seuls à mouiller dans la rade de Gustavia. D’innombrables yachts et super yachts sont là aussi.

Bucket_1963PanoBD

Pas de doute, on est bien à St Barth !

Dans cette atmosphère très américaine qui n’est pas sans me rappeler Cape Cod et Nantucket, je me sens dans mon élément. Avec un curieux sentiment de culpabilité car je n’oublies pas que les 1% les plus riches du Monde sont en parti responsables (volontairement ou involontairement) de ce qui ne tourne pas rond sur la planète. J’ai moi aussi ma part d’hypocrisie. Je suis un être humain après tout.

La bonne humeur de mes amis et les sourires des jolies filles que je vais croiser vont vite me faire oublier ma conscience politique et je vais pouvoir me concentrer sur mes prises de vues qui s’annoncent difficiles pour moi, puisque je n’ai pas pu récupérer mon appareil photo et que je devrais me contenter de l’appareil de prêt qui n’est pas vraiment adapté à ce type de reportage. C’est d’ailleurs en utilisant le Pentax 645 D que je vais prendre conscience des progrès que Pentax à fait avec le 645Z. C’est un peu le jour et la nuit. Et là, je me retrouve dans la nuit…

Le vendredi matin, nous voici avec Pierre prêts à embarquer à bord du bateau presse. Cette année, ce n’est pas un tender confortable mais… un bateau de pêche ! une saintoise avec ces deux marins sympathiques. William, originaire de St Barth, connaît tout de son ile et a très envie de nous faire partager sa passion de son métier. En plus il a l’air de s’y connaitre assez bien en voile, ce qui nous facilite la tâche pour bien nous positionner. A bord il y a aussi la joyeuse Ingrid Abery, une photographe anglaise qui s’est spécialisée en photos de régates, Katarina Baliova, une artiste photographe très talentueuse basée à Londres, et Sandra Gâche, photographe de St Martin. Il y a aussi Ed, un américain qui prend des photos panoramiques avec un Sony alpha et qui n’est autre que ce gars qui s’était pris la roue d’un avion sur la tête pendant un atterrissage (article).

Cette année, il n’y a pas beaucoup de vent. Nos images seront donc moins impressionnantes que ce que mes confrères avaient pu faire les années précédentes. Mais il fait beau, et de toutes façons, pour moi, c’est une première expérience de ce type de régate, alors je suis HEUREUX !

Bucket_2097BD

Au bout de deux heures en plein cagnard, je sens que le mal de mer commence à monter. Je me suis mal positionné sur le bateau, un peu trop à l’avant, dans un recoin inconfortable, et j’ai mal géré mon temps passé dans le viseur de l’appareil photo. Alors forcément… une bonne envie de vomir ne tarde pas à se faire sentir. Je préviens les autres : « attention, je vais dégueuler », je passe la tête par dessus bord en priant pour que personne n’ai eu l’idée de me prendre en photo, et j’expulse mon petit déjeuner. Ouf, ça va mieux. Le mal de mer a disparu aussitôt et nous voilà repartis pour la suite de la régate.

Je suis entouré de photographes tous équipés en Canon 5 D MIII avec des cadences de prises de vues en rafale. Moi je suis au coup par coup avec mon moyen format. C’est assez drôle d’entendre le claquement des obturateurs et le mien au milieu, lent, lourd, tel un pachiderme.

Mais je sais au fond de moi, que la qualité du capteur moyen format donnera peut-être un petit plus à mes images. De la profondeur, du détail, bref des petites choses subtiles que je me sens bien seul à percevoir aujourd’hui, au milieu de ces masses d’images filtrées et instagrammées à mort et partagées par milliards sur les réseaux sociaux. Tans pis, je poursuis ma route comme si de rien n’était, résigné à travailler , même « à titre posthume » comme dirait l’ami Tom Perrin :-)

Bucket_2214BD

 

Toutes mes photos sont sur ce lien.

Cette première manche se termine et je pense déjà à celle de demain. Je choisi de varier l’angle de prises de vues et de ne pas embarquer dans le bateau presse le lendemain. Je resterai à terre, dans les hauteur de l’ile, afin de capturer les voiliers avec plus de recul. Et puis, on nous a promis en fin de régate un superbe show aérien. En effet, des passionnés d’aviation de la seconde Guerre Mondiale sont arrivés du Texas avec bombardiers et chasseurs tous droits sorti des Têtes Brûlées. Ils vont d’abord faire des passages bas au niveau de la piste d’atterrissage, puis nous présenter leur show au milieu des navires venus se mettre à l’ancre devant le Fort de St Barth. Pierre a pris son impressionnant 600 mm. Mais les conditions sont médiocres. Nous sommes en contre jour et les avions passent trop loin. Tout le public est déçu. Quant à nous, les photographes, on se dit qu’on aurait mieux fait d’aller à la plage… Heureusement, nous garderons un bon souvenir des passages bas au dessus de la piste.

AirShow_1980BD

Dimanche, dernier jour de la régate, j’embarque à nouveau avec Pierre sur le bateau presse. Nous saisissons quelques belles images des navires sous spi, quand soudain, l’inespéré se produit : une baleine se met à faire des jump entre les bateaux. Je parviens à capter la baleine en train de sauter à côté d’un voilier sur le spi duquel est dessiné… une baleine !

Bucket_2392BisBD

Je complèterai mon reportage par des photos de nuit du Port de Gustavia et j’en profiterai même pour retrouver par hasard, une copine de Dakar que je n’avais pas revu depuis presque 20 ans…

Gustavia_2065BD

Ainsi s’achève mon troisième séjour à St Barth en un an. Retour en Guadeloupe, où je dois passer encore quelques semaines avant de revenir dans mon petit paradis : le Bassin d’Arcachon ! Je ne manquerai pas d’amener soleil et chaleur dans mes bagages (en espérant qu’ils n’aient pas inventé une nouvelle taxe là dessus d’ici là !)…

 

Pour voir toutes mes photos de la Bucket c’est ici !

 




Donnez moi une douzaine d… de photos sur National Geographic !

12122014

Assez incroyable… 24 heures après avoir choisi une de mes photos aériennes du Bassin pour une sélection « Vu du Ciel » sur leur site, National Geographic a encore sélectionné une de mes photos aériennes mais cette fois-ci pour la « Daily Dozen » !

Chaque jour, les éditorialistes de National Geographic sélectionnent 12 photos parmi les milliers d’images soumises par les photographes du Monde entier. Elles sont soumises aux votes et aux commentaires pendant 24 heures. A la fin du mois, la photo qui a eu le plus de votes sera publiée dans le magazine international.

Ils ont choisi une photo de la Réserve Naturelle de Monomoy que j’avais prise à Cape Cod en 2011 à bord d’un Cessna. Ma photo a terminé en première position avec 445 votes mais il faudra attendre le 31 décembre pour savoir si j’ai vraiment gagné.

Cela m’encourage en tous cas à continuer à leur soumettre mon travail et à rêver d’une carrière… américaine ;-)

Daily Dozen selection of National Geographic

Daily Dozen selection of National Geographic




Publié sur National Géographic

8122014
Publication sur le blog de National Geographic

Publication sur le blog de National Geographic

 

Ce matin, j’ai reçu un mail d’un des rédacteurs américains du blog de National Geographic qui me prévenait qu’une de mes photos aériennes du Bassin d’Arcachon avait retenu son attention pour figurer en 1ère position dans une sélection de vues aériennes de la semaine.

Même si ce genre de publication n’est pas directement rémunératrice, c’est toujours plaisant et valorisant de savoir qu’une de mes photographies a retenu l’attention d’un éditeur qui voit passer chaque jour sur son écran des centaines de photos magnifiques provenant des photographes du Monde entier.

Il s’agit d’ une vue aérienne à l’embouchure de la Leyre, prise pendant le tournage de Thalassa.




Mes photos du Bassin d’Arcachon à nouveau sur vos murs ! …et livraison gratuite jusqu’au 31 décembre !

2122014
Tirage laminé sur bois 60x130 : 350 €

Tirage laminé sur bois 60×130 : 350 €

Je vous l’annonçais en septembre : mes photos du Bassin sont désormais à nouveau disponibles en tirages grands formats et sur différents supports. Bien entendu, toujours en édition limitée à 30 exemplaires, tous formats confondus.

La bonne surprise c’est le retour de la finition « Laminage sur bois » que les anciens clients de ma galerie d’Arcachon connaissent bien. J’ai réussi à remettre en place un process de commandes à distance et d’expédition fiable avec mes labos partenaires habituels. Parce-qu’on ne change pas une équipe qui gagne ! La deuxième bonne nouvelle c’est que les tarifs n’ont pas changé depuis plus de 10 ans ! Par exemple le panoramique 60×130 ou 50×150 est toujours à 350 €, comme au tout début de l’aventure !

En plus du tirage argentique laminé sur bois, je vous propose aussi l’impression directe sur verre acrylique et le contre collage sur dibond alu. Vous avez l’embarras du choix !

Sur ma page fb (que je vous invite toujours à suivre car c’est là que tout se passe), j’ai proposé pendant deux semaines les frais de livraison offerts. Une dizaine de personnes ont pu en bénéficier. Toutes les commandes sont arrivées à bon port et je n’ai eu que des messages de satisfaction. Cela m’encourage à développer mon site dans les prochains mois, notamment avec une version anglaise pour essayer de capter le marché américain avec mes photographies de Cape Cod.

C’est maintenant au tour des lecteurs de ce blog de pouvoir profiter de cette offre. Vous avez donc jusqu’au 31 décembre 2014 pour commander une photographie et bénéficier de la livraison gratuite. N’oubliez pas de me préciser que vous avez lu cet article !

Je vous présente une sélection de photos en situation en cliquant ici

Et toutes les autres sont sur mon site : www.stephanescotto.com




St Barth, « le Nantucket » de la Caraïbe !

25042014

10152461_10154016012425408_7228839821082545383_n

 

Jamais je n’aurais pensé ressentir un coup de coeur pour ce « cailloux » à milliardaires planté au beau milieu de la Caraïbe. Et pourtant…

Me voilà donc parti à bord du catamaran de Bernard et Betty, deux arcachonnais installés en Guadeloupe depuis plus de 10 ans. A bord il y a aussi Jean-Marc Meunier, arcahonnais lui aussi et Pascale sa compagne ainsi qu’un couple de landais. Nous sommes dont pour ainsi dire « entre gens du Sud Ouest » pour cette escapade d’une semaine à St Barth.

Le prétexte de ce voyage c’est d’aller accueillir les skippers de la régate AG2R dont certains sont des amis du propriétaire de notre bateau.

Partis à la tombé de la nuit, nous naviguons donc pendant près de 24 heures avant d’apercevoir cette petite île de 24 km de long, qui m’apparaît dès lors comme un écrin autour duquel quelques yachts ont jeté l’ancre. Mais que puis-je attendre de cette île pour riches, moi le photographe de paysages marins, de grands espaces… c’est la question que je me pose depuis le départ. Pourtant je dois bien l’avouer dès notre entrée dans la rade du Port de Gustavia, je ressent comme un bien être. Le même que j’ai ressenti en arrivant dans le port de Nantucket au large de Cape Cod. Le paysage n’est pourtant vraiment pas le même. Serais-ce la présence de ces magnifiques bateaux battant pavillon américain ? c’est bien possible.

Une fois débarqué, je comprends vite que je suis sur une île paisible. Tout est propre, tout est beau, c’est coquet. Comme un air de Nouvelle Angleterre… c’est déjà la fin de la journée et je vois un petit catboat (bateau à voile typique de Cape Cod) qui tire des bords dans la rade. Et là je comprend que les américains de la côte Est viennent ici prendre leur dose de chaleur pendant l’hiver. Nous ne sommes donc pas dans l’ostentatoire mais plutôt dans le « chic discret ».

Je sais que je ne vais pas faire beaucoup de photos pendant cette semaine car nous sommes en groupe à bord d’un bateau et que pour réussir mes photos, en général j’ai besoin de solitude. Je considère donc que je suis venu en repérages. J’ai hâte aussi de rencontre le photographe Pierre Carreau, ancien du Cap-Ferret, qui était venu à plusieurs reprises dans ma galerie d’Arcachon et qui est installé sur l’île depuis 10 ans. Il réalise des photographies de vagues avec une technique particulière qui en font de véritables oeuvres d’art vendus à la Clic Galerie, à NY, dans les Hamptons et ici à St Barth.

Pierre me propose de m’emmener découvrir quelques beaux spots pour mes prises de vues en panoramique. En réalité on va surtout beaucoup discuter et échanger sur notre métier.

Jour après jour, je visite, je me promène, je découvre des plages magnifiques, des paysages relativement arides mais somptueux. Je sens que cette île peut m’inspirer quelques belles photos, il faudra donc revenir, seul cette fois-ci.

Finalement tous mes préjugés sur St Barth auront vite été balayé, et pour ne rien vous cacher, si il n’était pas aussi difficile d’y trouver un logement accessible au commun des mortels, j’y poserai bien mes valises pour quelques années…

St Barth, on va se revoir bientôt…

ps: je n’ai pas eu le temps jusqu’à présent de traiter les photos prises lors de cette escapade. Il faudra patienter un peu.

1493472_10154015991755408_1686855406885175277_o

selfie en compagnie du photographe Pierre Carreau

 

 







la saga dbz !!!!!!!!!!!! |
Jem et les hologrammes |
les gifs |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | fotos y gifs
| Le Photo Blog
| bloginterdit